• Les réseaux sociaux sont-ils nos amis ? ≡ Collectif

    les-reseaux-sociaux-sont-ils-nos-amis.jpg

     

    Les réseaux sociaux sont-ils nos amis ? 

    Julie Denouël, Éric Delcroix et Serge Proulx

    Le Muscadier

      2012

    La Voie des indés Libfly 2012 

     

     

     

    Outils de réseautage ou de fliquage ?

    Les réseaux sociaux numériques, on croit les connaître. Qu’ils soient des sites à tout faire ou dédiés au réseautage professionnel ou culturel, ils sont omniprésents. Tour à tour qualifiés d’instruments de démocratie dans les conflits sociaux ou accusés d’incarner  Big Brother, ils échappent pourtant à l’analyse et au contrôle.

    S’ils prennent de plus en plus d’importance dans nos vies, s’ils deviennent des plateformes incontournables des opérations courantes, comment ne peuvent-ils pas être la proie des gouvernants, lesquels chercheront (si ce n’est pas déjà fait) à s’accaparer cet outil dans le but de surveiller le peuple ?

    La géolocalisation et les règles de confidentialité hasardeuses ne sont-elles pas en contradiction avec la liberté individuelle ? Pouvons-nous accepter que nos interactions ne soient que le prétexte à la négociation des contrats ; de n’être que des « sponsorisés consentants » de Facebook ? Jusqu’à quel point Facebook est-il le propriétaire des contenus mis en ligne ? Que fait-on du droit de propriété intellectuelle, du droit à l’oubli ? Doit-on tolérer que les méthodes de marketing viral des entreprises s’immiscent jusque dans notre cercle d’amis ?

    Depuis que Facebook est entré en bourse, tous les dangers sont permis. Désormais, nos interactions avec nos « amis » ne feront plus seulement la fortune de Facebook et des annonceurs publicitaires ; nous sommes les petites fourmis ouvrières des actionnaires et des investisseurs comme Goldman Sachs.

    Tous les réseaux sociaux ne sont pas comme Facebook, heureusement. Mais plus généralement, ils sont devenus trop importants pour ne pas être l’objet des manipulations à des fins commerciales, politiques ou criminelles. Si les dangers sont minimes en l’état actuel, ils seront en revanche potentiellement élevés lorsque les réseaux sociaux auront pris leur pleine maturité au sein d’une société gouvernée par les intérêts davantage que par les individus.

    Pour finir

    Quel tour de force pour les éditeurs du Muscadier ! Les auteurs de cet ouvrage ont joué le jeu : leurs opinions, radicalement opposées, sont mises en scène dans un débat écrit où les contradicteurs prennent le temps d’exposer leur position sur les enjeux des réseaux sociaux numériques. Pour tous ceux qui les utilisent ou qui s’en méfient sans bien savoir pourquoi, ce petit ouvrage fournit les pour et les contre utiles pour se faire une idée précise de la question : « À vous, ensuite, de vous forger votre propre opinion ! »

    Dans la même collection

    Faut-il renoncer au nucléaire

    Faut-il renoncer au nucléaire ?

     
    Faut-il arrêter de manger de la viande ? Collectif

    Faut-il arrêter de manger de la viande ?

    Agriculture biologique : espoir ou chimère ? Collectif

    Agriculture biologique : espoir ou chimère ?

     

     

     Du même éditeur

    Altergouvernement

    Altergouvernement. 18 ministres-citoyens pour une réelle alternative

    Collectif

     
    les mains dans la terre cathy ytak bibliolingus blog livre

    Les Mains dans la terre

    Cathy Ytak

      

    Les réseaux sociaux sont-ils nos amis ?
    Julie Denouël, Éric Delcroix, Serge Proulx
    Éditions Le Muscadier
    Collection Le choc des idées
    2012
    128 pages
    9,90 € 

    Bibliolingus

    « Le Démon du bien 3/4 ≡ Henry de MontherlantLes Lépreuses 4/4 ≡ Henry de Montherlant »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Ys
    Jeudi 4 Octobre 2012 à 08:33
    Ys
    un vrai débat sur le sujet avec des arguments et des intervenants qui peuvent exposer leur point de vue sans se traiter de tous les noms et se couper la parole, c'est appréciable.
    2
    Jeudi 4 Octobre 2012 à 20:27
    Lybertaire

    Oui, c'est beaucoup plus amusant de suivre un débat écrit, où ils prennent le temps d'exprimer leurs idées et de se répondre ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :