• La Tête hors de l'eau ≡ Dan Fante

    La Tête hors de l'eau Dan Fante

     La Tête hors de l’eau

    Dan Fante
    Christian Bourgois éditeur
    (désormais disponible
    chez 13e note éditions)
    2001

     

     

    En un mot

    Bruno Dante, alcoolique au bout du rouleau et écrivain quand il n’est pas dépressif, a décidé de s’inscrire aux Alcooliques anonymes.

     

    « Ici on est tous d’anciens alcoolos,
    junkies ou accro au crack1. »

    Bruno Dante, le double romanesque de Dan Fante, a tout du loser au bout du rouleau : écrivain jamais publié, alcoolique, dépressif sujet à des accès de démence ou de violence, dépensier et toujours fauché… N’en jetez plus ! L’homme est broyé par les excès, au fond du trou, mais il essaie de s’en sortir avec les réunions des Alcooliques anonymes.

    « Dans la rue, en allant au magasin, j’ai eu comme un éclair de compréhension. Ma vraie difficulté − mon problème −, ce n’étaient pas mes accès de dépression ou mon alcoolisme ou mes échecs professionnels, ni même la peur inexprimée d’être un foutu cinglé. Mon problème, c’étaient les gens. Et il y en avait partout2. »

     

    « La vente par téléphone
    est un curieux test de survie3. »

    Le voilà qui décroche, grâce à son contact ex-alcoolo, un poste dans une entreprise de télémarketing. Son nouveau job : vendre des cartouches d’encre par téléphone. A coups de tromperie et de manipulation, les télévendeurs s’acharnent à longueur de journée. C’est à celui qui décrochera le plus gros pigeon en vendant un maximum de cartouches.

    Avec toutes sortes de primes et de concours, le patron cultive l’esprit de compétition et exige un surinvestissement constant de la part de ses télévendeurs qui n’ont même pas le statut de salarié, puisqu’ils sont embauchés en tant que travailleurs indépendants. Facilement éjectables et flexibles, exonérés de charges fiscales et sociales, c’est tout bénéf pour le patron qui n’hésite pas à encourager ses champions pour maintenir la pression au sein de l’équipe et empêcher la solidarité de naître.

    Chacun pour soi, chacun sa prime. Vous quittez gaiement votre travail le vendredi pour aller aussitôt fêter la paie hebdomadaire que vous venez de recevoir. Les avantages sociaux sont réduits à peau de chagrin, l’avenir est incertain, mais l’argent peut couler à flot si vous savez entuber avec talent vos interlocuteurs.

     

    Pour finir

    Dans la lignée des beatniks, Bruno Dante sombre dans les excès et la dépression. À l’image de l’auteur, Dan Fante, fils du grand écrivain John Fante, Bruno n’a pas la vie facile.

    À la fois pathétique et provocateur, carrément détraqué mais souvent drôle, il nous fait voir comment la valeur du travailleur se mesure à l’aune de sa productivité (et de sa rentabilité). Dieu Flexibilité, permettez-nous de vendre toujours plus de cartouches d’encre et à moindre coût !

    Pourtant, Bruno Dante ne se laisse pas facilement appréhender. Même si La Tête hors de l’eau est écrit à la première personne, le récit est factuel, peu interrompu par des réflexions, même lorsque le personnage apprend une nouvelle grave.

    D’autre part, l’écriture de Dan Fante n’est-elle pas surtout cathartique ? Car même le héros de la nouvelle que Bruno Dante écrit ressemble à s’y méprendre à Bruno/Dan. Le double romanesque, même s’il a l’air très proche de l’auteur, permet quand même de créer une distanciation, car il faut du cran pour écrire ce texte, par ailleurs souvent drôle, et beaucoup d’autodérision.

    Malgré l’impression d’un personnage imperméable et réservé sur ses sentiments, La Tête hors de l’eau est un roman super bien rythmé, qui envoie sec à chaque page. Les frasques de Bruno Dante et les descriptions des personnages, tantôt attachants, tantôt antipathiques, sont percutantes qui l’emportent sur les quelques défauts du roman. Si vous aimez ce genre, alors c’est pour vous !

     

    Du même auteur

    En crachant du haut des buildings Dan Fante

    En crachant
    du haut des buildings

       

     

    Lisez aussi

    la route de los angeles john fante bibliolingus livre blog

    La Route de Los Angeles

    John Fante

    bandini john fante bibliolingus livre blog

    Bandini

    John Fante

    Tribulations d'un précaire Iain Levison 

    Tribulations d’un précaire

    Iain Levison

     Le Coeur au ventre Thierry Maricourt

    Le Cœur au ventre

    Thierry Maricourt

    http://ekladata.com/6OSEGB3CsOSvhVemqTxxhoHV2b0/etour-aux-mots-sauvages-einstingel-ibliolin.jpg

    Retour aux mots sauvages

    Thierry Beinstingel 

    http://ekladata.com/v8e5KWBgMirrkZOQA9_BDr-fFDo/l-homme-au-marteau.jpg

    L’Homme au marteau

    Jean Meckert  

    Un job pour tous Christophe Deltombe Bibliolingus

    Un job pour tous

    Christophe Deltombe 

     Je vous écris de l'usine Levaray Bibliolingus

    Je vous écris de l'usine

    Jean-Pierre Levaray 

    L'histoire de Bone Dorothy Allison Bibliolingus

    L'Histoire de Bone

    Dorothy Allison

    dandy richard krawiec bibliolingus blog livre 

    Dandy

    Richard Krawiec

     

    Challenge littérature américaine

     1. Page 51. -2. Page 18. -3. Page 47.

     

    La Tête hors de l’eau
    (Mooch, titre original)
    Traduit de l’américain par Jean-Pierre Aoustin
    Dan Fante
    Christian Bourgois éditeur
    Collection 10/18
    Domaine étranger
    2004
    224 pages
    Désormais chez 13e note éditions
    dans la collection de semi-poche Pulse 

    Bibliolingus

    « Le Bourreau ≡ Heloneida StudartLittérature brésilienne »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :