• Jusqu'ici tout va bien Collectif Bibliolingus

    Jusqu’ici tout va bien
    12 nouvelles sur la phobie
    Collectif
    aNTIDATA
    2013

     

    En un mot

    Mécanonumismatophobie, aviophobie, gallinophobie, phanérophobie… Voilà 12 courtes nouvelles, tantôt graves, tantôt drôles, sur le thème passionnant de la phobie.

     

    Merci de composer votre code
    à l’abri des regards

    Arturo Padagoy, au physique assez disgracieux (comprenez aussi « gras »), est un geek et un porn addict, mais là ne sont pas ses seuls défauts, car il a aussi la phobie des automates. Contraint par sa mère d’aller faire une course (ah oui, il est aussi affreusement tanguy), il se retrouve attaqué par deux types qui veulent lui soutirer du fric à un distributeur. Mal leur en a pris, car ils n’imaginent pas du tout sur qui ils sont tombés !

    Pour finir

    Ces nouvelles sont très réussies, d’autant plus quand on sait combien l’exercice littéraire est périlleux. Ce recueil réunit des textes de moins de 15 pages bâtissant un univers, une ambiance, des situations tantôt rocambolesques ou étranges, tantôt déjantées ou dramatiques, avec une bonne chute, sans oublier une touche d’humour ou de gravité. Le must ici, c’est bien l’humour — exercice difficile en soi — car les auteurs semblent ne pas se prendre au sérieux et se faire plaisir dans l’écriture de ces textes barrés, une manière intelligente de tenir à distance nos peurs, comme... un antidote.

    Mais il n’ y a pas que les auteurs qui ne manquent pas d’humour, car les éditions aNTIDATA, spécialistes de la nouvelle, se distinguent toujours par l’originalité de leurs ouvrages : dans ce recueil, les auteurs sont présentés par une fiche patient, avec le motif d’admission (la phobie en question), les antécédents (la bibliographie) et la durée du traitement (le nombre de pages de la nouvelle).

    Voilà un recueil sympathique sur un thème attirant et inépuisable qui donne envie d’écrire sur ses propres phobies !

    D'autres recueils de nouvelles

    Quelques ombres Pierre Charras Bibliolingus Quelques ombres
    Pierre Charras
    Côté cour Leandro Avalos Blacha Côté cour
    Leandro Avalos Blacha

     

    Lisez aussi

    Protégeons les hérissons Bordaçarre Bibliolingus Protégeons les hérissons
    Olivier Bordaçarre
       

     

    Jusqu’ici tout va bien
    12 nouvelles sur la phobie
    Sébastien Gendron, Stéphane Monnot, Olivier Boile, Christophe Ségas, Ludmila Safyane, Laurent Banitz, Frédérique Trigodet, Gilles Marchand, Bertrand Bonnet, X, Marie Lelièvre, Hélène Frank
    aNTIDATA
    2013
    166 pages
    11,50 euros

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • L'Adversaire Carrère Bibliolingus

    L’Adversaire
    Emmanuel Carrère
    P.O.L.
    2000



    En un mot

    Emmanuel Carrère raconte l’histoire retentissante de Jean-Claude Romand qui, en 1993, a tué toute sa famille après l'avoir trompée et escroquée pendant dix ans en se faisant passer pour un médecin de l’OMS.

    « Toute la vérité : dix-sept ans de mensonges1 ? »

    En 1993, Jean-Claude Romand a tué sa femme, ses deux enfants et ses parents avec une froideur hors norme. L’enquête policière a mis au jour une réalité monstrueuse et troublante, libérant par là-même le meurtrier : depuis presque vingt ans, il se faisait passer pour un chercheur réputé de l’OMS, fréquentant des personnalités médiatiques et assistant à des conférences internationales sur la médecine.

    Pourquoi ce coup de folie, cet acte impensable, insensé, horrible ? Emmanuel Carrère explique comment il a été amené à écrire un livre sur cette histoire et fait un récit détaillé du procès. Point par point, il reconstitue, comme l’ont fait les enquêteurs et l’entourage, toute une vie de mensonges, de solitude destructrice, de dépression silencieuse, une coquille vide qui lui était devenue insupportable.

    « Ç’aurait dû être doux et chaud, cette vie de famille. Ils croyaient que c’était doux et chaud. Mais lui savait que c’était pourri de l’intérieur, que pas un instant, pas un geste, pas même leur sommeil n’échappaient à cette pourriture. Elle avait grandi en lui, petit à petit elle avait tout dévoré de l’intérieur sans que de l’extérieur on voie rien, et maintenant il ne restait plus rien d’autre, il n’y avait plus qu’elle qui allait faire éclater la coquille et paraître au grand jour. Ils allaient se retrouver nus, sans défense, dans le froid et l’horreur, et ce serait la seule réalité. C’était déjà, même s’ils ne le savaient pas, la seule réalité2. »

    Pour finir

    Emmanuel Carrère raconte très bien. Il est parvenu à construire un récit bien composé, à la fois factuel et nourri d’impressions, entre l’empathie naturelle et le réalisme, sans pathos ni jugement moral excessif, malgré un sujet si délicat.

    L’exercice est terrible pour l’écrivain, chercher à comprendre le criminel tout en se positionnant du point de vue de l’entourage ; d’autant plus difficile pour Emmanuel Carrère qui partage la foi chrétienne dans laquelle Jean-Claude Romand s’est réfugié pendant sa réclusion. Mais le résultat est passionnant, convaincant et se lit presque d’une traite.

    L’Adversaire, un récit vertigineux qui met mal à l’aise. Le procès, qui nourrit cette part malsaine en chacun de nous, ce voyeurisme, dévoile les pans les plus intimes de la vie des victimes. Les médias ont du également s’en donner à cœur joie. On veut comprendre, mais on ne veut pas savoir. On se met à la place des uns et des autres, de ceux qui ont partagé le quotidien de Jean-Claude Romand et qui n’ont rien deviné durant toutes ces années, et à la place de l’écrivain qui s’implique.

    « Il est facile de considérer Romand comme un monstre et ses amis comme une bande de bourgeois de province ridiculement naïfs quand on connaît la fin de l’histoire3. »

    Alors, en faire un récit, et qui plus est un film (L’Adversaire, Nicole Garcia, 2002), c’est aussi donner prise aux désirs mythomanes de Jean-Claude Roman d’être quelqu’un. Perpétuellement dans une mise en scène de soi, Romand est entré dans la postérité en passant du médecin réputé à ce martyr-héros en route pour la rédemption éternelle. Il devient le symbole d’une tragédie à laquelle il a survécu, alors qu’il en est le responsable et le monstre ; il se réfugie (ou se cache ?) dans une foi sans borne pour nier les événements, évacuer une lucidité et une souffrance trop frontales.

    Voilà un récit qui m’a beaucoup touché, notamment parce que je le lis en 2015, date à laquelle le monsieur est libérable, et parce que les enfants victimes auraient eu mon âge s’ils avaient survécu.

     

    1. Page 132. -2. Page 154. -3. Page 187.

    L’Adversaire
    Emmanuel Carrère
    Éditions Gallimard
    Collection Folio n°3520
    2001
    224 pages
    6,40 €

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires