• rentree litteraire 2016 bibliolingus

    petit pays gael faye bibliolingus blog livre

     

     

     

    Petit pays
    Gaël Faye
    Éditions Grasset
    2016

    En un mot

    Dans ce premier roman, autobiographique, Gaël Faye, chanteur et compositeur-interprète, raconte son enfance au Burundi et au Rwanda, ces deux petits pays témoins des génocides entre Hutu-e-s et Tutsi-e-s dans les années 1990. Un récit fluide et construit autour d’instantanés emblématiques d’une enfance qui se délite, de pays et de peuples qui se déchirent.

    « Le génocide est une marée noire, ceux qui ne s’y sont pas noyés sont mazoutés à vie. »

    En 1992, Gaby et sa petite sœur vivent avec leurs parents au Burundi, dans un quartier résidentiel privilégié de Bujumbura. Leur père Michel est français, et leur mère Yvonne a fui le Rwanda en 1963 et n’a jamais pu y retourner. Le narrateur, c’est le Gaby adulte qui raconte des épisodes marquants d’une enfance ordinaire et heureuse avec sa bande de copains et l’école française, le quotidien avec les « boys », les employés de maison.

    Au début, la guerre qui fait d’abord rage au Rwanda n’est qu’un simple mot. La vie continue comme avant, mais peu à peu la guerre civile entre les Hutus et les Tutsi, la peur, la violence, la mort s’insinuent dans l’univers enfantin et insouciant de Gaby : ses amis de l’impasse changent et prennent part au conflit, ses parents se déchirent, les « boys » disparaissent.

    L’enfance lui est volée, et Gaby est tiraillé entre son père qui ne souhaite pas le voir se mêler de politique, sa mère qui ne lui a pas transmis sa culture rwandaise et l’élève comme un « petit français », et ses copains qui l’enjoignent à s’engager dans le conflit, car « dans la guerre, personne ne peut être neutre ! ».

    « À l’OCAF [Office des cités africaines], les voisins étaient surtout des Rwandais qui avaient quitté leur pays pour échapper aux tueries, massacres, guerres, pogroms, épurations, destructions, incendies, mouches tsé-tsé, pillages, apartheids, viols, meurtres, règlements de comptes et que sais-je encore. Comme Maman et sa famille, ils avaient fui ces problèmes et en avaient rencontré de nouveaux au Burundi – pauvreté, exclusion, quotas, xénophobie, rejet, boucs émissaires, dépression, mal du pays, nostalgie. Des problèmes de réfugiés. »

    Rencontre avec le livre

    Dans ce premier roman, et autobiographique qui plus est, Gaël Faye raconte la fin de son enfance, lorsque la guerre éclate au Burundi où il est né et au Rwanda dont sa mère est originaire.

    L’auteur manie les mots avec aisance, comme dans ses chansons, et la narration est très fluide, bien découpée en chapitres qui capturent un instantané, une scène forte, emblématique d’une enfance qui se délite, de pays et de peuples qui se déchirent. Il raconte la difficulté de l’exil, la pression sociale entre les enfants, l’histoire de ses parents, mais aussi la découverte de la lecture : tout un ensemble de thèmes essentiels et qui m’ont plu. Le roman se lit très vite et la tension est constante, car on sent le drame se sceller plus sûrement à chaque page.

    Toutefois, le regard de l’enfant prenant toujours le dessus, je n’ai pas trouvé d’explications historiques et politiques à l’origine de la haine entre Hutu-e-s et Tutsi-e-s. Plus de 20 ans après, le génocide rwandais reste une plaie ouverte aux yeux de tous, car la communauté internationale peut être accusée de n’avoir rien fait (et en même temps, on peut s’interroger sur le droit d’ingérence quand on voit la manière dont la France est intervenue au Mali en 2013). Il était probablement plus sage pour Gaël Faye de ne pas aborder frontalement le sujet et d’apporter son témoignage qui à lui seul mérite l’attention.

    Quelle est la part de vérité, d’imagination, surtout concernant la fin du roman ? Je ne sais pas, et au fond c’est ce qui fait la beauté de la fiction. Car même si tout n’est pas vrai, la fiction est là pour nous faire ressentir une époque, un contexte, une vie. Un excellent roman qui a l’air de faire l’unanimité auprès des lecteurs.

     Lisez aussi

    francafrique la famille recomposee survie bibliolingus Françafrique, la famille recomposée
    Association Survie
    Histoire d'Awu Justine Mintsa bibliolingus blog livre

    Histoire d'Awu
    Justine Mintsa

    (Gabon)

    crepuscule du tourment miano bibliolingus

    Crépuscule du tourment
    Léonora Miano

    (Cameroun)

    l'interieur de la nuit leonora miano bibliolingus blog livre

    L'Intérieur de la nuit (et les suites)
    Léonora Miano

    (Cameroun)

    notre cases est a saint-denis 93 bibliolingus

    Notre case est à Saint-Denis 93
    Bouba Touré

    (Mali, Sénégal)

    effondrement jared diamond bibliolingus blog livre

    Effondrement

    Jared Diamond

     

    Petit pays
    Gaël Faye
    Éditions Grasset
    2016
    224 pages
    18 euros

    Bibliolingus

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    3 commentaires
  • Rentree litteraire 2015 Bibliolingusvenus d'ailleurs paola pigani bibliolingus blog livre

     

    Venus d’ailleurs
    Paola Pigani
    Éditions Liana Levi
    2015

     

     

    Merci à Libfly !

    En un mot

    En 1999, Simona et Mirko fuient la guerre du Kosovo et arrivent en France, à Lyon. Dans une langue imagée, Paola Pigani brosse le portrait délicat de ces deux personnages, et à travers eux, elle témoigne des migrations anciennes et actuelles.

    « Simona notait tout dans un petit carnet, autoriationprovisoiredeséjour, centquinze, rhônealpesauvergne, secourscatholique, une succession de syllabes dont elle ne comprenait rien1. »

    Nous sommes en 1999. Simona et Mirko, la vingtaine, ont fui la guerre du Kosovo (ou Kosovë en albanais) et leur famille massacrée ; ils ont traversé l’Europe et vécu dans des camps de réfugiés. Ils vivent à présent à Lyon où ils tentent de demander l’asile.

    Chacun vit sa souffrance et sa nostalgie d’une manière différente. Tandis que Simona se jette à corps perdu dans l’apprentissage du français au magasin de vêtements où elle travaille, Mirko se fait silencieux sur les chantiers le jour et graffe la nuit dans les usines désaffectées.

    « – Ça va, Ousman ? Tu connais niveau de vie moyen, traitement préventif, signe ostentatoire religieux ?

    Simona garde les mots en bouche comme des bonbons. Elle en suce le silence jusqu’à ce que son cerveau veuille bien associer les images aux sons, aux lettres, et restituer une partie de leur corps. Elle roule sa voix sur cette nouvelle langue. Elle l’aime. Elle la crache. Elle la chante avec toute la hargne qui l’habite. C’est une histoire tendre et nerveuse qui lui coûte du temps. Simona s’en fiche2. »

    Rencontre avec le livre

    Dans le roman de Paola Pigani, ceux qui viennent d’ailleurs ne sont pas seulement Simona et Mirko du Kosovo. À travers leur histoire, il est question de toutes les émigrations, les actuelles et les anciennes. Sur leur chemin, sans cesse confondu avec celui des Roms, Simona et Mirko rencontrent des Soudanais, des Tchétchènes, un vieil Italien et un Portugais qui en leur temps étaient aussi des immigrés en France. Mais quoi qu’il advienne, comme le dit Ousmane, lui ne pourra jamais devenir aussi français que Simona, car il est noir : pour l’administration française, toutes les migrations ne se valent pas. La portée de ce roman, la souffrance de l’exil entremêlant les différentes vagues d’immigration, se veulent universelles.

    Le parcours de Simona est celui qui m’a le plus touchée. Elle a le désir viscéral, combattif, d’apprendre la langue, effacer son accent pour effacer ses origines. Elle semble enfermer en elle ses souffrances, qui rejaillissent seulement sur le papier, dans ses écrits, ses correspondances, mais pas dans son quotidien. J’ai été d’autant plus emportée par son histoire que j’adore le français, bien sûr, mais que j’ai beaucoup de mal à apprendre d’autres langues. Je suis admirative des gens qui parviennent à apprendre une langue étrangère à un tel niveau, comme Simona.

    Paola Pigani aime ses personnages et les décrit avec délicatesse ; elle capte des scènes évocatrices d’un état d’esprit, d’une douleur inaliénable. Venus d’ailleurs est un texte très beau, écrit dans une langue imagée qui pourtant ne se laisse pas facilement apprivoiser. J’ai noté de nombreux passages très beaux que je ne peux pas tous citer, mais que je vous invite à découvrir par vous-même !

    Lisez aussi

    le cirque chavire milena magnani bibliolingus blog livre

    Le Cirque chaviré

    Milena Magnani

       

    Venus d’ailleurs
    Paola Pigani
    Éditions Liana Levi
    Collection Littérature française
    2015
    176 pages
    17 euros

     

    1. Page 18. -2. Pages 27-28.

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique