• Salon du livre Paris 2016

    Monsieur Han Bibliolingus

     

     

     

    Monsieur Han
    Hwang Sok-Yong
    Éditions Zulma
    2002

    En un mot

    Le discret monsieur Han vient de décéder, alors qu'il porte en lui l'histoire tragique de la Corée. Un roman coréen incontournable !

    « Je suis venu au Sud pour sauver ma peau,
    un point c'est tout1. »

    Monsieur Han, un vieil homme discret et miséreux, décède dans son petit appartement. Ses voisins, plutôt envieux de la place qui se libère, retrouvent tout de même les coordonnées de sa famille. Trois personnes viennent assister à la veillée funèbre. On découvre alors la vie incroyable de ce monsieur Han qui incarne à lui seul l'histoire dramatique de la Corée.

    Pour finir

    Si vous ne deviez lire qu'un-e auteur-e coréen-ne, lisez Hwang Sok-Yong ! Monsieur Han, un récit qui fait à peine plus de 100 pages, est un bijou de la littérature de par la profondeur, l'intensité des sentiments et des thèmes que l'auteur parvient à nous transmettre, le tout dans un style concis.

    On aime d'emblée Han qui, pendant la guerre (1950-1953), a quitté la Corée du Nord, sa femme, ses enfants et son métier qui le passionnait, pour se réfugier en Corée du Sud. Or, Han a vécu l'injustice à Séoul où il a été accusé, comme tant d'autres pendant la guerre froide, d'être un espion nord-coréen.

    À elle seule, l'histoire véridique de monsieur Han résume le déchirement coréen, et le drame de millions de Coréens séparés le long du 38e parallèle. En fait, je n'avais pas mesuré l'horreur humaine de ce drame qui dure depuis des décennies.

    On aime d'autant plus Han qu'on devine qu'il a vraiment existé (je lis toujours les préfaces à la fin) : il n'est autre que l'oncle de l'auteur. Et le récit de Hwang Sok-Yong est tout autant un livre contre l'oubli qu'un hommage rendu à sa mère qui s'est battue pour sauver son frère. Difficile de trop en dire, alors foncez !

    « Vers cette époque, la guerre s'était arrêtée. Pas tout à fait à vrai dire : il en était plutôt comme de la rivière quand elle gèle en surface tout d'un coup. Les querelles politiques, mais aussi les espoirs que chacun nourrissait, étaient pris dans la glace, condamnés à hiberner en attendant la saison nouvelle. L'oubli venait y ajouter une couche chaque jour plus épaisse2... »

    Lisez aussi

    Cocktail sugar collectif Bibliolingus

    Cocktail sugar et autres nouvelles de Corée

    Collectif

    L'Empire des lumieres Kim Young-ha Bibliolingus

    L'Empire des lumières

    Kim Young-ha

    Mina Apple Kim Bibliolingus

    Mina

    Apple Kim

     J'entends ta voix Kim Young-ha Bibliolingus

    J'entends ta voix

    Kim Young-ha

    fleur noire kim young ha bibliolingus

    Fleur noire

    Kim Young-ha

       

    Autres auteur-e-s de Corée

     

    1. Page 110. -2. Page 121.

    Monsieur Han
    Hwang Sok-Yong
    Traduit du coréen et préfacé par Choi Mikyung et Jean-Noël Juttet
    Éditions 10/18 2004
    128 pages

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • Rentree litteraire 2015 BibliolingusLes Echoués Pascal Manoukian Bibliolingus

     

     

     

    Les Échoués
    Pascal Manoukian
    Éditions Don Quichotte
    2015

    Matches de la rentrée littéraire de Price Minister

     

    En un mot

    Un roman très beau et nécessaire sur les espoirs et les désillusions de trois clandestins en région parisienne.

     

    Virgil, Assan, Chanchal et tant d'autres

    1992, traité de Maastricht. Alors que l’Union européenne se targue d’avoir aboli les frontières entre ses pays, les clandestins, non-êtres rampants et invisibles, sillonnent le continent à la recherche d’une vie meilleure, ou au moins digne d’un être humain.

    Les Échoués raconte l’histoire à peine romancée de trois clandestins qui se rencontrent à Villeneuve-le-Roi en région parisienne. Il y a Virgil le moldave qui a laissé sa femme et ses trois fils au pays ruiné par le soviétisme ; Assan et sa fille Iman qui ont connu la mort de leurs proches, la guerre et le fanatisme religieux en Éthiopie ; le jeune Chanchal, originaire du Bangladesh, qui aspire à rencontrer l’amour, pas à vendre des fleurs aux amoureux.

    Chacun d’entre eux a vécu les pires traitements et humiliations pour arriver jusqu’en France, jusqu’à renier toute humanité pour voyager à prix d’or sous un camion ou sur une frêle barque. Vivre dans la hantise de mourir dans ces conditions terrifiantes, d’être découvert, d’être renvoyé de force au pays et de recommencer encore plus démuni.

    Mais à l’arrivée, la vie à Villeneuve-le-Roi est cantonnée au travail au noir, sous-payé, ni déclaré ni syndicalisé. Sur les chantiers de construction, ils sont précarisés et vulnérables, traités comme de la merde. Durant des années, ils économisent sou à sou pour envoyer une pension à celles et ceux qui sont trop fragiles pour faire ce voyage épouvantable : les femmes et les enfants.

    « Trois choses importent quand on est clandestin. Conserver de bonnes dents pour se nourrir de tout, avoir des pieds en bon état pour être toujours en mouvement, se protéger du froid et de la pluie pour rester vivant. Le reste est superflu. La propreté, l’estime de soi, l’apparence, le confort, il faut savoir renoncer à tout1. »

     

    Pour finir

    On me demande souvent ce que représente la lecture engagée pour moi : Les Échoués, publié chez les éditions indé Don Quichotte, est assurément un texte engagé, nécessaire et inoubliable, que je recommanderai et offrirai.

    À travers la situation insoutenable de ces clandestins échoués en région parisienne, quasiment pas romancée, l’auteur montre les tenants et les aboutissants d’un problème sur lequel la France détourne le regard depuis des décennies. La transposition du récit en 1992 permet d’habiles dénonciations du présent et des explications géopolitiques.

    Les migrations clandestines (en vérité, tous ces hommes et femmes qui sont tués dans leurs pays ou qui n’ont pas de perspective d’évolution) font les choux gras du FN : comme si nous allions avoir un raz-de-marée de personnes désirant vivre en France ! Cette idée reçue attise la haine et la peur des personnes les plus précaires en France. Mais ce roman documenté vise à tordre le cou à quelques clichés nationalistes : qui quitterait définitivement et contre son gré son pays, sa famille, sa culture, sa langue ? Cet exil n’est pas un choix, c’est l’espoir d’une vie plus digne pour soi et pour ses enfants.

    Comment ne pas se reconnaître dans ces hommes et ces femmes, comme toi, comme moi, et qui n’ont pas le droit à une vie décente ? Comment ne pas se sentir impuissant, coupable, mal à l’aise, en colère dans cette indifférence criminelle ?

    Un roman exceptionnel, tragique et bouleversant certes, mais drôle et profondément humain. On ne peut en ressortir que différent : une observation accrue de l’autre et de ses sentiments, une volonté d’agir concrètement auprès de son prochain, une tolérance et un amour toujours renouvelés.

    Le tout est porté par un style superbe tout comme j’aime, fait de fureur et de poésie, de phrases coupantes et mélodieuses ; un texte qui se lit à haute voix. Un des plus beaux romans que j’ai lus.

    « Des bouts de paradis à l’eau turquoise et au sable fin, où chaque été des Blancs venaient s’allonger sur des serviettes de vain en rêvant de devenir un peu plus noirs. Et où des milliers d’Africains allaient bientôt s’échouer, le ventre gonflé d’eau en rêvant, eux, de devenir un peu plus blancs2. »

    Comment aider ?

    CALM, un projet de l'association Singa France, vous aide à accueillir un réfugié chez vous. Si vous connaissez d'autres associations sur ce sujet, n’hésitez pas à m’en faire part, je les ajouterai.

     

    Du même auteur

    ce que tient ta main droite manoukian bibliolingus blog livre

    Ce que tient ta main droite t'appartient

    Pascal Manoukian

       

    Lisez aussi

    En finir avec les idées fausses sur les pauvres collectif Bibliolingus

    En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté

    Association ATD Quart Monde 

    Un job pour tous Christophe Deltombe Bibliolingus

    Un job pour tous

    Christophe Deltombe 

    http://ekladata.com/6OSEGB3CsOSvhVemqTxxhoHV2b0/etour-aux-mots-sauvages-einstingel-ibliolin.jpg

    Retour aux mots sauvages

    Thierry Beinstingel

     

    Entretien sur le blog Manou se livre

    1. Page 47. -2. Page 89.

    Les Échoués
    Pascal Manoukian
    Éditions Don Quichotte
    2015
    304 pages
    18,90 euros

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique