• camel joe claire duplan bibliolingus

    Camel Joe
    Claire Duplan
    Éditions Rue de l’échiquier
    2018

     

     

    Merci aux éditions Rue de l’échiquier de m’avoir offert cet ouvrage !

    En un mot

    La première bande-dessinée de Claire Duplan met en scène une jeune dessinatrice, Constance, qui crée le personnage de Camel Joe, une super héroïne qui sattaque aux machos ! Certes, malgré un trait à la va-vite et une chronologie un peu confuse, jai aimé le fait de prendre confiance en soi et de se défendre face aux agressions ordinaires et malheureusement quotidiennes, et je suis persuadée que les prochains albums gagneront en puissance.

    L’histoire

    Camel Joe met en scène Constance, une jeune illustratrice freelance qui en a marre de se faire emmerder dans une société patriarcale. Entre deux missions freelance pour des dessins de publicités sexistes au possible, elle invente le personnage de Camel Joe, une super-héroïne qui utilise ses pouvoirs contre les hommes machos !

    À travers les aventures de Camel Joe, Constance donne libre cours à ses fantasmes, et aussi aux nôtres : qu’aimerions-nous sincèrement répondre quand on se fait agresser dans la rue par un énième relou ? Sommes-nous si démunies que ça face à leur violence ?

    Camel Joe super heroine Rue de l'échiquier

    Mon avis

    Vous le savez, je lis peu de bandes-dessinées, mais la thématique féministe de celle-ci ne pouvait que m’intriguer.

    Certes, j’apprécie l’écriture manuscrite très naturelle des bulles, ainsi que l’expression et la spontanéité du dessin, mais les dessins des silhouettes, des mains, des genoux, auraient pu être plus aboutis et plus soignés, d’autant plus que j’aime beaucoup la façon dont elle fait les visages. À vrai dire, je trouve dommage de dessiner un peu à la va-vite alors que l’œuvre, imprimée sur un bon papier, avec une couverture et des rabats super beaux, est vouée à durer dans le temps.

    Camel Joe Claire Duplan p75

    Concernant l’histoire, la démarche de Claire Duplan de créer l’image d’une femme forte qui tient tête au patriarcat est pertinente, dans la mesure où il est important davoir des modèles féministes, ancien·ne·s ou actuel·le·s, pour inspirer et élaborer collectivement notre culture féministe. Là, je pense clairement aux femmes fortes de la série Buffy contre les vampires qui ont peuplé mon imaginaire, mais qu’aucune autre héroïne n’a encore pu rivaliser. Ces figures héroïques nous encouragent à lutter contre la prétendue toute puissance masculine qui dominerait fatalement les femmes. Nous pouvons nous défendre, et nous le devons pour nous toutes.

    Camel Joe Claire Duplan p79

    Je n’ai pas toujours été emballée par l’humour de Claire Duplan, sans trop pouvoir définir pour quelles raisons (bon d’accord, j’ai trop ri avec l’extrait ci-dessus sur les règles !!). C’est un défi de faire rire du sexisme, et je suis sensible à des humours très particuliers, comme le cynisme ou l’absurde, tant qu’ils ont une dimension politique. L’histoire m’a aussi paru bancale et décousue, car il me semble qu’il y a un manque de clarté dans la chronologie, notamment lors de l’affaire de violences sexuelles à la Weinstein.

    Ce passage, dans une mise en abîme intéressante, est au demeurant assez évocateur à plusieurs égards, car il réunit quelques-uns des fameux arguments anti-féministes souvent entendus et montre comment cette affaire a libéré la parole de certaines femmes.

    Camel Joe Claire Duplan p87

    J’ai apprécié le quotidien de Constance. D’abord, son métier d’illustratrice freelance en galère évoque forcément mes propres déboires en tant qu’éditrice freelance ; et ensuite ses confidences et ses coups de gueule avec ses amies, ses échanges et ses malentendus avec son copain. Comme elle, on se débat avec les préjugés sexistes, les différentes représentations de la féminité et nos convictions féministes parfois contradictoires. La bande-dessinée met par exemple en scène les aléas souvent cocasses liés aux injonctions de lapparence (devoir prendre le temps de s’épiler, de « se faire belle ») et à la dictature du plaisir masculin (porter un pantalon moulant pour susciter le désir, mais ne pas avoir le sexe qui moule à travers — le fameux camel toe — pour ne pas être traitée de pute). Ainsi, l’héroïne dessinée par Constance revendique sa liberté mais s’approprie aussi pleinement les codes de la féminité, ceux-là mêmes que l’humanité masculine a forgés à son goût, au détriment des femmes.

    Camel Joe p50

    Je me retrouve un peu dans cette femme de son temps, ordinaire mais politisée, probablement inspirée de la vie de la Claire Duplan elle-même, qui d’ailleurs ne manque pas d’autodérision. Alors, s’il est vrai que ce tout premier album quelque peu maladroit, et d’ailleurs préfacé par Pénélope Bagieu, ne m’a pas totalement plu, je suis persuadée que les prochains gagneront en maîtrise. Pour moi, c’est clairement une première œuvre chouette à découvrir qui demande à être nourrie et affinée, mais qui va m’inspirer pour le thème de ma soirée d’anniversaire des trente ans...

    Camel Joe p62

    Lisez aussi

    Essais

    Masculin/Féminin 1 Françoise Héritier

    Beauté fatale Mona Chollet

    Le Ventre des femmes Françoise Vergès

    Ceci est mon sang Elise Thiébaut

    Libérées Titiou Lecoq

    Non c'est non Irène Zeilinger

    Tirons la langue Davy Borde

    Nous sommes tous des féministes Chimamanda Ngozi Adichie

    Littérature et récits

    Le Chœur des femmes Martin Winckler

    Le Cantique de Meméia Heloneida Studart

    Retour à Cayro et L'Histoire de Bone de Dorothy Allison

    Instinct primaire Pia Petersen

    Histoire d'Awu Justine Mintsa

    Une femme à Berlin Anonyme

     

    Camel Joe

    Claire Duplan

    Préface en images de Pénélope Bagieu

    Éditions Rue de l’échiquier

    Collection Rue de l’échiquier BD

    2018

    120 pages

    16,50 euros

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    4 commentaires
  • les cahiers desther riad sattouf bibliolingus blog livre

    Les Cahiers d’Esther
    Histoires de mes 10 ans
    Riad Sattouf
    Éditions Allary
    2016

     

    En un mot

    Avec un dessin en noir et blanc et tout en rondeurs, ponctué d’éléments colorés qui font sens dans la narration, la BD de Riad Sattouf croque avec tendresse et réalisme l’histoire vraie d’Esther A. Cette BD a une portée très large, assez universelle dans les sociétés occidentales, car même si on n’a pas 10 ans en 2016, chaque lecteur peut se retrouver dans les anecdotes d’Esther ou de ses camarades. Mais au-delà du récit anodin et amusant, Esther met en lumière les valeurs d’un âge plutôt ingrat et d’une époque autocentrée, faite de superficialité et de consumérisme. Bref, j’ai adoré et dévoré les Cahiers d’Esther. Quant à Esther, elle est ce qu’elle est.

    L’histoire

    Esther A., dix ans, a confié au dessinateur Riad Sattouf son quotidien et ses réflexions avec beaucoup de naturel et de vivacité. À travers 52 planches construites chacune autour d’une saynète, d’une anecdote, d’un thème, on découvre l’histoire d’Esther, une petite fille ordinaire et bien dans ses baskets.

    Le dessin

    J’adore le dessin de Riad Sattouf, fait de tendres rondeurs et qui saisit les émotions d’un trait de crayon. Bien qu’en noir et blanc, le dessin est agrémenté de touches ou d’aplats de couleurs plus ou moins vives, qui font particulièrement sens dans la progression des planches. J’ai été très sensible à cette manière de mettre en relief les émotions fortes, certaines actions ou objets. Par ailleurs, les dessins, légendés avec soin, témoignent bien de l’esprit enfantin. Les légendes expliquent un point, ajoutent une pensée (les gens qu’Esther « aime d’amour », ceux qu’elle aime pas), appuient un fait d’une manière toute enfantine et rafraîchissante.

    Mon avis

    Avec un sens de l’observation évident, Riad Sattouf croque avec tendresse, humanité et réalisme l’histoire d’Esther. En fait, le talent de Riad Sattouf, c’est que sa BD se lit à plusieurs niveaux : à partir d’un récit a priori anodin et amusant en surface, on peut observer le système de valeurs d’un âge plutôt ingrat et d’une époque autocentrée, faite de superficialité et de consumérisme.

    Ce serait trop facile et biaisé de réduire Esther à ses goûts musicaux (Black M, Mr Gims et Kendji Girac) et à ses loisirs (comme l’émission pro-humiliation Touche pas à mon poste qui apparaît p. 20 et 22), lesquels, je l’espère de tout mon cœur, tomberont aux oubliettes. Ce serait mettre de côté la profondeur de ses amours, de ses inquiétudes et son authenticité.

    Mais on peut s’arrêter un instant sur les valeurs qui habitent Esther, et qui sont symptomatiques de notre époque. La superficialité saute en effet aux yeux : Esther fournit beaucoup de remarques autour de la beauté et de l’apparence, a une réelle obsession pour le dernier Iphone, et évolue dans un rapport aux objets, aux marques très consumériste (tout comme son frère qui est rivé à son téléphone chaque fois qu’il apparaît).

    Le quotidien d’Esther, qui est clairement du côté des enfants populaires de son école, montre aussi le sexisme, l’effet de groupe, la pression sociale, le rejet de la différence (l’homosexualité, le racisme, mais aussi le petit Mitchell qui se fait railler parce qu’il est sensible, p. 37). On peut s’étonner par exemple d’une sensibilité et d’une empathie à plusieurs vitesses : Mitchell, le « Chinois » p. 21, le fils de l’alcoolique p. 36.

    À mon sens, cette BD a une portée très large, assez universelle dans les sociétés occidentales, car même si on n’a pas 10 ans en 2016, chaque lecteur peut se retrouver dans les anecdotes d’Esther ou de ses camarades. Elle ne témoigne donc pas tant d’une génération, mais bien d’un âge et d’une époque, et permet une étude sociologique intéressante. Ce récit m’a touché, davantage que fait rire, car il nous met face à nos contradictions et à nos malaises.

    Bref, j’ai adoré et dévoré les Cahiers d’Esther. Quant à Esther, elle est ce qu’elle est.

    bibliolingus les cahiers desther riad sattouf blog livre

    Du même auteur

    larabe du futur riad sattouf bibliolingus blog livres 

    L'Arabe du futur

    Tome 1

       

    Lisez aussi

    zai zai zai zai fabcaro bibliolingus blog livre

    Zaï zaï zaï zaï

    Fabcaro

       

     

    Les Cahiers d’Esther
    Histoire de mes 10 ans
    Riad Sattouf
    Éditions Allary
    2016
    54 pages
    16,90 euros

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique