• Nos rêves ne tiennent pas dans les urnes ≡ Paul Ariès

    Nos rêves ne tiennent pas dans les urnes Paul ArièsNos rêves ne tiennent
    pas dans les urnes
    Éloge de la démocratie participative
    Paul Ariès
    Max Milo éditions
    2013



    « Le capitalisme repose
    sur l’abstention du peuple
    et son inculture politique1
    »

    Professionnalisation et corruption de la politique, allongement de la durée et du nombre de mandats, course à la réélection, partis de gauche désunis, éloignement de l’élu et des électeurs, abstention élevée, droite et « gauche » interchangeables, recul de la syndicalisation, monde associatif en berne… La démocratie représentative, bourgeoise, sclérosée et illusoire, rend le peuple invisible et inaudible. Les élus, parfois désignés par moins de 20 % des citoyens, sur-représentent les classes supérieures de la société, excluant les voix populaires.

    Où est la légitimité démocratique ?

     

    « Démocratiser la démocratie2 »

    Non, la politique ne consiste pas à glisser un bulletin une fois tous les cinq ans. La politique nous appartient, elle n’est pas réservée aux experts. Paul Ariès défend la démocratie participative, celle qui reconnaît l’égalité de n’importe qui avec n’importe qui, et qui fait de nos différences une source de débats et de consensus. Sans vouloir supprimer la démocratie représentative, la démocratie participative replace la politique à l’échelle locale, et recrée le dialogue entre les élus et les citoyens et entre les citoyens eux-mêmes.

    À l’échelle de la ville, ce sont nous, les habitants, les experts de la ville ; nous, les usagers, avons la compétence de savoir ce qui est bon pour la collectivité. À travers les comités de citoyens, de quartier, des jeunes, des aînés, des associations… ; avec l’instauration de visites de quartier, de permanences au pied des immeubles, de bulletins locaux, des habitants-relais, du tirage au sort des représentants, des sondages délibératifs, prenons la parole et faisons des villes des lieux qui nous ressemblent, qui sont à l’image de nos valeurs. Parce que toi, moi, nous, les gens ordinaires, sommes capables de soulever des débats, de proposer des idées pour améliorer une situation inégalitaire.

    La démocratie participative, ce n’est ni plus ni moins que construire une intelligence collective, et faire des « préoccupations individuelles le moteur de l’action collective3 ». C’est aussi à chacun d’entre nous de faire que le quotidien nous ressemble, en encourageant le dialogue et la solidarité, en luttant contre le mauvais individualisme et la dépolitisation des plus exclus.

     

    Pour finir

    Quel perfide mythe du grand soir révolutionnaire ! Le meilleur moyen pour que chacun attende en vain la vague de choc propulsée par son voisin. La révolution ne réside pas dans le grand soir, elle réside dans la multitude de « pas de côté existentiels» que chacun d’entre nous faisons pour améliorer le quotidien. Partageons et diffusons nos idées, nos consciences ; la révolution est en chacun de nous, dans ce que nous choisissons de faire ou pas.

    Approprions-nous l’espace public. Nous avons beaucoup de pouvoir, contrairement à ce qu’on pourrait croire, car, en tant que consommateurs, nous sommes au centre de toutes les attentions : chaque seconde, notre attention est captée, cajolée, violée, en vue de sortir la carte bleue, même si nous avons le pouvoir de ne pas céder.

    Mais en tant que citoyen, notre seul rôle se résumerait à déposer un bulletin dans les urnes tous les cinq ans. Quelle vision avons-nous du « peuple » ? Celle qu’on veut bien nous faire croire : un peuple manipulé, désintéressé de la politique, victime consentante de la domination. Ne réduisons jamais les dominés à ce que les dominants voudraient qu’ils soient. Car l’abstention ne résulte pas que du désintérêt, c’est aussi une façon de dire qu’on ne veut pas de cette politique. Les citoyens, premiers habitants et experts de la ville, sont capables de débattre ensemble des affaires communes.

    Avec cet ouvrage, Paul Ariès assume son engagement, dans une langue presque orale, quitte à mêler d’autres considérations autour de la démocratie participative, et à en oublier quelques autres essentielles. C’est bien un éloge, et non pas une étude fondée sur les différentes initiatives mises en place à Grigny, Aulnay-sous-Bois, Cherbourg, Valenton, Martigues… Cet ouvrage n’a rien de pratique, il n’est donc spécialement destiné aux élus locaux ; alors, à qui s’adresse-t-il ? À nous, citoyens ? Seulement à ceux qui lisent, car comme le reconnaît Paul Ariès, en utilisant l’écrit il s’éloigne de la culture populaire qui passe davantage par l’oralité ; c’est pourquoi il complète ses livres avec des conférences et des débats.

    Voilà donc un livre très intéressant, à ceci près que le travail éditorial est quasiment inexistant ! Les fautes d’orthographe monumentales sont fréquentes et les espaces insécables manquantes (ce qui amène les guillemets et les ponctuations en début de ligne !). La ponctuation est hasardeuse, les citations sont mal recopiées, et le texte est truffé de répétitions, quasiment à la virgule près. Pour tout dire, ce texte ressemble davantage à des secondes épreuves qu’au texte définitif ! Mais ça n’empêche que l’énergie et les convictions de Paul Ariès, dans la lignée du mouvement des Indignés de 2012, vaut le détour.

    1. Page 91. -2. Page 65. -3. Page 129. -4. Page 124.

     

    Du même auteur

    Ecologie et cultures populaires Paul Ariès Bibliolingus Écologie et cultures populaires    

    Lisez aussi

    Opinion, sondages et démocratie Roland Cayrol Bibliolingus

    Opinion, sondages et démocratie
    Roland Cayrol 
    Rêve général Nathalie Peyrebonne Rêve général
    Nathalie Peyrebonne
    dans Éphémères
    Les Renards pâles Yannick Haenel Les Renards pâles
    Yannick Haenel

    dans Éphémères
    L'Aveuglement ≡ José Saramago La Lucidité
    José Saramago
    dans Pérennes
    Nous aurons de l'or Jean-Eric Boulin Bibliolingus Nous aurons de l'or
    Jean-Eric Boulin
    dans Oubliettes
    Altergouvernement Altergouvernement. 18 ministres-citoyens pour une réelle alternative
    Collectif 
    Eloge de la démotivation Guillaume Paoli Bibliolingus Éloge de la démotivation
    Guillaume Paoli 
       

     

    Regardez aussi

    Budget participatif 2015 Paris  Budget participatif 2015 de la ville de Paris
     Proposez une idée et votez !

     

    Nos rêves ne tiennent pas dans les urnes.
    Éloge de la démocratie participative
    Paul Ariès
    René Balme (préface)
    Max Milo éditions
    2013
    196 pages
    16 € 

     

    Bibliolingus

    « Antoine et Isabelle ≡ Vincent BorelAmericanah ≡ Chimamanda Ngozi Adichie »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 1er Février 2015 à 20:09
    Alex-Mot-à-Mots

    Au moins, Max Milo a édité ce livre.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Lundi 2 Février 2015 à 09:56
    Praline

    C'est dommage que le travail éditorial soit fait à moitié, c'est vraiment le genre de raisons qui me poussent à ne pas acheter un livre, même si son sujet m'intéresse. J'irai donc voir ailleurs ! 

    En tous cas, merci de parler de démocratie participative, je crois que c'est une vraie chance à saisir car notre vieille démocratie est tellement encrassée qu'on la croit inutilisable. Cela me fait aussi penser à tout ce qui pousse en termes d'économie locale et de transition écologique : devant l'impossibilité de faire bouger le colosse financier, des milliers de micro initiatives prennent vie... Si le sujet t'intéresse, le film (ou le livre que je n'ai pas lu) Sacrée croissance devrait te donner quelques billes...

    3
    Mardi 3 Février 2015 à 12:51

    Coucou Praline ! Coucou Alex !

    J'ai cru comprendre que Max Milo avait eu des difficultés financières, ceci explique peut-être cela. Leur catalogue est intéressant quand même, j'aime bien les thèmes qu'ils abordent.

    J'ai vu le film Sacrée croissance, malheureusement pas jusqu'au bout car j'étais arrivée à la fin du délai de replay ! Mais effectivement, j'aime suivre toutes les initiatives qui se font au niveau local, et j'ai l'espoir d'un sursaut dans les années qui viennent :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :