• Fleur noire ≡ Kim Young-ha

    Salon du livre Paris 2016

    fleur noire kim young ha bibliolingus

     

     

     

    Fleur noire
    Kim Young-ha
    Éditions Philippe Picquier
    2007

    En un mot

    L’histoire vraie des 1033 Coréens qui sont partis cultiver le sisal au Mexique en 1904. Croyant faire fortune, ils sont réduits en esclavage.


    « Est-ce qu’on ne souffre pas déjà assez
    d’avoir été bernés en venant ici
    et vendus comme des marchandises1 ? »

    En 1904, 1033 Coréens embarquent à bord de l’Ilford, un cargo anglais, pour rejoindre le Mexique. Dans le navire pas du tout prévu pour transporter des passagers, les conditions de voyage sont atroces et indignes.

    Parmi ces Coréens, toutes les classes sociales sont réunies : les paysans et les chasseurs de baleine quittent la Corée pour une vie meilleure, les nobles et les voleurs pour échapper à la justice ou à la déchéance, mais tous sont pleins d’espoir envers ce nouveau monde, le Mexique ou « Muk Seo Ga », dont ils ne connaissent absolument rien.

    Arrivés au Mexique, et plus exactement à Mérida, au Yucatan, où le climat est extrêmement chaud et sec comparé à celui de la Corée, les illusions tombent. Ils ont été vendus à leur insu dans plusieurs haciendas pour cultiver le « henequen », ou sisal, dans des conditions inhumaines. Esclaves payés trois fois rien, ils sont enchaînés à la terre yucatane pour un contrat de 4 ans. Qu’adviendra-t-il d’eux ? Que fera la Corée, bientôt absorbée par l’empire japonais, pour aider ses ressortissants à l’autre bout du monde ?

     

    Rencontre avec le livre

    Fleur noire, roman polyphonique, historique et passionnant, raconte l’émigration de 1033 Coréens au Mexique, et plus précisément au Yucatan, le pays des mayas. Dans les exploitations de sisal où les conditions de vie sont pénibles, les Coréens réduits en esclavage s’adaptent au climat et mêlent leurs coutumes à celles des mayas. Les classes sociales coréennes et les valeurs confucéennes sont balayées ; les fanatiques propriétaires des haciendas forcent les émigrés à renoncer à leurs rites et à se convertir au christianisme.

    Je n’ai pas trouvé beaucoup d’infos sur cette minuscule diaspora, mais le roman de Kim Young-ha a l’air bien documenté concernant les conditions de vie des exploitations mexicaines. Il profite de l’histoire de ces 1033 Coréens pour nous raconter celle de la Corée colonisée par le Japon au début du vingtième siècle, et nous plonger avec régal dans la révolution mexicaine de 1910 aux côtés de Pancho Villa et Emiliano Zapata, les chefs révolutionnaires.

    Kim Young-ha fait même une excursion rapide avec le destin extraordinaire (et véridique ?) des 30 Coréens  qui ont soutenu la révolution au Guatemala et ont fondé un nouveau pays coréen, hélas éphémère, au cœur des ruines des cités mayas, en réponse à l’annexion de la Corée par l’empire japonais à cette époque.

    L’exercice littéraire est remarquable, puisque l’auteur s’appuie sur une histoire vraie − l’émigration coréenne au Mexique et au pays des mayas − pour inventer le destin d’une poignée d’entre eux, tout en nous livrant des pages entières de l’histoire de la Corée, du Mexique et du Guatelamala.

    À travers un orphelin autodidacte, une jeune noble, un voleur cupide, d’anciens militaires de carrière et quelques autres personnages inspirés, Kim Young-ha montre la diversité des réactions face au changement, aux souffrances, au climat, aux coutumes, à la destinée. Il souligne combien l’être humain s’adapte à toutes les situations, et prend parti de son environnement. Voilà comment 1000 Coréens ont été pris dans l’histoire du Mexique et ont fait naître une diaspora pour le moins insolite. Et c’est passionnant !

    Du même auteur

    L'Empire des lumieres Kim Young-ha Bibliolingus

    L'Empire des lumières

    Kim Young-ha

    J'entends ta voix Kim Young-ha Bibliolingus

     J'entends ta voix

    Kim Young-ha

    Lisez aussi

    Cocktail sugar collectif Bibliolingus

    Cocktail sugar et autres nouvelles de Corée

    Collectif

    Mina Apple Kim Bibliolingus

    Mina

    Apple Kim

    Monsieur Han Bibliolingus

    Monsieur Han

    Hwang Sok-yong

       

    Autres auteur-e-s de Corée

     

    1. Page 224. 

    Fleur noire
    (titre original : Geoeun Kot)
    Kim Young-ha
    Traduit du coréen par Lim Yeong-hee et Françoise Nagel
    Éditions Philippe Picquier
    2007
    396 pages
    20,50 euros

    Bibliolingus

    « Le Maître des âmes ≡ Irène Némirovsky
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 21 Juillet à 21:05

    Un pan d'histoire que je ne connais pas. J'aime ces livres qui mélange, intelligemment, roman et histoire

      • Vendredi 22 Juillet à 11:57

        C'est tout à fait ça ! C'est le genre de roman que je recherche ces derniers temps ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :