• Pérennes

    Délimitées dans le temps et l'espace — un pays, une guerre —, les œuvres pérennes excellent dans cette catégorie, car elles racontent leur époque avec talent. Elles m'ont touchée par leur intensité, leurs personnages, tout autant qu'elles m'ont appris un pan d'histoire et de culture du monde.

  • leonid doit mourir lipskerov bibliolingus blog livre 

    Léonid doit mourir
    Dmitri Lipskerov
    Éditions du Revif
    2014

    En un mot

    Ce roman russe fantastique met en scène Léonid, le fœtus doué d’une pensée extralucide, et Angélina, tireuse d’élite et immortelle.

    « [Léonid] ne pouvait pas être un tel gouja avant même de naître1 ! »

    En 1964, Léonid est un fœtus doué d’une pensée extralucide, omnipotente. Carrément acerbe et misogyne, il livre avec humour ses réflexions métaphysiques et ses ambitions alors qu’il est encore dans le ventre de sa mère, Ioulia, qui vit dans un appartement communautaire avec le père, un délinquant recherché, la grosse voisine Katia et Sergueï, un intello coincé.

    « Au quatrième mois de grossesse, l’embryon alla même jusqu’à tenter de se suicider. Par un effort de volonté, il obligea ses cellules à ne plus s’oxygéner, mais ce gros malin de Ravikovitch procura des comprimés d’oxygène actif à Ioulia2. »

    « [Angelina Lébiéda], chevalier complet de l’ordre de la Gloire3. »

    Ailleurs en Russie, Angelina, 82 ans, est mannequin (oui !) et championne de tir à l’arbalète. Pendant la guerre froide, elle a été ce qu’on peut appeler une machine de guerre. Tireuse d’élite récompensée par plus de trente médailles, elle a des yeux de lynx et un sixième sens pour flairer la mort. Lors d’un contrôle de santé, son médecin fait une découverte étonnante : si sa peau est ridée et détendue, ses cellules ont gardé la vitalité de ses vingt ans…

    Que peut-il advenir d’une rencontre entre Léonid et Angelina, deux êtres exceptionnels et au parcours si opposé ?

    Rencontre avec le livre

    Derrière cette couverture peu attirante se cache un roman surréaliste, drôle et au ton délicieusement libérateur.

    Immortalité, singularité, déterminisme social, choix de sa sexualité : ce roman aborde des thèmes passionnants. Le ton moqueur, fait de circonlocutions et de périphrases ironiques, cingle notamment les préjugés sexistes sur l’homophobie et la transexualité, mais il singe aussi la prétention du système soviétique à vouloir se substituer à la famille.

    « [Svéta] épousa Outiakine et apprit ce qu’était un homme, un vrai. Quoique doté d’un visage passe-partout et d’un corps chétif, son docteur s’avéra capable de conduire des rames de métro sans faillir, n’en finissant plus de les piloter à travers les tunnels. Les garçons de son âge que Svéta avait connus ne lui arrivaient pas à la cheville, même pris tous ensemble. Il était long, tendre et savant4. »

    Publié par les éditions du Revif, Léonid doit mourir ressemble à une pièce de théâtre inspirée des classiques de la littérature russe, peuplée de personnages loufoques qui se croisent habilement au fil des scènes. L’histoire est constituée de plein d’histoires humaines qui se complètent. Dommage que la fin soit un peu précipitée, comme si l’auteur avait eu hâte de réunir les ficelles de son intrigue, mais j’ai beaucoup aimé les 450 pages passées avec les personnages. Les notes de la traductrice sont bien orientées et fournissent le contexte historique nécessaire pour comprendre les allusions de l’auteur.

    Je ne vous en dis pas plus, car ce roman est délicieux ! Si vous aimez la littérature russe déjantée, ce roman est pour vous.

    Lisez aussi

    La fin de l'homme rouge Bibliolingus La Fin de l'homme rouge
    Svetlana Alexievitch 
    Un siècle d'espoir et d'horreur Harman Bibliolingus Un siècle d'espoir et d'horreur
    Chris Harman
    Cinq histoires russes Elena Balzamo Cinq histoires russes
    Elena Balzamo
    purge sofi oksanen bibliolingus blog livre Purge
    Sofi Oksanen
    Vongozero Yana Vagner Vongozero
    Yana Vagner
    le prince jaune vassil barka bibliolingus blog livre Le Prince jaune
    Vassil Barka
    Les Ongles Mikhaïl Elizarov Bibliolingus Les Ongles
    Mikhaïl Elizarov
    l'homme qui savait la langue serpents kirivahk bibliolingus L'homme qui savait la langue des serpents
    Andrus Kivirähk

    1. Page 134. - 2. Page 124. -3. Page 393. -4. Page 216.

     

    Léonid doit mourir
    (traduit du russe par Raphaëlle Pache)
    Dmitri Lipskerov
    Éditions du Revif
    2014
    456 pages
    20 euros

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • purge sofi oksanen bibliolingus blog livre

    Purge
    Sofi Oksanen
    Éditions Stock
    2010

     

    En un mot

    En 1992 en Estonie, Aliide, une vieille dame, trouve la jeune Zara dans son jardin, terrorisée et sale. Leurs parcours personnels, mêlés à l’histoire terrible de l’Estonie du XXe siècle, sont impressionnants. Un roman que j’ai dévoré en un temps record et dont j’ai gardé en mémoire des images très fortes.

    « Êtes-vous sûre, camarade Aliide1 ? »

    1992, Estonie. Un matin, une vieille femme, Aliide découvre une jeune fille au fond de son jardin. Zara est recroquevillée, les cheveux sales et les vêtements en lambeaux. Elle semble terrorisée, voire avoir perdu la raison. Aliide la fait entrer chez elle et lui donne du pain, mais elle se montre très méfiante. C’est qu’il y a des voleurs dans les parages et le procès de restitution des terres d’Aliide n’est pas terminé.

    Zara commence à raconter son histoire – un mari violent dont elle se serait échappée. Mais Aliide reste sur ses gardes : son accent estonien est étrange, un peu suranné. D’où vient-elle vraiment ? Et pourquoi Aliide vit-elle seule à la campagne ? Pourquoi est-elle si dure et froide envers une très jeune fille sans défense ?

    Rencontre avec le livre

    S’il m’a fallu une cinquantaine de pages pour entrer dans l’histoire, j’ai dévoré les 380 pages suivantes en un weekend ! Il faut donc passer outre les premières scènes qui semblent peu annonciatrices et prévoir du temps libre. Les parcours de ces deux femmes sont impressionnants, mais c’est surtout celui d’Aliide qui m’a profondément marquée.

    Cela fait quelques semaines que j’ai terminé le livre mais je reste saisie d’effroi par ce que la vie en Estonie a dû être au XXe siècle. Tantôt rattaché·e·s à la Russie, puis à l’Allemagne, puis de nouveau à l’empire soviétique, les Estonien·ne·s ont dû aller dans le sens du vent pour se protéger, c’est-à-dire suivre l’idéologie dominante pour sauver leur peau. Mais celles et ceux qui ont trop clamé leur collaboration avec les nazi·e·s ont ensuite été envoyé·e·s aux camps de travail forcé sous la dictature soviétique.

    Sur une trentaine d’années, Sofi Oksanen nous fait sentir comment chacun·e se protège de ses propres émotions et de celles des autres, comment on en vient à faire des choix personnels forts seulement par stratégie de survie. Elle fait sentir les traumatismes tus, les regards discrets, les mains qui tremblent, les sentiments refoulés.

    Avec l’histoire de Zara, Sofi Oksanen montre également le début de l’époque post-soviétique. Avec l’effondrement de l’URSS est venu le temps du consumérisme et du capitalisme érigés en modèles de la réussite sociale. Et dans le sillage de ce capitalisme, l’illusion que tout le monde peut réussir sa vie, aller en Europe de l’Est et être riche.

    « Zara se souvenait de ces Volga, qui roulaient toujours si vite et s’élançaient tous feux éteints. À présent, Oksanka en avait une pareille. Et son propre chauffeur. Et des gardes du corps. Et des boucles en or avec de gros diamants. Des dents blanches2. »

    J’ai été très marquée par l’épisode d’Aliide qui se met à faire des rideaux pour cacher l’existence de Hans ; des valises toujours prêtes en cas de départ précipité ; des collants, symboles de l’Occident, de la richesse et de la réussite… Des images fortes me sont restées en mémoire, d’une époque soviétique hallucinante, incroyable, qui a façonné des esprits d’une manière bien différente de l’Europe de l’Ouest. Je suis aussi impressionnée par la vitesse du capitalisme à s’emparer des anciens territoires soviétiques.

    J’adore lire les histoires de l’ex-Union soviétique, c’est une période qui me fascine et m’horrifie, et l’Estonie est témoin des horreurs du XXe siècle. Si c’est votre cas aussi, alors foncez !

    1. Page 192. 2. Page 49.

    Lisez aussi

    La fin de l'homme rouge Bibliolingus  La Fin de l'homme rouge
    Svetlana Alexievitch
     
    Cinq histoires russes Elena Balzamo Cinq histoires russes
    Elena Balzamo
     Un siècle d'espoir et d'horreur Harman Bibliolingus Un siècle d'espoir et d'horreur
    Chris Harman
    l'homme qui savait la langue serpents kirivahk bibliolingus

    L'homme qui savait la langue des serpents
    Andrus Kivirähk

    leonid doit mourir lipskerov bibliolingus blog livre Léonid doit mourir
    Dmitri Lipskerov
       

     

     

    Purge
    (Puhdistus, traduit du finnois par Sébastin Cagnoli)
    Sofi Oksanen
    Le Livre de poche
    2012
    432 pages
    7,60 euros

     

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique