• Les Nouveaux Chiens de garde ≡ Serge Halimi

    les-nouveaux-chiens-garde-Halimi-copie-2.png

     

    Les Nouveaux Chiens
    de garde

    Serge Halimi

    Éditions Liber-Raisons d’agir

    1997

     

     

    Dieu est marché, Dieu est patron, Dieu est audimat, Dieu est carrière. 

    Où se place l’éthique ?

    Après la Seconde Guerre mondiale, le Conseil national de la Résistance jetait les bases d’un journalisme indépendant, revendiquant « la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’État, des puissances d’argent et des influences étrangères1 ».

    Les chiens de garde du Paf, même s’ils sont peu nombreux par rapport à l’ensemble de la profession, veillent à dorer la légende de leur indépendance – c’est peut-être leur plus belle omerta professionnelle. Mais, même s’ils sont peu nombreux, ils se disputent les émissions politiques et économiques sur les écrans, la presse et les radios.

    Pour ces vedettes, les contraintes sont nombreuses : l’audimat, le scoop, le temps, la célébrité, le patron de la chaîne ou du journal (un industriel milliardaire qui a fait du journalisme son arme de propagande) dont il faut vanter les mérites… Rappelons les portraits dithyrambiques de Jean-Luc Lagardère, rusé et ambitieux en public, simple et aimant en privé. Bref, un doux renard des affaires dont il faut suivre l’exemple.

    « Notre public devra se contenter, le plus souvent, de pensée prêt-à-porter, d’“images dramatiques”, de la langue de bois des têtes d’affiche de la politique et de l’économie. De vedettes du show-biz ou du cinéma venues assurer la promotion de leur dernier chef-d’œuvre en direct à 20 heures… sans parler du record du plus gros chou-fleur de Carpentras ou des vaches envoûtées dans une étable des Hautes-Pyrénées. Au nom de la concurrence, chacun court pour copier l’autre2. » 

    Leur omniprésence médiatique, alors qu’ils chantent à l’unisson la gloire de la finance, étouffe les voix dissidentes à la dictature du marché, lesquelles d’ailleurs ne sont pas bankables.

    « La pensée unique n’est pas neutre, elle n’est pas changeante et il n’y en a pas deux comme elle. Elle traduit “en termes idéologiques à prétention universelle les intérêts du capital international”, de ceux qu’on appelle “les marchés”, c’est-à-dire les gros brasseurs de fonds. Elle a sa source dans les institutions économiques internationales qui usent et abusent du crédit et de la réputation d’impartialité qu’on leur attribue : Banque mondiale, FMI, OCDE, GATT puis OMC, Banque de France. Elle prétend soumettre les élus à ses Tables de la Loi, à la “seule politique possible”. Celle qui serait “incontournable”, celle qui a l’aval des riches […]. Céder à cette pensée, c’est accepter que la rentabilité prenne partout le pas sur l’utilité sociale, c’est encourager le mépris du politique et le règne de l’argent3. »

    Les professeurs de la soumission

    Leur indépendance est dissoute par les pressions de toutes parts, mais les journalistes savent gérer leur carrière. Il s’agit de se faire copain avec les politiciens qui accordent de larges faveurs, et avec les collègues qui accordent des postes et des salaires prestigieux. On s’invite aux émissions les uns les autres, on congratule le copain qui a écrit un énième livre consensuel, parce qu’il fait bon pour un journaliste de se faire passer pour un intellectuel indépendant.

    Chacun mène sa carrière professionnelle individuellement et fait valoir ses atouts auprès des gens de pouvoir. Il n’y a pas de théorie du complot : ces journalistes ne font probablement pas masse consciemment dans la connivence, ils agissent dans leur propre intérêt, à savoir leur carrière et leur célébrité, qu’ils tentent de déguiser en notoriété. Si ce sont des bêtes de chenil, ce sont aussi des bouledogues de la gestion de carrière.

    Pourquoi ces journalistes, experts, spécialistes, sont-ils disposés à accompagner les choix de la classe dirigeante, à nourrir la « machine à propagande de la pensée de marché4 » ? Probablement parce que journalistes et politiciens sont pour la plupart issus du même milieu : ils font les mêmes études, ils évoluent dans le même environnement social traditionnellement à droite, lequel encourage les accointances et les intérêts. Chacun trouve son compte dans l’ordre actuel du monde ; c’est la classe dominante qui a intérêt à ce que sa vision du monde soit assimilée par le reste de la population pour légitimer leur position.

    Pour finir

    À travers la guerre du Golfe, le traité de  Maastricht et le mouvement social de 1995 contre le plan Juppé, Serge Halimi élabore une thèse bien construite, qui mérite autant de contradictions que d’assentiment. D’un côté, les chiens de garde, de l’autre les chercheurs de vérité qui se font les porte-parole des pensées non médiatisées.

    Le métier de journaliste, fondé sur la découverte et la diffusion de la vérité, est tellement perverti qu’il devient rare de cerner une information dénuée de censure du patron, du marché, ou du journaliste lui-même. Mais des organisations ont développé, notamment grâce à internet, un mode de financement permettant la liberté d’action et de réflexion pour ne plus être soumis au régime du marché... Chez ceux-là on retrouve l’éthique, les valeurs, la foi en un autre monde.

    Lisez aussi

    les-chiens-garde-paul-nizan-copie-1

    Les Chiens de garde
    Paul Nizan
    dans Essais

    sur-la-television-bourdieu  

    Sur la télévision
    Pierre Bourdieu
    dans Essais

     Sociologie-bourgeoisie  

    Sociologie de la bourgeoisie
    Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot
    dans Essais

     du-journalisme-après-bourdieu  

    Du journalisme après Bourdieu
    Daniel Schneidermann
    dans Essais

    Que-sont-les-médias

    Que sont les médias ?
    Rémy Rieffel

     Journalistes précaires, journalistes au quotidien Collectif

    Journalistes précaires, journalistes au quotidien
    Collectif
    dans Essais

     Regardez aussi

     

    Pas-vu-pas-pris-Pierre-Carles.jpg

    Pas vu, pas pris
    Pierre Carles

     

    Les nouveaux chiens de garde Gilles Balbastre

    Les Nouveaux Chiens de garde
    Gilles Balbastre et Yannick Kergoat

     

    Enfin-Pris-Pierre-Carles.jpg

    Enfin pris ?
    Pierre Carles

       

     1. Page 32. -2. Page 45, extrait de Marcel Trillat et Yannick Letranchant, « Informer autrement sur France 2 », Le Monde, 5 juillet 1997. -3. Page 46. -4. Page 103. 

     Les Nouveaux Chiens de garde
    Serge Halimi
    Liber-Raisons d’agir
    2005
    112 pages
    6,10 €

    Bibliolingus

    « Du domaine des Murmures ≡ Carole MartinezTribulations d'un précaire ≡ Iain Levison »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :