• Essais

    Les textes regroupés dans cette rubrique parlent essentiellement des conditions dans lesquelles le livre est édité en France, mais vous y trouverez aussi des essais sur les médias, l’opinion publique, la culture et leurs représentations. Avec l'agriculture et l'alimentation, de nouveaux thèmes environnementaux sont à venir.

  • beaute fatale mona chollet bibliolingus blog livreBeauté fatale
    Les nouveaux visages d’une aliénation féminine

    Mona Chollet
    Éditions la Découverte
    2012

    En un mot

    « Sois très mince, mais pas anorexique ; habille-toi comme tu veux, mais suis les tendances ; maquille-toi un max, mais façon nude pour que ça fasse naturel ! » Ces injonctions contradictoires et culpabilisantes du culte de la beauté visent à faire des femmes des potiches dociles et silencieuses, tandis que les hommes s’expriment des sujets graves dans la sphère publique.

    « Les femmes sont encore éduquées pour se conformer au désir d’autrui. »

    Que ce soit les chaînes télévisées, la presse écrite, les produits culturels, les prescripteur·rice·s sur internet et bien sûr la publicité, ces acteurs et actrices se font les complices du culte de la beauté normée et de la perfection. Or, derrière l’étendard de la « femme occidentale libérée », les femmes sont écrasées d’injonctions sociales contradictoires et culpabilisantes : sois très mince, mais pas anorexique ; sois enceinte et mère, mais ne prends pas de poids ; maquille-toi un max, mais façon nude pour que ça fasse naturel ; habille-toi comme tu veux, mais suis les tendances ; mets des décolletés… mais ne t’étonne pas de te faire agresser !

    Les femmes doivent être minces (= chétives et discrètes), jeunes (= influençables et malléables), dociles (= attentives aux désirs des autres).

    Ces injonctions impossibles à tenir d’une société misogyne et aseptisée entraînent fatalement la peur du rejet et la haine de son propre corps, forcément bourré de défauts qu’il faudrait corriger. Le corps, cette machine sans défaut, ne doit pas être trop féminin, trop naturel ou trop animal (cachez ce poil que je ne saurais voir). Cette pression est encore plus forte pour les femmes noires, arabes ou asiatiques dont les rares représentations dans les médias sont nourries de clichés orientalistes, colonialistes et racistes.

    Ces normes impossibles à tenir invoquent une dissociation entre soi et le corps : le corps devient un bien de consommation (Jean Baudrillard) ou une petite entreprise à gérer et perfectionner. Lorsque le corps est ainsi dissocié de l’esprit, il devient plus facile d’accepter la chirurgie esthétique qui altère l’identité au prix de grandes souffrances (« pour être belle, il faut souffrir ») et de dépenses inconsidérées.

    Par cette injonction suprême à plaire aux autres, le « complexe mode-beauté », selon l’expression de Mona Chollet, vise à maintenir les femmes dans une position sociale et intellectuelle subalterne. Avec ce « sois belle et tais-toi » qui s’inscrit en filigrane dans les représentations féminines, c’est la parole et le pouvoir qui nous sont confisqués. À l’image du couple BHL-Dombasle, BHL parle de sujets sérieux dans la sphère publique, tandis que Dombasle l’inoffensive se peint les ongles entre deux opérations de chirurgie esthétique. Les thèmes qualifiés de grands et d’importants ne nous seraient en effet pas accessibles, d’autant plus que les femmes auraient une vision trop enflammée, trop passionnée, trop « hystérique » du monde pour s’exprimer sur la place publique.

    Rencontre avec le livre

    Faire croire à la femme moderne libérée sert sournoisement à museler celles qui auraient l’idée de penser le contraire. Les droits des femmes ne sont effectivement pas acquis, et les féministes ne sont pas des rabat-joie vociférantes mais des personnes militantes.

    À travers l’étude de la presse féminine (le magasine Elle en tête), les séries publicitaires (Sex and the city, Gossip girl ou encore Mad men), la littérature chick lit, la littérature pour enfants, le monde de la haute couture, Mona Chollet nous livre un essai riche de références multiples à notre univers culturel et social, de citations d’auteur·e·s qui ont planché sur la question, sans se départir d’une dose d’humour et de cynisme.

    Mona Chollet, publiée par les éditions La Découverte, participe à la déconstruction des normes totalitaires, et encourage chacune à occuper la place publique, mais en le faisant avec notre vision du monde : « Assumer sa propre sensibilité, sa propre manière de voir et de faire, qui peuvent être héritées d’un passé de domination, mais qui, lorsqu’on a le courage de les imposer sur la place publique, au lieu de les ruminer frileusement dans l’entre-soi féminin, se révèle d’une grande valeur pour l’ensemble de la société. »

    J’ai trouvé cet essai passionnant, quoique le deuxième chapitre ait été plus difficile à aborder, et j’aurais encore beaucoup de choses à partager avec vous sur cette lecture instructive !

    Lisez aussi

    non c'est non irene zeilinger bibliolingus blog livre

    Non c'est non

    Irène Zeilinger

    tirons la langue davy borde bibliolingus blog livre

    Tirons la langue

    Davy Borde

    instinct primaire pia petersen bibliolingus blog livre

    Instinct primaire

    Pia Petersen

    Pas d'enfants, ça se défend ! Nathalie Six

    Pas d'enfants, ça se défend !
    Nathalie Six
    Max Milo
    2009

    Regardez aussi

    La réponse d’Audrey Pulvar aux propos raciste de Guerlain (2010)

    Marion Cotillard, Forehead Tittaes

     

    1. Page 211. -2. Pages 68-69.

    Beauté fatale
    Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
    Mona Chollet
    Éditions la Découverte
    Collection Zones
    2012
    240 pages
    18 euros

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    3 commentaires
  • terroristes marc trevidic bibliolingus blog livre

    Terroristes
    Les 7 piliers de la déraison
    Marc Trévidic
    J. C. Lattès
    2013


    En un mot

    Marc Trévidic a mis à profit sa position de juge antiterroriste pour mettre en perspective l’histoire du djihadisme sur les trente dernières années. Malgré quelques aspects qui m’ont dérangés, il propose une lecture instructive et probablement incontournable pour mieux appréhender le sujet.

    « Le phénomène du "Jihad individuel" est très éloigné de l’image du "loup solitaire"1. »

    Marc Trévidic, juge antiterroriste, met à profit son expérience pour rendre compte des mutations du fanatisme religieux, appelé « terrorisme » par les médias. Il revient sur les caractéristiques des organisations djihadistes en groupuscules des années 1980-2010, et notamment sur l’époque où les États-Unis ont fait alliance avec les mudjahidin pour lutter contre l’Union soviétique en Tchétchénie, avant que cette alliance ne se retourne contre le monde occidental. Il soulève aussi l’hypocrisie de l’alliance avec les pays comme le Qatar et l’Arabie saoudite avec lesquels l’Occident collabore par intérêt économique. Puis Marc Trévidic observe les évolutions vers un djihad plus individuel, parfois qualifié de « terrorisme domestique », comme l’affaire Mohamed Merah à Toulouse en mars 2012, qui a été un choc pour la plupart d’entre nous.

    Marc Trévidic a l’honnêteté de reconnaître que la police a été dépassée par cette nouvelle forme de « radicalisme » qui est plus difficile à déceler. Il s’interroge sur le positionnement ambigu de la police vis-à-vis des jeunes qui partent faire le jihad ou la hijra : faut-il les laisser partir en Syrie ? Faut-il les pénaliser en prévention, en mode Minority report (vous devinez mon avis sur la question) ? Quelles sont les limites entre le respect de la liberté individuelle et la sécurité du pays ?

    Rencontre avec le livre

    Le point fort du livre de Marc Trévidic est sans conteste sa position dans les rouages de la justice, car il connaît bien son sujet et fait l’effort de mettre en perspective le djihadisme sur les trente dernières décennies. Mais à mon sens, il témoigne aussi d’une certaine désinvolture envers les trajectoires individuelles, les jeunes des « banlieues », les femmes mujahidaat (« C’était assez compliqué sans qu’elles s’en mêlent2 », probablement parce qu’il doit être désabusé par la situation.

    Marc Trévidic a glissé dans son récit quelques interludes reprenant des histoires personnelles qui m’ont laissé perplexes, non pas sur le fond mais sur la forme. Par exemple, j’ai trouvé déplacé d’écrire un récit à la première personne (fictif ? rapporté ?)  d’une mère désemparée face à son fils issu de la culture chrétienne qui s’est converti à l’islam et est décédé en Syrie. Je pense qu’une note d’intention aurait rendu le propos moins dérangeant. Un autre exemple déroutant est celui qui montre le goût de Marc Trévidic pour le roman, car il semble avoir pris plaisir, le temps d’un de ces interludes, à entrer avec humour dans la tête de Reagan qui a conclu la vente d’armes avec les moudjahidin, et Ben Laden en particulier. Je n’ai pas accroché à ces parties fictionnelles, auxquelles j’ai préféré la retranscription simple du journal de bord d’un moudjahidin en 2001.

    Au final, si cet ouvrage comporte quelques aspects qui m’ont dérangé, la position de l’auteur en fait tout de même une lecture instructive et incontournable pour mieux appréhender le sujet. Je conseille de la compléter par d’autres : on trouvera davantage l’histoire humaine et authentique dans les témoignages recueillis par Thomson, et davantage l’aspect sociologique et politique dans le texte de Gilles Kepel dont je vous parlerai bientôt.

    Lisez aussi

    les francais djihadistes david thomson bibliolingus

    Les Français jihadistes

    David Thomson

    ce que tient ta main droite manoukian bibliolingus blog livre

    Ce que tient ta main droite t'appartient

    Pascal Manoukian

    Nous aurons de l'or Jean-Eric Boulin

    Nous aurons de l'or

    Jean-Eric Boulin

       

    Regardez aussi

    Marc Trévidic s’exprime le 14 novembre 2015.

     

    1. Page 55. -2. page 131.

    Terroristes
    Les 7 piliers de la déraison
    Marc Trévidic

    J. C. Lattès
    Collection Essais et documents
    2013
    220 pages
    18 euros (dispo en poche)

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique