• Le Ventre des femmes ≡ Françoise Vergès

    le ventre des femmes francoise verges bibliolingus

    Le Ventre des femmes
    Françoise Vergès
    Éditions Albin Michel
    2017

    Club de lecture féministe des Antigones

    Chronique sur le blog Un invincible été

    En un mot

    À partir du scandale de la fin des années 1960 où l’État français a mené une campagne d’avortement et de stérilisation forcés à des femmes noires réunionnaises, Françoise Vergès analyse le racisme et le patriarcat institutionnels ainsi que les processus collectifs d’oubli et de réécriture de l’histoire, notamment ceux du féminisme blanc des années 1970. Un ouvrage vraiment intéressant, bien que difficile d’accès à mon sens, qui met en perspective le racisme et le patriarcat, et invoque le féminisme décolonial, ou intersectionnel pour inclure les luttes des personnes de toutes origines.

    « La description éclaire […] la triple oppression subie par des Réunionnaises, en tant que femmes, non blanches et du peuple1. »

    À la fin des années 1960 à La Réunion, l’État français a mené une campagne d’avortement et de stérilisation sur les femmes noires et pauvres, alors même que l’avortement était interdit. Les femmes admises à l’hôpital subissaient un avortement et une stérilisation forcés, tandis que les médecins déclaraient une intervention bénigne et se faisaient rembourser par la Sécurité sociale. Comment ces pratiques ont-elles pu se mettre en place en toute impunité par les médecins, les assistant·e·s, les autorités ? Cet événement dramatique et incroyable, qui a pourtant été relayé par quelques journaux d’époque, a complètement disparu de l’histoire collective française.

    Françoise Vergès part de ce scandale pour analyser la politique coloniale, impérialiste, raciste et patriarcale du gouvernement français. Après la Seconde Guerre mondiale, l’État redessine son empire colonial et définit les territoires qui comptent (la France) et ceux qui ne comptent pas (comme les DOM-TOM), lesquels seront par conséquent abandonnés aux plans économiques et sociaux. En fin de compte, l’autrice montre que la « décolonisation » est un leurre. La colonialité du pouvoir a perduré malgré les transformations économiques et sociales et les déclarations d’indépendance ; les anciennes colonies sont restées à la marge de l’histoire officielle.

    Pendant des siècles, le colonialisme a violé le ventre des femmes noires pour produire de petit·e·s esclaves, et à présent que cette main d’œuvre n’est plus nécessaire, les ventres réunionnais sont saccagés et scellés au bon vouloir des hommes blancs. Bien sûr, cette idéologie est masquée par une propagande fallacieuse visant à faire croire que La Réunion est un département surpeuplé et qu’il convient de pratiquer une politique antinataliste.

    Rencontre avec le livre

    J’ai lu Le Ventre des femmes de Françoise Vergès grâce au club de lecture féministe des Antigones organisé par Ophélie du blog Antigone XXI et Pauline d’Un invincible été. J’ai beaucoup aimé le contenu de cet ouvrage, même s’il m’a semblé difficile d’accès par rapport à d’autres lectures. Françoise Vergès, elle-même issue d’une famille réunionnaise composée de personnalités politiques, est politologue, historienne et féministe.

    Françoise Vergès met en perspective le scandale des femmes noires avortées de force à La Réunion pour mieux appréhender le racisme français et analyser les processus d’oubli de la France, les gommages et les manipulations du passé, surtout concernant les populations « inutiles ». Pour exemple, l’autrice s’appuie sur l’étude du Mouvement de libération des femmes (MLF) dans les années 1970, qui ignore la dimension raciale du patriarcat et la lutte des femmes noires.

    En conclusion, l’idée est de s’opposer au féminisme d'état prétendant parvenir à l’égalité sans changement structurel. L’autrice invoque l’intersectionnalité des luttes, visant à décloisonner les identités et les formes d’oppression, et parle de féminisme décolonial, ou intersectionnel, ayant pour but de faire resurgir l’histoire des opprimé·e·s au sein de l’histoire officielle des manuels scolaires. L’autrice en appelle aussi au féminisme killjoy, qui interrompt le discours officiel du « tout va bien ». Il s’agit de réparer l’oubli, de mettre les mots sur le passé qu’on dissimule.

    Voilà un ouvrage essentiel à la compréhension du racisme étatique et du féminisme que je ne peux que vous inviter à lire. S’il est certes difficile à lire, car il brasse plusieurs notions qu’il vaut mieux avoir déjà rencontré auparavant, il mérite de s’accrocher. Je compte prolonger cette lecture par tout un ensemble d’autres ouvrages traitant des mêmes sujets !

    « Les femmes des outre-mer, qu’elles soient esclaves, engagées ou colonisées, existent à peine dans les analyses féministes, qui les traitent au mieux comme des témoins d’oppressions diverses, mais jamais comme des personnes dont les paroles singulières remettraient en cause un universalisme qui masque un particularisme2. »

    Lisez d'autres essais

    la force de l'ordre didier fassin bibliolingus

    La Force de l'ordre

    Didier Fassin

    beaute fatale mona chollet bibliolingus blog livre

    Beauté fatale

    Mona Chollet

    ceci est mon sang élise thiébaut bibliolingus blog livre

    Ceci est mon sang

    Elise Thiébaut

    non c'est non irene zeilinger bibliolingus blog livre

    Non c'est non

    Irène Zeilinger

    nous sommes tous des féministes chimamanda ngozi adichie bibliolingus blog livre

    Nous sommes tous des féministes

    Chimamanda Ngozi Adichie

    tirons la langue davy borde bibliolingus blog livre

    Tirons la langue

    Davy Borde

    francafrique la famille recomposee survie bibliolingus

    Françafrique, la famille recomposée

    Association Survie

    libérées titiou lecoq bibliolingus

    Libérées

    Titiou Lecoq

    Et de la littérature

    beloved toni morrison bibliolingus blog livre

    Beloved

    Toni Morrison

    crepuscule du tourment miano bibliolingus

    Crépuscule du tourment

    Léonora Miano

    (Cameroun)

    tels des astres eteints miano bibliolingus livre blog

    Tels des astres éteints

    Léonora Miano

    Americanah Chimamanda Ngozi Adichie

    Americanah

    Chimamanda Ngozi Adichie

    instinct primaire pia petersen bibliolingus blog livre

    Instinct primaire

    Pia Petersen

    Le Cantique de Meméia Heloneida Studart

    Le Cantique de Meméia

    Heloneida Studart

    Voir aussi

    ouvrir la voix amandine gay L’excellent documentaire Ouvrir la voix d’Amandine Gay    

    1. Page 44. -2. Page 12.

    Le Ventre des femmes. Capitalisme, racialisation, féminisme
    Françoise Vergès
    Éditions Albin Michel
    Bibliothèque Idées
    2017
    242 pages
    20 euros

    Bibliolingus

    « Théorie du tube de dentifrice ≡ Peter SingerLe Ventre de Paris ≡ Émile Zola »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 19 Juin à 16:03
    Alex-Mot-à-Mots

    Quelle honte ! Une campagne dont on a peu entendu parler, bizarrement.

      • Mercredi 20 Juin à 17:59

        Tout à fait, et la démarche de Vergès est aussi de montrer que les médias de l'époque en ont un peu parlé, donc les sources sont accessibles dans une certaine mesure, mais ni à l'époque, ni par la suite, l'opinion publique ne s'est emparée de cette histoire scandaleuse!

    2
    Mardi 19 Juin à 18:37

    Quelle force !

      • Mercredi 20 Juin à 18:00

        Un essai vraiment intéressant, car il part d'une histoire "locale" pour comprendre les mécanismes qui sont en jeu au niveau national!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :