• le 16e round rubin carter hurricane bibliolingus blog livreLe 16e round
    Rubin Carter Hurricane
    Les Fondeurs de briques
    2015

     

    En un mot

    Dans ce récit autobiographique et rageur, Rubin Carter raconte son enfance et sa carrière de boxeur, mais surtout les multiples injustices et actes racistes dont il a été victime. Publié par les belles éditions Les Fondeurs de briques, ce témoignage brosse le portrait de l’Amérique blanche et raciste des années 1950-1960.

    « Pourquoi cette chaise électrique semblait toujours vouloir me voler mes amis1 ? »

    Dans ce témoignage exceptionnel, Rubin Carter, alias Hurricane, raconte son enfance après la Seconde Guerre mondiale et sa carrière de boxeur professionnel dans les années 1960. Il parle des premières injustices vécues lorsqu’il était enfant, de l’éducation stricte de son père autoritaire, de ses problèmes d’élocution qui le faisaient bégayer et déjà brandir les poings de dépit.

    Foudroyé par une terrible injustice, Rubin multiplie les séjours en centre d’éducation et en prison, pendant lesquels il fait l’expérience d’un racisme profond au sein des administrations américaines essentiellement peuplées de Noir·e·s, sans compter la corruption, les abus sexuels, les agressions et l’insalubrité qui chaque jour privent d’avenir les détenu·e·s. Le système carcéral s’avère être un marché florissant pour l’État autant que pour les entreprises. Lorsqu’il devient un célèbre boxeur, il dénonce aux journalistes les répressions policières meurtrières dans les quartiers noirs de Harlem en 1964.

    Dès lors, il se retrouve dans la ligne de mire de la police pour s’être fait le défenseur des Noir·e·s. Harcelé par des contrôles incessants et des interdictions de séjour, Rubin Carter se retrouve un jour accusé d’un crime qu’il n’a pas commis. Faux témoignages, intimidation des vrais témoins, falsifications des preuves, vices de procédure, jury non représentatif et procès instrumentalisé en vue des élections prochaines… Rubin raconte le déroulement du procès et les accusations qui lui tombent dessus.

    « Six semaines entières de débats, de cris, de supplications, de déchirements, de sélections, de cogitations, six semaines à réclamer une putain de justice – et ces crackers nous ont pondu leur saloperie en deux heures2. »

    Rencontre avec le livre

    L’autobiographie de Rubin Carter, alias Hurricane, est pour le moins percutante ! Je ne dirai rien des circonstances dans lesquelles ce témoignage historique et précieux a été écrit, mais vous les trouverez sur la fiche Wikipédia ou bien vous pouvez faire comme moi, les découvrir à la toute fin du livre ! Cet ouvrage est d’autant plus rare qu’il a été publié en France par Les Fondeurs de briques, superbe maison d’édition indépendante dont les ouvrages sont soignés et atypiques.

    Son récit, écrit avec rage et agrémenté d’expressions imagées pas très poétiques, est cruellement criblé d’injustices et d’impostures qui m’insupportent beaucoup ! L’univers difficile des prisons, les peines pénales des Noir·e·s, démesurées par rapport aux crimes et aux peines des Blanc·he·s, font bondir au plafond.

    « Je savais fort bien que, pour certains flics, boucler des Noirs dès le matin avait la saveur des œufs au bacon sur un toast, et en refroidir un le soir celle d’un verre de sherry face à un bon feu de cheminée3. »

    Toutefois, cet homme autodidacte est le reflet de son temps. Il a eu quelquefois des propos sexistes (« Tu dégoises comme un champion, mais tu te bats comme une femme qui, au fond d’elle-même, rêve de se faire violer4 ! ») et à maintes reprises homophobes envers la prostitution carcérale (« tapettes », « pédérastes », « pédales », « tordus suceurs de bites », « tantouserie »), certainement parce que l’homosexualité carcérale est associée dans son esprit à une domination des caïds sur les plus faibles. Personne n’est parfait, et malgré ces deux aspects sombres, cet homme est un des symboles de la lutte contre le racisme aux Etats-Unis.

    1. Page 282. -2. Page 464. -3. Page 387. -4. Page 338.

     

    Le 16e round

    Rubin Carter Hurricane

    Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Catherine Vasseur

    Les Fondeurs de briques

    2015

    512 pages

    24 euros

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • les francais djihadistes david thomson bibliolingus

    Les Français jihadistes
    David Thomson
    Les Arènes
    2014

     

     

    En un mot

    David Thomson a recueilli les témoignages d’une vingtaine de personnes « jihadistes » autodidactes, imprévisibles, un peu amateurs et amatrices, nous laissant entrevoir différents profils et parcours. Cet ouvrage déroutant constitue une bonne entrée en matière pour comprendre les nouvelles formes du fanatisme religieux.

    « C’est l’islam qui nous a rendu notre dignité parce que la France nous a humiliés. »

    À travers une vingtaine d’entretiens, David Thomson dessine différents profils de jihadistes et de croyant-e-s radicalistes. Certain-e-s ont décidé de faire leur hijra, c’est-à-dire d’émigrer de France, leur sol natal mais « mécréant », vers une terre d’Islam comme la Syrie.

    On en sait un peu plus sur leurs origines, leurs parcours, leur contexte familial. Certain-e-s sont de culture musulmane, d’autres converti-e-s issus du christianisme, la plupart sont très jeunes.

    Pour la quasi totalité des personnes interrogées, leur manière d’utiliser Internet coïncide avec leur « radicalisation ». Ce sont des personnes autodidactes qui s’informent sur Youtube, sur les réseaux sociaux et les forums musulmans ou « radicalistes », ce qui marque une réelle différence générationnelle. Ils et elles sont en quête de vérité, de pureté, d’absolu et trouvent tout cela dans le fanatisme religieux.

    Rencontre avec le livre

    David Thomson a enregistré ces entretiens pour pouvoir les retranscrire au mieux. Il n’a pas pour but de délivrer l’histoire judiciaire ou politique du jihadisme en France, mais de nous raconter qui sont ces personnes et leurs parcours sans pour autant se montrer exhaustif.

    Comme beaucoup de monde j’imagine, j’ai éprouvé la nécessité de me documenter sur ce « mouvement » qui est en partie l’expression d’une politique française sociale désastreuse depuis des décennies, et qui nous revient tel un boomerang. Ce boomerang vient frapper de manière indistincte ce que la classe dirigeante a permis de produire : un peuple fragilisé et divisé.

    Dans ces différents témoignages, j’ai été frappée par le mélange entre cette façon de se délester de toute sa vie en quelques mois, par le radicalisme, la sobriété assimilable à une forme de décroissance économique, et cette mise en scène de soi par des selfies et des tweets une fois que les candidat-e-s sont arrivé-es en Syrie.

    Si le jihadisme sévit depuis au moins trente ans, c’est avec l’émergence de Facebook et de Youtube que sa forme moderne, qui est davantage individualiste, a pu s’étendre à plus grande échelle.

    Ce sont des personnes autodidactes qui s’informent sur Youtube, sur les réseaux sociaux et les forums musulmans ou « radicalistes », ce qui marque une réelle différence générationnelle. Ils et elles sont en quête de vérité, de pureté, d’absolu, de repères, et trouvent tout cela dans le fanatisme religieux. C’est intéressant de voir comment la construction de l’individu passe par une sorte d’autoconfirmation, ce qu’on appelle le biais de confirmation : on va chercher sur internet (et dans les livres ou les médias) des « preuves » de ce qu’on pressent au fond de soi. Je pense qu’on fait tous et toutes cela, mais dans cette forme de fanatisme le processus est d’autant plus intéressant qu’ils et elles se démarquent par la rapidité de la conversion.

    Voilà une lecture autant captivante que dérourante, et qui constitue une bonne entrée en matière, mais qui demande à être étayée par d’autres ouvrages dont je vous parle bientôt.

    Lisez aussi

    ce que tient ta main droite manoukian bibliolingus blog livre 

    Ce que tient ta main droite t'appartient

    Pascal Manoukian

    terroristes marc trevidic bibliolingus blog livre

    Terroristes

    Marc Trévidic

    terreur dans l'hexagone gilles kepel bibliolingus

    Terreur dans l'Hexagone

    Gilles Kepel

    l'attentat yasmina khadra bibliolingus blog livre 

    L'Attentat

    Yasmina Khadra

     

     

    Les Français jihadistes
    David Thomson
    Les Arènes
    2014
    256 pages
    18 euros

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique