• Les majorettes, elles, savent parler d’amour ≡ François Szabowski

    Les majorettes, elles, savent parler d'amour François Szabowski Bibliolingus

     

    Les majorettes, elles,
    savent parler d’amour

    François Szabowski
    Aux Forges de Vulcain
    2011

     

     

    En un mot

    Les majorettes... raconte un repas de famille en apparence ordinaire mais qui recèle de profonds malaises.

     

    « [Nathalie] est dans sa chambre1 »

    Imaginez l’ambiance de la famille Bonvin avec le fils Benoît, qui n’est pas revenu chez ses parents depuis 3 ans à Grandville, en Basse-Normandie. Imaginez que les invités arrivent et que Nathalie, la sœur de Benoît, âgée de 15 ans, refuse de sortir de sa chambre et de manger avec les autres. Crise d’adolescence ? Mauvaise humeur ? C’est bien plus que cela, c’est une rupture avec sa mère qui veut pourtant faire croire que tout va bien, et avec son père qui préfère s’extraire de la réalité et remonter le fil de ses souvenirs plutôt que d’être présent au repas de famille.

    L’atmosphère est très pesante, chacun camoufle ses drames et ses angoisses par des mensonges et des conversations banales, insipides ; où on évoque les faits divers de la région par des lieux communs, des réflexions médisantes et raz-le-trottoir pour ne pas parler de soi, ne pas se livrer.

    On est tous ensemble mais finalement chacun est à l’intérieur de soi, préoccupé par ses pensées, ses obsessions, ses manies, même si on utilise beaucoup d’énergie à garder sans cesse une façade cordiale et polie et à tenir les autres à distance. Sans communication, on regarde les autres de loin, on fait des suppositions sur ce qu’ils sont, ce qu’ils font, quitte à créer des quiproquos ou avoir faux sur toute la ligne ; mais mieux vaut ça plutôt que d’ouvrir sa carapace.

    Le malaise et le traumatisme sont là, enfouit dans toutes les mémoires. Alors il suffit d’un peu d’alcool et le repas dégénère. Les mécanismes déraillent, on devient hystérique ou apathique, on est prêts à faire n’importe quoi. Sauf que l’alcool, chez les Bonvin, on a tendance à en abuser !

     

    Pour finir

    Les majorettes, elles, savent parler d’amour est le premier roman de François Szabowski, paru chez les excellentes éditions Aux Forges de Vulcain, et il est pour le moins déconcertant. Dans la littérature ordinaire, les histoires ont un début et une fin et toutes les questions trouvent leurs réponses sans trop de zones d’ombre… mais pas ici.

    Les majorettes… est composé d’une myriade de petits éléments qui, mis bout à bout, composent l’ambiance et les relations dans la famille. Derrière ce repas à l’apparence commune, un malaise grandit, supporté par tous les personnages. Il suffit d’un instant d’inattention et hop ! vous n’aurez senti que l’étrangeté de la scène, et vous serez passé à côté de ce qui est essentiel au roman (qu’il convient de ne pas dévoiler).

    Au fil du roman, le lecteur évolue successivement dans les pensées des personnages, et en tant que telles, les pensées divaguent, font des blocages, se déroulent presque en temps réel avec pêle-mêle hallucinations, obsessions et pragmatisme du quotidien. On ressent également la distanciation du narrateur avec ses personnages ainsi que la relation morbide au corps, à la fois captivante et dérangeante, parce que les détails du corps humain, les bourrelets, les rides, ou les plaquettes de chocolat, en disent long sur le caractère des personnages.

    Pourtant, dans les méandres des pensées, la dilatation du temps est extrême et vraiment lassante. Les descriptions des gestes et des attitudes au millimètre près agacent à la longue. La structure est aussi inégale, incluant des minis-chapitres difficiles à situer dans le cadre général. Le texte s’essouffle, l’ensemble est lourd et ennuyeux. Tout comme les personnages en proie à leurs malaises (mais ne spoilons pas), le lecteur est pris dans une boucle temporelle immuable. Les majorettes... est tout de même un livre difficile à appréhender, qui exige une lecture à plusieurs niveaux, mais qui montre combien l’auteur est déjà maître de son premier roman.

     

    Du même auteur

     IL faut croire en ses chances François Szabowski Il faut croire en ses chances 
    dans Éphémères

    Du même éditeur

     Nous tous sommes innocents Jurado-Lecina Bibliolingus Nous tous sommes innocents
    Cathy Jurado-Lécina
    dans Éphémères
       

     

    1. Page 207.

      

    Les majorettes, elles, savent parler d’amour
    François Szabowski
    Aux Forges de Vulcain
    Collection Littératures
    2013
    276 pages
    16,90 euros 

    Bibliolingus

    « Zoom sur... L'environnement et l'alimentationBrésil. Dans les pas du géant ≡ Patrice Montagu-Williams »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 30 Juin 2014 à 10:11
    Alex-Mot-à-Mots

    Trop de descriptions deviennent vite lassantes, je te comprends.

    2
    Mercredi 2 Juillet 2014 à 15:59

    Ça dépend des goûts aussi, mais c'est un roman particulier !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :