• Le Prince jaune ≡ Vassil Barka

    le prince jaune vassil barka bibliolingus blog livre

    Le Prince jaune
    Vassil Barka
    Gallimard
    1981

     

    En un mot 

    Le Prince jaune raconte, à travers la famille Katrannyk, la grande famine ukrainienne de 1932-1933, perpétrée par l’URSS et qui a tué des millions de paysans.

    « L’insoumission des paysans l’irritait : ces paysans qui refusaient de descendre en silence dans la tombe1. »

    Comme des millions de paysans ukrainiens et d’Europe de l’Est, Myron Danylovytch et sa famille doivent céder aux bolcheviks tout le blé qu’ils récoltent depuis des générations, ainsi que toute la nourriture, jusqu’au moindre bout de pain rassis. 

    La répression, dirigée par Molotov (le même qui doit son nom au cocktail-molotov), est totale : les perquisitions s’enchaînent, les paysans qui ne coopèrent pas sont accusés pour des motifs imaginaires et envoyés dans les camps de travaux forcés de Sibérie ; les insoumis sont interrogés et torturés ; les familles entières sont chassées de leurs maisons et laissées dans la steppe inhospitalière ; les lieux de culte sont saccagés, les croix et les calices sont confisqués ; les frontières avec la Russie sont fermées et les paysans n’ont plus de travail. Si la répression fait rage pour les « koulaks » (les paysans aisés qui n’ont pas adhéré aux kolkhozes), vivement réprimandés par la propagande stalinienne, tout le monde est mortellement touché. 

    Et l’hiver arrive. Un froid mortel et rien à faire pousser dans les champs pour survivre. 

    « Personne, sur terre, ne les aidera. Le monde entier les ignore et qui prendra leur défense ? S’ils meurent, personne ne dira rien. Seul Dieu, dans le ciel, les voit. Peut-être est-ce une épreuve afin que le malheur, comme des flammes suprême, les purifie2. »

    « Il sait que la mort vient de cogner à sa porte3. »

    À travers la famille Katrannyk, tout nous explose à la gueule. La faim qui tient le corps en alerte, qui neutralise les pensées, diffuse la folie, nourrit la sauvagerie. Les corps aussi maigres et agonisants que ceux des camps de concentration, le désespoir qui pousse à manger les racines, les graines, les animaux domestiques, les enfants… Puis la résignation, l’indifférence à son propre sort, la faiblesse extrême au point de ne plus pouvoir enterrer ni pleurer ses morts. Des millions de morts en quelques mois. 

    Qui sont les responsables ? Les membres du Parti qui ont pour mission de voler les sacs de blé et de les surveiller. Armés de fusils, face à une foule de paysans dépouillés, agonisants, qui réclament ne serait-ce qu’un peu de farine. Assassinés sans pitié, même cruellement. Tirés à vue, emportés dans des rafles et relâchés en pleine steppe enneigée ou dans des ravins. Et pour les rares survivants, c’est une véritable chasse à l’homme qui les achèvera.

    « La fusillade se déroulait sous les yeux de Myron Danylovytch comme dans un rêve, comme un mirage, jusqu’à ce qu’il aperçoive un de ses voisins qui, quelques rangs devant lui, s’était approché du portail. Il était touché et avait laissé tomber son bâton, un petit bâton qui n’aurait pu ni tuer, ni blesser personne… Il l’avait laissé tomber et restait debout, comme s’il cherchait, sans y parvenir, à comprendre ce qui lui arrivait, ce qui se passait près de son cœur. Il sent qu’il ne peut plus avancer et se détourne légèrement du moulin, blême comme la neige, à ses pieds. Un filet de sang coule à la commissure de ses lèvres. Et dans un geste, dicté par son âme et non par sa raison, il exprime son ultime volonté. Il lève son sac vide - rapiécé avec de vieux chiffons roux et noirs, qui se détachaient nettement - il lève d’une main le sac et le tient ainsi ; il le montre aux gardes de l’autre main qu’il pointe ensuite en direction du village. Il voulait dire : “Je dois prendre de la farine pour ceux qui sont là-bas, au village, et qui meurent ; je n’ai rien fait, pourtant je veux bien mourir… mais je dois absolument prendre de la farine, là, dans ce sac, pour eux !” Une autre rafale retentit soudain et le paysan s’effondra ; un geste bref et saccadé du coude et le sang, comme une source, jaillit de sa bouche ; il empourpra la neige et inonda le sac, lui apportant une réponse : voilà ce que tu obtiens ici, pour toi et tes enfants ! Voilà, ce qui peut remplir ton sac : emporte-le si tu peux te lever ! 

    Les derniers arrivants avancèrent encore avant de comprendre enfin qu’on massacrait des hommes sans armes. »

    Rencontre avec le livre

    Holodomor. C’est le nom de cet épisode noir de l’histoire de l’Ukraine qui a fait des millions de morts en 1932-1933. Le pays, déjà touché par la famine de 1921 et la collectivisation accélérée, a été frappé par ce génocide perpétré par l’URSS de Staline. 

    Le Prince jaune est un roman terriblement difficile à lire. La famine, les déportations, les tueries froidement orchestrées par Staline.  

    Et peut-être le plus terrible : l’obéissance aveugle à l’idéologie stalinienne, le zèle des soldats qui fait froid dans le dos. On ne peut que repenser à l’expérience de Milton qui révèle en chacun de nous un monstre qui n’attend que d’être « activé ». Faut-il avoir un cœur de pierre pour vivre à côté d’une foule d’agonisants et continuer à croire en l’avenir radieux du stalinisme ? Tous ces hommes fascistes, dans l’histoire atroce du XXe siècle, n’ont-ils eu aucune sensibilité, aucune culture, aucun amour, pour perpétrer aveuglément ces horreurs ? Comment peut-on être/devenir aussi cruel ? Est-cela l’humanité ? 

    Et comment être bon et aimant après avoir vécu de tels traumatismes ? Comment s’étonner alors que les générations de victimes répondent à la haine par la haine et que le monde continue à aller si mal ? Les mots ne suffisent pas pour dire l’écœurement pour cette humanité qui perpétue la haine et le malheur. 

    Lire la chronique de Passage à l'est qui m'a fait découvrir ce roman.

    Lisez aussi

     Un siècle d'espoir et d'horreur Harman Bibliolingus Un siècle d'espoir et d'horreur
    Chris Harman
     La fin de l'homme rouge Bibliolingus La Fin de l'homme rouge
    Svetlana Alexievitch 
    Cinq histoires russes Elena Balzamo Cinq histoires russes
    Elena Balzamo
    Finir totalitarisme Martelli Bibliolingus Pour en finir avec le totalitarisme
    Roger Martelli
    purge sofi oksanen bibliolingus blog livre Purge
    Sofi Oksanen
     leonid doit mourir lipskerov bibliolingus blog livre Léonid doit mourir
    Dmitri Lipskerov
    Vongozero Yana Vagner Vongozero
    Yana Vagner
    Les Ongles Mikhaïl Elizarov Bibliolingus Les Ongles
    Mikhaïl Elizarov
    l'homme qui savait la langue serpents kirivahk bibliolingus L'homme qui savait la langue des serpents
    Andrus Kivirähk
       

    1. Page 24. -2. Page 40. -3. Page 79. -4. Page 170.

    Le Prince jaune
    (Jovtyj Kniaz, titre original)
    Vassil Barka
    Traduit de l’ukrainien par Olga Jaworskyj
    Préface de Piotr Rawicz
    Éditions Gallimard
    Collection Du monde entier
    1981 (pour la traduction et la préface françaises)
    1968 pour l’édition originale
    1958-1961 pour l’écriture
    364 pages
    pas de prix, ni même de code ISBN (mais vous le trouverez en bibliothèque ou d’occasion)

    Bibliolingus

    « L’Intérieur de la nuit ≡ Léonora MianoBoulots de merde ≡ Julien Brygo et Olivier Cyran »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 20 Décembre 2016 à 14:29
    Alex-Mot-à-Mots

    Une lecture qui pourrait m'intéresser.

      • Mercredi 21 Décembre 2016 à 19:47

        Oui, enfin je pense que le livre est difficile à trouver (je l'ai trouvé en bibliothèque) et difficile à lire, alors je ne le "vends" pas très bien, mais je tenais à en parler !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :