• Vivre ma vie Emma Goldman BibliolingusVivre ma vie
    Une anarchiste au temps des révolutions
    Emma Goldman
    L'Échappée
    2018

    En un mot

    Je ne vais pas y aller par quatre chemins : lisez Emma Goldman ! Cette féministe et anarchiste emblématique (1869-1940) nous livre une autobiographie monumentale, passionnante et instructive de 1100 pages. À travers le parcours extraordinaire de cette femme engagée et énergique, vous découvrirez l’histoire et les luttes fondatrices de l’anarchisme, à une époque où il gagnait du terrain malgré la répression et la censure. Offrez-vous ce bel ouvrage, ce monument littéraire publié par les éditions L’Échappée, agrémenté de plusieurs cahiers de photos !

    « Notre fin à nous, c’était la cause sacrée du peuple opprimé et exploité. C’était pour lui que nous allions sacrifier nos vies1. »

    Ce qui frappe dès les premières pages, c’est sa soif de justice chevillée au corps, son engagement de chaque instant. Emma Goldman a inlassablement parcouru les États-Unis et l’Europe pour donner des conférences sur les luttes sociales, elle a également fondé la revue anarchiste Mother Earth, et écrit plusieurs ouvrages, participant ainsi à l’essor des idées anarchistes.

    « Leur mort m’a donné la vie. Celle-ci appartient à présent à leur mémoire, à leur œuvre2. »

    Comme tant d’autres anarchistes de cette génération, l’élément fondateur de son activisme a été le massacre de Haymarket en 1886 à Chicago (c’est d’ailleurs cet événement qui a donné naissance à la fête des travailleureuses du 1er mai). Elle avait 17 ans et venait d’arriver aux États-Unis avec sa famille russe d’origine russe. Depuis lors, elle n’a eu de cesse, toute sa vie, de lutter contre toute forme d’injustice et d’exploitation, sans toutefois dénigrer les moments d’humanité, de chaleur, de joie au sein des espaces militants.

    « L’État est le pilier du capitalisme3. »

    L’État en tant qu’instrument de domination et de protection du capitalisme et sa « violence organisée4 » sont au centre de son analyse anarchiste. Face à la classe capitaliste, elle a consacré beaucoup de temps à l’auto-organisation des travailleur·ses et été très impliquée dans l’élaboration de comités de soutien de mouvements et de syndicats ouvriers, en faisant des recherches de financement et en diffusant des infos sur leur lutte. On peut notamment citer les ouvriers de sidérurgie de Homestead (Pennsylvanie) en 1892, opposés au dirigeant de la Carnegie qu’Alexander Berkman, le compagnon d’Emma Goldman, tentera d’assassiner ; ou encore les ouvriers d’Hazleton (Pennsylvanie) qui seront massacrés en 1897.

    « J’avais choisi ma voie ; aucun homme ne m’en détournerait5. »

    Emma Goldman, c’est aussi une grande figure du féminisme. La tyrannie de son père et les violences dont elle a été victime lorsqu’elle était jeune ont visiblement été à l’origine de ses positions radicalement antipatriarcales. Elle est contre l’asservissement du mariage et pour la liberté sexuelle (incluant l’homosexualité à une époque où cela n’allait pas de soi), pour l’amour libre (là mon cœur palpite), pour l’indépendance de la femme, notamment grâce au travail. Elle est également pour la maternité choisie, elle-même n’ayant pas voulu d’enfant (là je frémis carrément), et a défendu en toute illégalité la contraception, ce qui lui a valu une (énième) arrestation.

    « Le crime est le produit de la pauvreté6. »

    Durant une grande partie de sa vie, elle a été persécutée par la police pour « atteinte à l’ordre public » et « conspiration ». Ses nombreux séjours en prison (de quelques jours à plusieurs années) lui ont permis d’observer le milieu carcéral et la manière dont la prison fabrique la délinquance et exploite le travail des prisonnier·ères. Les arrestations étaient si fréquentes qu’elle avait coutume, avant chaque conférence, d’emporter avec elle un livre au cas où elle finirait au poste. Eh bien, écoutez, je ne vais jamais en manif sans un livre !

    « La presse n’était que le valet du capitalisme7. »

    Comme d’autres grandes figures anarchistes, Emma Goldman a sans cesse été insultée et discréditée par les médias acquis à la cause des grands capitalistes dans le but de détourner l’opinion publique des pensées anarchistes. Pour Emma Goldman, l’anarchisme cherche la révolution sociale par l’émancipation, le consensus, et non par l’autorité, laquelle « transforme l’individu en perroquet qui répète des slogans rebattus jusqu’à devenir incapable de penser de manière autonome ou de percevoir les injustices sociales8 ». Tout au long de sa vie, Emma Goldman a porté ardemment ses idées à travers ses conférences et sa revue Mother Earth, créée en 1906. À l’instar de nombreux·ses anarchistes qui voient en l’éducation le terreau de la révolution, elle a visité les écoles alternatives de Sébastien Faure (la Ruche) et de Paul Robin (Cempuis) en France et défendu Francisco Ferrer, le fondateur italien des Écoles modernes.

    La guerre, un « massacre destiné à mettre fin à tous les massacres »

    Durant la Première Guerre mondiale, alors même qu’une partie de la gauche états-unienne est favorable à l’entrée en guerre, Emma Goldman exalte le public avec ses discours antimilitaristes, impérialistes et antipatriotiques. Pour elle, c’est une guerre entre intérêts privés, dont le lourd tribut est payé par les populations. En 1917, elle est emprisonnée pour la troisième fois, durant deux ans, avant d’être renvoyée en Russie, son pays natal, avec « Sasha », Alexander Berkman, son grand amour de toujours.

    « Rien, rien ne pouvait arrêter le rouleau compresseur de l’État communiste9. »

    Emma Goldman sera l’une des premières à prendre conscience que les bolchéviques ont assassiné la révolution sociale de 1917 en centralisant tout le pouvoir dans leurs mains et en écrasant toute opposition (on pense au massacre des marins de Cronstadt en 1921). Sans surprise, elle s’attire alors les foudres de son camp, encore aveuglé par la propagande bolchévique. La révolution russe de 1917 aura fait naître des espoirs immenses dans le monde entier, et une désillusion d’autant plus vertigineuse. Avec Sasha, elle finit par quitter la Russie pour aller vivre en Europe, et notamment en France, où elle écrit ce monument littéraire, puis en Espagne pour soutenir le mouvement anarchiste durant la guerre.

    Rencontre avec le livre

    J’ai adoré lire son autobiographie ! Il y a tant à dire à propos d’Emma Goldman : grande lectrice et autrice talentueuse, indépendante et féministe, anarchiste et humaniste, persévérante et courageuse, curieuse et inspirante, sincère et antidogmatique, passionnée et dévouée pour ses proches, prête à sacrifier sa vie pour ses idéaux… Emma Goldman me paraît si contemporaine, si proche ! Certes, on peut toujours se mettre en scène, mais laissez-moi croire que tout est vrai !

    Son parcours l’a amenée à côtoyer des personnalités aujourd’hui connues, comme Alexander Berkman bien entendu, Pierre Kropotkine, Voltairine de Cleyre, Louise Michel, Errico Malatesta, Maria Spiridonova, Ekaterina Brechkovskaia, Lénine, ou encore Jack London, pour n’en citer que quelques-un·es. Tout au long de son autobiographie, elle s’attache à brosser les portraits des « figures héroïques de la lutte pour l’humanité10 », qu’elles soient célèbres ou non.

    Son parcours illustre la manière dont les anarchistes ont été censuré·es et persécuté·es, que ce soit par les dispositifs policiers et juridiques ou par la propagande des médias dominants, à une époque où l’anarchisme et l’internationalisme gagnaient du terrain et représentaient probablement une réelle menace pour la classe dirigeante. Le procès expéditif de Haymarket, qui a choqué toute une génération, visait à condamner l’anarchisme et non des faits et des crimes ; tout comme les lois antianarchistes de la fin du XIXe siècle ont explicitement interdit aux anarchistes d’entrer sur le territoire états-unien, et renvoyé les anarchistes d’origine immigrée, à l’instar d’Emma Goldman et d’Alexander Berkman.

    Un grand merci à L’Échappée et aux traductrices pour l’édition de cette autobiographie monumentale qui contribue à réhabiliter l’anarchisme toujours occulté et torpillé. J’ai pris 31 pages de notes et de citations, mais je vais vous la faire courte : si vous souhaitez mieux connaître l’histoire de nos luttes, lisez Emma Goldman ! Si vous avez besoin d’une lecture revigorante, de reprendre courage et espoir en cette période particulièrement inquiétante où tous les indicateurs sont au rouge, lisez Emma Goldman !

    Lisez aussi

    Essais

    L’ordre moins le pouvoir Normand Baillargeon

    La Commune Louise Michel

    "La Commune n'est pas morte" Eric Fournier

    Comment tout peut s'effondrer Pablo Servigne et Raphaël Stevens

    Une autre fin du monde est possible Pablo Servigne, Raphaël Stevens et Gauthier Chapelle

    Comment la non-violence protège l’État Peter Gelderloos

    La Domination policière Mathieu Rigouste

    La Force de l’ordre Didier Fassin

    Le fond de l'air est jaune Collectif

    Boulots de merde ! Julien Brygo et Olivier Cyran

    Propaganda Edward Bernays

    La prison est-elle obsolète ? Angela Davis

    Littérature

    L’Homme au marteau Jean Meckert

    Les Coups Jean Meckert

    Mendiants et orgueilleux Albert Cossery

    Les Mémorables Lidia Jorge

    Retour aux mots sauvages Thierry Beinstingel

    Récits

    Mon histoire Rosa Parks

    Je vous écris de l’usine Jean-Pierre Levaray

     

    1. Page 121. -2. Page 56. -3. Page 157. -4. Page 481. -5. Page 189. -6. Page 172. -7. Page 64. -8. Page 527. -9. Pages 968-969. -10. Page 743.

    Vivre ma vie

    Une anarchiste au temps des révolutions

    Traduit de l'anglais par Laure Batier et Jacqueline Reuss

    Emma Goldman

    L'Échappée

    2018

    1104 pages

    29,90 euros

    Bibliolingus

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • la commune louise michel bibliolingusLa Commune
    Louise Michel
    Éditions du Détour
    2020

     

    En un mot

    La Commune de Paris a 150 ans ! L’occasion pour moi de lire l’ouvrage de Louise Michel, célèbre communeuse, anarchiste, féministe et institutrice du XIXe siècle, qui ne se contente pas de raconter avec précision les faits auxquels elle a assisté et participé en 1871. Elle s’attache aussi à en offrir une analyse anarchiste qui résonne encore largement aujourd’hui. Petit plus pour l’éditrice que je suis : lire un document de 1898 réédité avec la typographie et la ponctuation originales !

    « Paris, qui ne voulait ni se rendre ni être rendu et qui en avait assez des mensonges officiels, se leva1. »

    Dans cet ouvrage, écrit un quart de siècle après, Louise Michel raconte avec précision les événements de la Commune de 1871, jour après jour, en s’appuyant sur ce qu’elle a vécu et vu (elle était alors âgée de 41 ans), mais aussi sur les rapports des généraux de l’armée française et les articles de presse de l’époque. C’est un travail monumental, car elle cite les noms des rues de Paris, les dates, et bien entendu ceux des protagonistes, qu’iels soient connu·es ou non.

    Louise Michel raconte tous les événements qui entourent la proclamation de la Commune de Paris le 28 mars 1871, depuis l’agonie de l’empire napoléonien, la persécution du mouvement ouvrier socialiste et internationaliste (entre 1865 et 1870), la guerre contre la Prusse, le siège et la capitulation de la France (1870), jusqu’à l’extermination des Communeux·ses durant la Semaine sanglante du 21 au 28 mai 1871, leur déportation et l’exil, ainsi que la terreur, la propagande et la censure imposés par les Versaillais.

    Finalement, dans son récit, elle parle assez peu d’elle-même, de son métier d’institutrice engagée, de ses faits d’arme dans les tranchées du 61e bataillon pendant la Commune, de ses années au bagne en Nouvelle-Calédonie (1873-1880), même si au détour des pages on cerne l’importance de son rôle dans la Commune de Paris. Car il s’agit avant tout de saluer, avec le lyrisme propre à Louise Michel, le courage, l’abnégation des Communeux·ses (terme moins péjoratif que Communard·es), qui ont mis leur intérêt personnel de côté pour se fondre dans la révolution. Il s’agit aussi de mettre en avant les femmes qui ont participé à la Commune, en tant que cantinières, ambulancières ou qui ont construit des barricades ou tenu les armes à l’instar de Louise Michel.

    « C’est que le pouvoir est maudit, et c’est pour cela que je suis anarchiste2. »

    Même si elle loue la détermination des Communeux·ses, Louise Michel apporte à son récit une perspective et une critique anarchistes et ne s’empêche pas d’avoir un regard critique sur les événements. L’armée française régulière aurait-elle pu vaincre la Prusse ? Pourquoi les fédéré·es n’ont-iels pas marché sur Versailles, dès le mois de mars, pour destituer le gouvernement officiel ? Pourquoi n’ont iels pas réquisitionné la Banque de France, alors qu’elle était accessible ?

    Pour Louise Michel, le pouvoir corrompt. La Commune, comme d’autres révolutions, s’est empêtrée dans le légalisme, les procédures de suffrage universel, le besoin de ne pas froisser l’opinion publique, au lieu de s’attaquer au gouvernement de la toute jeune république qui s’était enfui à Versailles.

    « Et moi, qu’on accuse de cette bonté sans limites, j’aurais sans pâlir, comme on ôte une pierre des rails, pris la vie de ce nain [Adolphe Thiers] qui devait faire tant de victimes3 ! »

    Elle souligne aussi, comme un regret, que les Communeux·ses, par bonté, par droiture, n’ont pas tué les Versaillais lorsque cela aurait probablement été stratégique (comme Adolphe Thiers, le chef du pouvoir exécutif). Iels se sont légitimement défendu·es lorsqu’iels ont été pris·es d’assaut par les soldats versaillais. Pour autant, l’issue aurait-elle été plus favorable s’iels avaient assassiné Thiers, comme Louise Michel se proposait de le faire ? On ne le saura jamais, mais, sauf en cas de légitime défense, l’assassinat n’est pas compatible avec une perspective anarchiste et antiautoritaire. Autrement dit, la fin ne justifie pas toujours les moyens.

    « Il fallait aux vieillards de Versailles ce bain de sang pour réchauffer leurs vieux corps tremblants4. »

    En revanche, les Versaillais ont massacré des milliers de personnes, qu’elles soient communeuses ou non. Il suffisait d’en avoir l’air ou d’être dénoncé·e par des voisin·es pour être fusillé·e et enterré·e dans les fosses communes comme les autres ! La Semaine sanglante a été si choquante que le nombre de meurtres a longtemps été surévalué, voire occulté, mais, d’après les différentes recherches, il y aurait eu au moins 10000 personnes assassinées en 8 jours (sans compter les simulacres de procès, les emprisonnements, les condamnations à mort, les déportations et l’exil qui eurent lieu dans les années qui ont suivi).

    Ce qui est frappant, c’est de voir combien les méthodes de propagande et de manipulation de l’empire napoléonien discrédité, puis du nouveau gouvernement républicain, semblent identiques à toutes les époques, et encore aujourd’hui où le pouvoir macronien est particulièrement chancelant.

    Pour silencier ou écraser les velléités démocratiques, tous les moyens sont mis en œuvre : les techniques d’espionnage et de contre-révolution, l’interdiction de certains journaux et des clubs pendant la Commune, l’interdiction des symboles de la révolution (comme le drapeau rouge), puis, plus tard, la succession de lois scélérates.

    Au nom de la « sécurité », de la « protection », du « maintien de l’ordre qui est la condition du progrès5 », le gouvernement appelle les bon·nes citoyen·nes à dénoncer les « bandits » qui veulent faire régner « l’anarchie »… Toujours les mêmes rengaines pour justifier la raison d’être de l’État, sa violence coercitive et le devoir de soumission.

    Décidément, tout cela ne vous rappelle rien ?

    Rencontre avec le livre

    Quelle lecture édifiante, précieuse et passionnante ! Cependant, si vous ne connaissez rien à cette période historique, je conseille tout de même de garder sous le coude la fiche Wikipédia ou l’un des bouquins de l’historien Jacques Rougerie pour mieux situer les acteurs et actrices et avoir en tête le contexte politique et social.

    Depuis 150 ans, l’histoire de la Commune n’a eu de cesse de nous enthousiasmer et de nous horrifier ! L’imaginaire de la commune et de l’autogestion est resté très présent. J’en veux pour preuve la révolution russe de 1917, les événements de Mai 68, les expérimentations des Zapatistes au Mexique depuis les années 1990, le Rojava en Syrie depuis quelques années, ou, plus près de nous, les nombreuses zad (zones à défendre), Nuit debout en 2016, l’assemblée des Gilets jaunes de Commercy en 2019…

    En plus, les éditeurices ont repris la typographie et la ponctuation originale : autant vous dire que, en tant qu’éditrice, j’ai lu cet ouvrage avec beaucoup de curiosité, car la ponctuation et l’usage des capitales paraissent pour le moins hasardeuses aujourd’hui. Je ne sais pas si cet ouvrage est une exception de l’époque, mais les métiers d’édition et de correction se sont professionnalisés, les règles ortho-typographiques sont certainement plus normées et figées que par le passé.

    Bref, à l’occasion des 150 ans de la Commune, vous ne pouvez pas passer à côté des écrits de Louise Michel ! Foncez !

    Lisez aussi

    Essais

    "La Commune n'est pas morte" Eric Fournier

    L’ordre moins le pouvoir Normand Baillargeon

    Comment tout peut s'effondrer Pablo Servigne et Raphaël Stevens

    Une autre fin du monde est possible Pablo Servigne, Raphaël Stevens et Gauthier Chapelle

    Comment la non-violence protège l’État Peter Gelderloos

    La Domination policière Mathieu Rigouste

    La Force de l’ordre Didier Fassin

    Le fond de l'air est jaune Collectif

    Boulots de merde ! Julien Brygo et Olivier Cyran

    Propaganda Edward Bernays

    La prison est-elle obsolète ? Angela Davis

    Littérature

    L’Homme au marteau Jean Meckert

    Les Coups Jean Meckert

    Mendiants et orgueilleux Albert Cossery

    Les Mémorables Lidia Jorge

    Retour aux mots sauvages Thierry Beinstingel

    Récits

    Vivre ma vie Emma Goldman

    Mon histoire Rosa Parks

    Je vous écris de l’usine Jean-Pierre Levaray

     

    1. Page 113. -2. Page 209. -3. Page 204. -4. Page 335. -5. Page 457.

    La Commune

    Louise Michel

    Préface de Sidonie Verhaeghe

    Éditions du Détour

    2020

    496 pages

    26 euros

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires