• Arrête, arrête ≡ Serge Bramly

    Arrête, arrête Serge Bramly

    Bibliolingus rentrée littéraire 2013
     

    Arrête, arrête

    Serge Bramly

    Nil éditions

    2013 

    Matchs de la rentrée littéraire 2013 Price minister

     

     

     

     

    « Seize ans pour meurtre1 »

    Vincent est un repris de justice en fuite. Voilà seize ans qu’il n’a pas vu le monde. Seize ans de prison pour des meurtres qu’il dit ne pas avoir commis, et pour un magot dont on a perdu la trace. Mais qu’importe, cela fait une semaine qu’il est en liberté conditionnelle, avec un bracelet électronique qui lui assigne un périmètre de « liberté » pendant moins d’un an. Après, il aura définitivement purgé sa peine, il sera libre pour de vrai.

    Mais visiblement Vincent n’a pas pu se contenter d’une prison déguisée. À plus de soixante ans, il a quelque chose en tête. Après avoir cassé son bracelet, il a disparu. Pourquoi ? Pour aller où ? Pourquoi a-t-il agi ainsi, alors qu’il était sur le droit chemin ?

    C’est ce que se demandent son frère et sa fille. Et la police qui le recherche.

    « J’espérais et redoutais la sonnerie qui ne manquerait pas de dissiper bientôt l’angoisse léthargique de l’attente. Qui téléphonerait en premier ? Mon frère, de l’étranger, pour me dire qu’il embarquait à destination des tropiques ? Ou son avocat, ou les flics, porteurs de mauvaises nouvelles2 ? »

     

    « Vincent ? En cavale3 ? »

    Avec cette fuite inconsidérée, Vincent va encore faire revenir tous les journalistes qui vont les épier, poser plein de questions, s’immiscer dans leur vie privée. Les journalistes médiatisent à outrance des affaires judiciaires, quitte à faire souffrir l’entourage pendant des années. Au bout du compte, Vincent n’apporte que des ennuis à la famille.

    Vincent plonge dans l’univers underground qu’il a quitté seize ans plus tôt, déterminé à mener à bien un plan secret. En chemin, il porte un regard désabusé sur l’extérieur, sur la société, sur la ville, qui ont changé. Beaucoup de temps a passé.

    Mais voilà qu’il est distrait de son projet (qu’on ignore jusqu’au bout, même si on s’en doute un peu) quand il rencontre une femme qui pourrait le faire changer d’avis et faire basculer ses plans, quels qu’ils soient.

     

    Pour finir

    Arrête, arrête se lit trop vite : 120 pages, durant lesquelles les projets de Vincent restent mystérieux. Comme on ignore ses intentions jusqu’aux dernières pages, on ne ressent pas l’inéluctabilité, la saveur des instants qu’il est en train de vivre, puisque lui seul connaît la vérité. Et au final, après qu’il a accompli trois choses, clac, le roman se termine. Pas le temps de s’imprégner, pas le d’être sensible à sa personnalité, alors on passe à côté de lui. Sa critique de la société est faiblarde, on aurait espéré qu’il aille plus loin, qu’il ait une réflexion plus profonde et plus virulente, surtout lorsqu’on sait la fin du roman. L’expression des sentiments amoureux est également faiblarde, alors qu’il y aurait eu tant à dire à propos d’un ex-taulard.

    Tout du long, le récit reste extérieur aux personnages, l’approche est froide, à l’image de l’univers underground qui habite le roman. Quand tout bascule, quand on prend une baffe parce qu’on a une bouffée de liberté après seize ans d’emprisonnement, que le monde et les gens ont changé, on ne peut qu’avoir le vertige. Mais l’auteur ne nous offre pas ce grand vertige, et seulement une parcelle de la psychologie de Vincent, alors que ce personnage est super intéressant. Alors il faut imaginer, se mettre à sa place, mais au final on bâtit nos émotions sur notre propre imagination, pas sur celle de l’auteur.

    Ce roman, malgré les questions sur la liberté, sur l’amour quand le temps est compté, est une déception. Toutefois, il est à noter que le livre en lui-même est très joli, avec une couverture soignée en soft-touch et des rabats élégants.

     

    1. Page 80. -2. Page 68. -3. Page 51.

     challenge album6/6  
     

     

     

     

     

     

     


    Arrête, arrête

    Serge Bramly

    Nil éditions

    2013

    128 pages

    12,90 euros 

     

    Bibliolingus 
     

    « Les Fuyants ≡ Arnaud DudekInstinct primaire ≡ Pia Petersen »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 19 Novembre 2013 à 14:56
    Alex-Mot-à-Mots

    Même si l'objet ets beau, je ne suis pas tentée.

    2
    Mardi 19 Novembre 2013 à 17:44

    Je comprends ! Il y a plein de choses qui m'ont davantage plues que celui-là. Ca a été destabilisant de voir que j'étais quasiment la seule à avoir un avis mitigé.

    3
    Mercredi 20 Novembre 2013 à 22:31

    je l'ai apprécié mais je suis d'accord avec toi pour la brièveté, ça s'oublie (trop) vite!

    4
    Dimanche 24 Novembre 2013 à 19:16

    Nos avis divergent en effet... J'ai pour ma part beaucoup aimé ce bref roman !

    5
    Mardi 7 Janvier 2014 à 09:54

    Je ne connais pas ce livre mais j'apprécie l'auteur que j'avais rencontré au salon des Etonnants voyageurs et je recommande chaudement sa biographie (très bonne) de Léonard de Vinci!

    6
    Mardi 7 Janvier 2014 à 12:06

    Dans un tout autre genre alors, c'est étonnant !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :