• Les Fuyants ≡ Arnaud Dudek

    Les Fuyants Arnaud Dudek

    Bibliolingus rentrée littéraire 2013

    Les Fuyants

    Arnaud Dudek

    Alma éditeur

                    2013

     

    « Le contraire de disparaître.
    Revenir, quoi. »

    C’est le titre qui le dit : les fuyants, ce sont ces hommes lâches qui fuient leurs responsabilités, comme élever un môme et être avec sa femme quand on s’est marié. Fuir de toutes les manières : après le premier rendez-vous (c’est quand même le mieux), après le premier môme, ou carrément, se suicider, qu’on en parle plus.

    Sur ce thème assez commun, on rencontre plusieurs membres d’une même famille. Il y a Joseph, le môme en question, un ado geek renfermé, que sa mère a bien du mal à décrypter. Elle ne sait pas vraiment ce qu’il trafique sur son ordi, ce n’est pas qu’un geek, hein, mais ça, sa mère ne le sait pas encore. C’est le cliché de l’ado rebelle, sauf qu’il écoute Lady Gaga et aime lire Boulgakov et part sur les traces de son père disparu. Lui, il va au devant des réponses, mais ce qu’il fuit, c’est davantage son identité.

    Il y a son oncle, Simon, trentenaire mais éternel étudiant dans la manière de vivre. Il sort avec des filles jolies et intelligentes, mais il recule au moindre engagement amoureux. Et même les engagements familiaux, car Simon ne veut pas s’enfermer dans les conventions sociales, devenir sédentaire et responsable d’une famille.

    Il y a aussi le grand-père, Jacob qui, lui, a franchement fui sa vie de famille plus de trente ans auparavant. Mais voilà, comme rien n’est jamais trop tard selon lui, il voudrait revoir son fils qu’il a abandonné, suivre les match de foot avec lui, « acheter des chaussures à ses petits-enfants, ou des vélos, ou des jouets » ; bref, retrouver sa place dans la famille qu’il a quittée.

     

    « Elle voudra changer la décoration du salon. Déménager. Avoir un enfant. Il la quittera pour toutes ces raisons. Ensuite, la situation se compliquera sacrément. Elle le menacera à l'aide d'un saladier, s'effondrera sur le canapé, jettera tous ses vinyles aux ordures. Ou tout se passera bien : Marie se détachera gentiment de lui, il la recroisera un an plus tard au rayon des surgelés, oui, enceinte de trois mois, lui dira-t-elle dans un sourire. Et il titubera jusqu'à la caisse en semant des clémentines. »  

     

    Pour finir

    On pourrait qualifier Les Fuyants de roman sur l’impossibilité de communiquer avec l’autre, d’assumer ses propres désirs face à une société qui dicte des normes sociales. Mais ce serait intellectualiser ce très court roman qui se veut vivant, drôle et percutant quand même, qui veut porter un regard à la fois tendre et critique sur ces hommes de plusieurs générations.

    Sauf que, en voulant faire dans le court et le drôle, comme dans une nouvelle, Arnaud Dudek vire à la caricature des personnages, avec des accumulations de détails parfois lourds. Elle existe dans la vraie vie, mais quand presque tous les personnages font cliché, principaux ou figurants, il y a quelque chose qui cloche. Or, là, on aurait demandé plus de descriptions pour entrer dans la pensée des personnages : pourquoi fuient-ils ? de quelle autre vie rêvent-ils ? Le titre, qui d’ailleurs a quelque chose de dramatique, semble un prétexte pour raconter l’histoire de ces hommes.

    « À l’Académie, des collégiennes commandent des Coca Zéro, sèchent la gym, parlent french manucure et lâcheté des mecs. Un jeune rasta distribue des tracts appelant à l’alter-révolution alter-capitaliste. Des prépas cravatés lisent The Observer en buvant à la paille. »

    Pourtant, Arnaud Dudek a un potentiel en matière d’humour. Il fait aussi de chouettes transitions entre les chapitres, qui permettent de glisser d’un personnage à l’autre. Il sait aussi écrire un roman dans l’ère du temps, avec un langage percutant, moderne, parfois en verlant (thunes, daronne, vénère, manger sa race, truc de malade) qui donne du naturel mais renforce l’impression de caricature.

    Le point fort de ce roman, c’est que c’est une tranche de vie, pas une histoire avec un début et une fin. Arnaud Dudek a vaincu l’idée qui veut qu’un roman se termine avec des réponses et un happy end. Et en faisant léger, il permet d'éviter la morale qui aurait exigé comme un retour de bâton, une punition à la fuite ; par exemple, il n’incrimine pas Simon qui ne veut pas se lancer dans une vie maritale.

    Mais tout ceci ne compense pas l’impression caricaturale des personnages, dans la manière de les esquisser. Moins de 130 pages, c’est définitivement trop court pour plonger dans les pensées de quatre personnages très différents. Les nouvelles d'Arnaud Dudek doivent être pas mal, pour le coup.

    « On aimerait croire à cet instant que l’oncle et le neveu se rapprochent, qu’une sorte de complicité naît entre eux. malheureusement on en est loin. Simon ne sait pas trop quoi penser de cet adolescent capable de passer deux heures devant un film chilien où se raconte la révolte d’un village (à son âge, il se contentait de fantasmer devant la princesse Leia de La guerre des étoiles), ou bien de mener des actions politiques sur Internet (à son âge, il croyait que Mitterrand était président à vie). »


     challenge album5/6  
     

     

     

     

     

     

     

    Les Fuyants

    Arnaud Dudek

    Alma éditeur

    128 pages

    août 2013 

    15 euros  

    Bibliolingus

    « Le Monde selon Garp ≡ John IrvingArrête, arrête ≡ Serge Bramly »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 22:09

    Petit roman, mais tu me donnes envie :)

    2
    Samedi 16 Novembre 2013 à 17:16

    J'en suis ravie !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :