• Essais

    Les textes regroupés dans cette rubrique parlent essentiellement des conditions dans lesquelles le livre est édité en France, mais vous y trouverez aussi des essais sur les médias, l’opinion publique, la culture et leurs représentations. Avec l'agriculture et l'alimentation, de nouveaux thèmes environnementaux sont à venir.

  • effondrement jared diamond bibliolingus blog livreEffondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie
    Jared Diamond
    Éditions Gallimard
    2006

     

    En un mot

    Dommages écologiques, pression démographique, besoins économiques et énergétiques en constante augmentation… Comment nos sociétés, à l’heure de la mondialisation, pourront-elles survivre ? Jared Diamond s’appuie sur l’étude passionnante, qui se lit comme un polar, de sociétés anciennes et contemporaines pour expliquer que l’effondrement de nos sociétés n’est pas inéluctable, mais qu’il dépend de la manière dont nous anticipons (ou non !) les problèmes. Cet ouvrage monumental et courageux, paru en 2006, est depuis une référence dans les milieux écologistes.

    « Que se dirent les habitants de l’île de Pâques au moment même où ils abattirent le dernier arbre de leur île1 ? »

    Dans cet ouvrage monumental et passionnant, Jared Diamond observe que les dommages écologiques ne sont en aucun cas les seuls responsables de l’effondrement d’une société. Cinq facteurs entrent potentiellement en jeu dans l’effondrement d’une société : les dommages environnementaux (la déforestation, l’érosion des sols) ; un changement climatique (comme une éruption volcanique qui refroidit durablement la planète) ; des voisins hostiles ; des rapports de dépendance avec des partenaires commerciaux ; et enfin le plus décisif, la manière dont la société perçoit, anticipe et règle ces problèmes.

    Pour bâtir cette grille d’analyse et tirer des conclusions, l’auteur s’est appuyé sur une étude comparative à travers le temps et l’espace : les sociétés éteintes, comme les habitant·e·s de l’île de Pâques, les Vikings du Groenland, les Mayas en Amérique du Sud, les Anasazis en Amérique du Nord ; et les sociétés contemporaines comme l’Australie, victime d’une érosion des sols galopantes, le Japon qui est couvert à 80 % de forêts, le Rwanda et Haïti qui subissent une forte pression démographique, la Chine, la Nouvelle-Guinée…

    Jared Diamond montre que l’effondrement d’une société n’est pas inéluctable, car tous ces peuples eurent à relever un même défi, vivre dans des environnements particulièrement fragiles et difficiles, mais que certaines sociétés se sont éteintes tandis que d’autres ont traversé les époques. Chaque société ne résout pas les problèmes de la même façon ; cela dépend de son organisation sociale, de ses institutions, de son histoire.

    Rencontre avec le livre

    J’ai dévoré Effondrement de Jared Diamond, qui malgré ses 900 pages en poche se lit comme un polar ! Parmi les différentes études, mes préférées sont celles sur les Vikings du Groenland qui n’ont pas voulu s’inspirer des Inuits pour survivre, et sur l’île de Pâques. Comment les Pascuan·e·s ont-il·elle·s pu ériger les immenses statues sans grues ni animaux de trait ? Comment survivre tant de siècles sur une île si petite et si éloignée de tout ?

    J’ai découvert comment les paléontologues, les archéologues, les climatologues font pour connaître l’histoire d’une région, notamment grâce à la datation des matériaux. Les dépotoirs des humain·e·s et des animaux, qui permettent de remonter jusqu’à 40 000 ans si le climat est sec comme au sud-ouest des États-Unis, sont par exemple une source précieuse d’informations.

    Tout au long de l’ouvrage, j’ai observé la réaction en chaîne que provoque l’activité humaine sur les écosystèmes. La déforestation détruit les habitats des animaux et dérègle le cycle de l’eau, les rejets des usines et des mines d’extraction polluent les sols et les nappes phréatiques et réduit les quantités d’eau douce. L’introduction d’espèces allogènes, comme les lapins en Australie, peut être réellement dévastatrice. Les dommages peuvent être non seulement irrémédiables pour la terre et les générations présentes et futures, mais absurdement coûteux pour les contribuables.

    J’ai appris des choses passionnantes, comme le fait que le feu de forêt est profitable à l’écosystème. La forêt, de par les essences et l’âge du bois et la composition du sol, se recompose après l’incendie. Or, l’activité humaine, comme l’introduction de moutons dans les forêts dans le cas du Montana, ou l’extinction systématique du moindre départ de feu, contribue à déséquilibrer l’écosystème qui ne parvient plus à se défendre et se reconstituer naturellement. La forêt produit ce qu’on appelle des services d’écosystèmes (habitat pour les animaux, étape essentielle à la production des pluies…).

    Quand les signes de déforestation, d’érosion des sols deviennent inquiétants au regard d’une population trop nombreuse et affamée, quelles solutions sont mises en place ? L’éventail des réponses apportées par les différentes sociétés est large : gestion des forêts, amélioration de l’agriculture, mais aussi migrations, avortement, infanticide, cannibalisme (même si les archéologues ont du mal à l’admettre). Pourquoi certains peuples ont-ils privilégié l’enrichissement et la guerre plutôt que régler les problèmes de fond ? Pourquoi certaines sociétés prennent-elles des décisions catastrophiques ? J'aurais toutefois aimé que l'auteur parle de la suppression des élevages comme réponse écologique efficace.

    Voilà un ouvrage passionnant, instructif sur plein de pays et dérangeant. Il me semble que notre société mondialisée et instable, dont tous les pays, riches et pauvres, sont interdépendants, est en train d’aller droit dans le mur en continuant de faire comme si de rien n’était, alors que tous les signaux sont au rouge. Mais, si les gouvernements, les multinationales et certaines ONG distillent du greenwashing pour laver leur conscience et s’approprier les biens communs, les citoyen·ne·s s’organisent pour diminuer leur empreinte écologique et insuffler davantage de justice sociale. L’auteur avance que les problèmes seront réglés du temps de nos enfants, que ce soit de manière organisée si nous les prenons à bras-le-corps, ou de manière violente si nous gardons nos œillères.

    Lisez aussi

    penser par soi meme harald welzer bibliolingus blog livres

    Penser par soi-même

    Harald Welzer

    decroissance vocabulaire pour une nouvelle ere bibliolingus blog livre

    Décroissance. Vocabulaire pour une nouvelle ère

    Collectif

    Les Moissons du futur Marie-Monique Robin Bibliolingus

    Les Moissons du futur

    Marie-Monique Robin 

    monde sans oiseaux karin serres

    Monde sans oiseaux

    Karin Serres

    petit pays gael faye bibliolingus blog livre

    Petit pays

    Gaël Faye

    (Burundi et Rwanda)

     l'homme qui savait la langue serpents kirivahk bibliolingus

    L'homme qui savait la langue des serpents

    Andrus Kivirähk 

    Regardez aussi

    Sa conférence TED

     

     

    1. Page 49.

    Effondrement.
    Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie

    (Collapse, titre original)

    Jared Diamond

    Trad. de l'anglais (États-Unis) par Agnès Botz et Jean-Luc Fidel

    Éditions Gallimard

    Collection Folio essais

    2009

    896 pages

     

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    1 commentaire
  • planete vegane ophelie veron bibliolingus blog livrePlanète végane
    Penser, manger et agir autrement
    Ophélie Véron
    Éditions Marabout
    2017

     

    « Si refuser la barbarie est un geste radical, alors soyons radicalement anti-barbares. »

    C’est avec fierté et bonheur que, pour la première fois en cinq ans et demi, je vous parle aujourd’hui d’un livre sur lequel j’ai travaillé. Ophélie Véron, chercheuse en sciences sociales, spécialiste des mouvements véganes et militante pour les droits des animaux, met à profit ses activités dans l’excellent blog Antigone XXI et publie aujourd'hui le livre Planète végane.

    Du point de vue professionnel, ce travail a été très instructif, puisque j’ai pu appliquer à l’échelle d’un ouvrage entier l’écriture inclusive ! À ma connaissance, c’est le seul livre qui ne parle pas de féminisme qui l’utilise, et j’en suis très fière ! Ce fut un bonheur de travailler avec l'auteure, qui s’est montrée aussi bienveillante dans son livre que dans nos échanges à distance et en vrai. Je dois également remercier l’éditrice des éditions Marabout pour m’avoir confié ce très beau projet.

    À bien des égards, cet ouvrage est fondamental, pédagogique et rigoureux, bienveillant et tolérant, documenté et complet, puisqu’il s’adresse aussi bien aux curieux·ses et aux débutant·e·s qu’aux véganes convaincu·e·s.

    « C’est trois fois par jour que l’on milite quand on refuse de mettre des animaux dans son assiette. »

    En matière de cuisine végétalienne, Ophélie Véron abonde d’astuces et de conseils pour venir progressivement au végéta*isme, créer des menus équilibrés et remplacer les produits laitiers. Mais il y est aussi question de l’habillement (pour quelles raisons ne pas porter de cuir ni de laine ? comment reconnaître la vraie fourrure ? quels sont les marques et labels végé-friendly ?), des produits cosmétiques et ménagers (comment reconnaître les ingrédients d’origine animale ? quelle est la réglementation sur les tests sur animaux ?). Ophélie va plus loin lorsqu’elle aborde la question des animaux de compagnie (est-ce végane de posséder un chat, un chien ou un cheval ? comment les nourrir et les traiter ?) et celles des divertissements (peut-on cautionner les zoos qui enferment les animaux ? comment se divertir au contact d’animaux sans les faire souffrir ?). D’autres aspects du quotidien sont aussi abordés, auxquels je n’avais pas pensé : les préservatifs sont-ils véganes ? le vin, la bière, la cigarette peuvent-ils ne pas être véganes ?

    « Les animaux sont les misérables rouages, invisibles et silencieux, de l’immense machinerie qui fait tourner notre monde. »

    Au-delà des aspects pratiques, Ophélie consacre une partie de l’ouvrage à expliquer les origines et la philosophie qui fondent le véganisme depuis l’Antiquité. Du point de vue éthique, tous les animaux ont en effet le droit à vivre, car ce sont des êtres sensibles comme nous. Être végane, c’est ne plus participer à l’exploitation et à la mise à mort de milliards d’animaux. Le véganisme s’avère également nécessaire du point de vue écologique et sanitaire, car l’élevage intensif ou extensif n’est pas durable (déforestation, érosion des sols, émission de gaz à effet de serre…) et ne permet pas de nourrir la population mondiale, tandis que les plantations de céréales, de légumineuses et de légumes, moins gourmandes en énergie, en eau, en superficie, répondent aux besoins humains. Par ailleurs, de plus en plus d’études ont montré que manger de la viande n’était pas bon pour la santé.

    « Au fil des années, j’ai remarqué une chose : on est parfois plus convainquant·e avec le ventre qu’avec les mots ! »

    Enfin, ce qui m’a paru le plus essentiel parmi tous ces aspects essentiels (!), c’est la manière de vivre son véganisme en société : comment vivre au quotidien dans une famille non végane ? au travail ? à l’école ? comment parler du véganisme de façon sereine, tolérante et efficace ? comment encourager un·e débutant·e et lui donner confiance en ses capacités ? quels sont les biais cognitifs qui font que certaines personnes ne veulent pas changer, ou même se braquent quand on s’exprime à ce sujet ? pourquoi les personnes à qui nous parlons du véganisme affirment presque toujours avoir diminué leur propre consommation de viande ? D’autre part, les incohérences, les doutes légitimes, ou encore les idées reçues des omnivores trouvent une réponse : « oui, mais moi, je ne mange que de la viande de petit·e·s éleveur·se·s bio » ; « le véganisme est un extrémisme, il faut être modéré·e » ; « il y a des causes plus importantes que la cause animale » ; « les animaux se mangent entre eux, c’est donc naturel »… À présent, je me sens mieux informée et plus apte à répondre aux remarques curieuses et sincères, agressives ou méprisantes qui me sont souvent adressées au quotidien.

    « Le véganisme est une révolution : celle de nos modes de vie, nos représentations culturelles, nos systèmes sociaux. »

    Je rejoins fondamentalement l’opinion d’Ophélie Véron sur la place du véganisme faisant partie d’un ensemble de luttes contre toutes les formes d’oppression : c’est l’intersectionnalité des mouvements. Le véganisme fait cause commune avec les luttes pour les pauvres, les femmes, les homosexuel·le·s, les trans, les racisé·e·s, les réfugié·e·s, les handicapé·e·s, les vieux·ieilles, les gros·se·s...

    Être végane, c’est mettre en œuvre ses principes éthiques, c’est bien une révolution quotidienne. Toutefois, celle-ci ne saurait se limiter à la sphère privée, et j’ai pris conscience que mon véganisme n’était pas seulement un choix personnel, mais une question d’ordre politique qui doit être débattue sur la place publique – et sur Bibliolingus ;)

    Lisez aussi

    antispeciste aymeric caron bibliolingus blog livre

    Antispéciste

    Aymeric Caron

    tirons la langue davy borde bibliolingus blog livre

    Tirons la langue

    Davy Borde

    Faut-il arrêter de manger de la viande ? Collectif Faut-il arrêter de manger de la viande ? Les Moissons du futur Marie-Monique Robin Bibliolingus

    Les Moissons du futur

    Marie-Monique Robin 

    Planète végane
    Penser, manger et agir autrement
    Ophélie Véron
    Éditions Marabout
    2017
    480 pages
    17,90 euros

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique