• Sur la plage de Chesil ≡ Ian McEwan

     Sur-la-plage-de-Chesil.jpg

     

    Sur la plage de Chesil

    Ian McEwan

    Éditions Gallimard

    2008

     

     

     

     

    La noce des coincés

    Loin d’un monde en mutation, Florence et Edward s’apprêtent à passer leur nuit de noces. En 1962, alors que Macmillan est élu président en Grande-Bretagne et Kennedy aux États-Unis, la bombe H et l’effondrement de l’Empire anglais concentrent les débats, tout comme la contraception, le rock et les Beatles relèvent les mœurs de la nouvelle génération.

    Intemporels et figés sous le paravent de familles aisées, ils tâchent de créer le mythe de leur amour, même s’ils ignorent être des inconnus l’un pour l’autre. « Lorsqu’ils n’analysaient pas leurs sentiments l’un pour l’autre – Edward commençait à se lasser de ce genre de réflexion –, ils parlaient de leurs projets d’avenir1. »

     

    Le moment crucial

    Ian McEwan est parvenu à un tour de force : à travers l’étroite fenêtre de l’espace-temps concentrée sur leur nuit de noces, il condense deux vies entières, pleines de préjugés, de maladresses et de non-dits. À l’approche de leur premier rapport sexuel où la tension monte en puissance, les déceptions et les rancœurs se cristallisent : rien ne se passera comme prévu, à notre grand plaisir.

    « Alors qu’il l’a dévisageait, interrogateur, elle le prit par la main et l’entraîna vers le lit. C’était de la perversité de sa part, voire de la folie, puisqu’elle voulait avant tout s’enfuir de la pièce, traverser les jardins et dévaler le sentier pour aller s’asseoir seule sur la plage. [...] Mais elle avait un sens du devoir cruellement développé, auquel elle était incapable de déroger2. »

     

    Pour finir

    Maîtrisant habilement la narration, Ian McEwan nous offre l’œil intérieur de chacun pour mieux nous montrer les discordances. Au fil du roman, il distille çà et là les indices, les incohérences d’une relation dont l’échec semble imminent. Sur la plage de Chesil est un moment de lecture jouissif, surtout à une époque où les mœurs sont plus libres qu’en 1962 ; à coup sûr, il laisse en mémoire ses contours et son mordant longtemps après qu’on a refermé le livre.

    « Ils étaient trop polis, trop coincés, trop timorés, ils se tournaient autour à pas de loup, murmurant, chuchotant, s’en remettant l’un à l’autre, s’approuvant mutuellement. Ils se connaissaient à peine, et ne pourraient jamais se connaître, à cause de ce manteau de silence complice, rarement interrompu, qui étouffait leurs différences et les aveuglait tout autant qu’il les unissait3. »

    1. Page 133. -2. Page 43. -3. Page 158.

     Sur la plage de Chesil

    On Chesil beach (titre original)

    Ian McEwan

    Traduit de l’anglais par France Camus-Pichon

    Éditions Gallimard

     Collection Folio n°5007

    2010

    192 pages 

    6,5 €  

    Bibliolingus

    « Un bourgeois tout petit petit ≡ Vincenzo CeramiLady L. ≡ Romain Gary »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Ys
    Samedi 12 Mai 2012 à 08:51
    Ys
    Même si certains titres m'ont mise mal à l'aise, j'aime beaucoup cet auteur car les titres que j'ai aimés, je les ai adorés. Tout en haut, il y a "Délire d'amour", un des mes livres de chevet.
    2
    Samedi 12 Mai 2012 à 14:05
    Lybertaire

    Alors comme il n'est pas impossible que j'en lise un autre de lui (c'est mon premier), je note Délire d'amour pour une prochaine expérience ;) Merci !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :