• La Malédiction de Jacinta ≡ Lucía Puenzo

    La Malédiction de Jacinta Lucia PuenzoSalon du livre 2014 Bibliolingus

    La Malédiction de Jacinta

    Lucía Puenzo
    Éditions Stock
    2011


     

    En un mot

    Pepino, un jeune homme à la dérive, veut revivre la gloire qu’il a connue lorsqu’il était acteur dans une télénovela argentine mythique.

     

    « Pepino était un des élus1. »

    Pepino avait neuf ans lorsqu’il a été choisi pour devenir acteur d’une télénovela argentine mythique. Señorita Maestra, une télénovela à la fois éducative et divertissante pour les enfants, a vraiment été diffusée dans tous les foyers d’Argentine et du monde entier dans les années 1980. Pour la famille et le quartier de Pepino, il incarne tous les espoirs de la réussite, comme le sont les footballers ou les mini-miss.

    Dès ce jour, sa vie a basculé : alors que les enfants acteurs deviennent l’idole de millions de petits argentins, leurs parents, tels des impresarios, leur mettent une pression monumentale : plus de loisirs, plus d’école, mais tournage et répétitions quotidiens.

     

    «"Quand les caméras tournaient, on était des enfants normaux. On allait à l’école, on avait du temps libre… L’enfer, c’était la vraie vie. L’absence de liberté. Arrêter l’école, ne plus avoir d’amis, de loisirs. Nos mère mentaient : elles disaient qu’on étudiait le soir. Alors que beaucoup d’entre nous ne savaient ni lire ni écrire à neuf ans2."»

     

    « Ils mettraient une vie entière
    à se débarrasser des conséquences
    de cette dévotion3 »

    Vingt ans plus tard, Pepino est un homme à la dérive. Chétif comme l’enfant qu’il est resté au fond de lui, il est obsédé par la gloire passée de Señorita Maestra, au point qu’il continue à se faire appeler Pepino, comme son personnage. Projeté trop tôt sur la scène et rejeté tout aussi vite dans l’ombre, il est hanté par les souvenirs alors que personne ne se souvient de lui.

    Mais au-delà de l’obsession de la célébrité, Pepino est sous l’emprise d’une mère abusive et tyrannique qui, prête à tout pour attirer la gloire à elle, l’a poussé à tous les sacrifices et sous celle de Santa Cruz, le scénariste de la télénovela qui a le pouvoir de vie ou de mort sur ses personnages.

     

    « Je crie, depuis que je suis né je crie [...].
    Je crie mais on ne me voit pas4

    Invisible aux yeux de tous, incapable d’avoir sa propre identité, Pepino rencontre Twiggy, une grande perche déséquilibrée, elle aussi en mal d’amour et de reconnaissance. Twiggy, fille d’un juge influent, sous anti-dépresseur, aspire à se libérer d’un père omnipotent qui se soucie davantage de sa réputation que du bien-être de sa fille et trouver sa place à elle dans le monde.

    Mais les démons de Pepino sont bien présents. L’actrice qui jouait Jacinta, l’institutrice aimée de millions d’enfants, a été retrouvée morte. Et Pepino, déterminé à donner un sens à sa vie, va retrouver tous les anciens de la télénovela.

     

    « Le maître avait réussi son oeuvre majeure : vingt ans après avoir incarné l’espoir d’un avenir meilleur, ils accaparaient de nouveau l’attention publique dans un enchaînement de tragédies5. »

     

    Pour finir

    Obsession de la réussite, peur de la médiocrité et de l’oubli… La Malédiction de Jacinta, un roman sur la gloire aussi éblouissante qu’éphémère qui renvoie directement à la télé-réalité et aux ravages psychologiques qu’elle peut entraîner. Mais pas seulement. La télénovela en Argentine est un puissant outil de propagande ou de soft power pour diriger la population et influer sur la culture des pays récepteurs. Santa Cruz, le scénariste de Señorita Maestra, est pour Pepino ce que la télénovela est pour le peuple : un gourou de la « bonne conduite »... et un sésame pour assurer à la famille des acteurs une manne financière.

    La Malédiction de Jacinta est habité de personnages hétéroclites, fragiles et sombres, souvent privés de leur libre-arbitre, qui d’un instant à l’autre semblent prêts à basculer. La force de ce roman, c’est que tout semble possible, et ce sont toutes ces possibilités qui fascinent et tiennent en haleine. Impossible de trop en dire, mais ce roman est plein de choses étonnantes et troublantes. Les non-dits laissent des zones d’ombre, et tout comme dans la « vraie vie », les questions n’ont pas toujours de réponses et tout n’est pas élucidé au moment où on referme le livre, mais l’universalité et la puissance de la gloire donnent à l’histoire sa postérité.

    À l’image de l’œuvre de Lucía Puenzo, ce roman est surprenant et dérangeant, voire malsain, mais intense et spécial. Le talent de cette auteur est de capter une histoire vraie, un fait divers, pour en faire une histoire intense, presque incroyable, où la part d’irrationalité est fascinante.

     

    « Jusque là, exploiter le gamin avait été le passe-temps favori de son épouse. Quand le père a vu combien son fils gagnait devant une caméra, il a pris un congé. Il avait passé sa vie à chercher une mine d’or et il l’avait dans sa propre maison. Pendant un an, par pur vice, il a conservé son dernier commerce : des filles qu’il soutenait près de l’Once. Il les avait mises cinq fois en prison avant de leur offrir sa protection. Quand Cirilo est entré dans la série, il a dû arrêter. La télé était une terre de vautours, plus que l’armée. Il fallait être au-dessus de tout. Nos enfants sont comme des oranges, disait-il aux mères, on peut toujours les presser un peu plus. Cirilo était plus docile qu’une pute et il lui rapportait dix fois plus6. »

     

    Du même auteur

    Wakolda Lucia Puenzo Bibliolingus  Wakolda
    dans Pérennes
    La Fureur de la langouste Lucia Puenzo 

    La Fureur de la langouste
    dans Éphémères

     

    Challenge littérature argentine

    Littérature argentine Bibliolingus

    1. Page 25. -2. Page 128. -3. Page 22. -4. Page 270. -5. Page 227. -6. Page 182.

     

    La Malédiction de Jacinta
    (La maldición de Jacinta Pichimahuida, titre original)
    Traduit de l’espagnol (Argentine) par Anne Plantagenet
    Lucía Puenzo
    Éditions Stock
    Collection La Cosmopolite
    2011
    336 pages
    20 euros 

    Bibliolingus

    « 50 idées sur l'agriculture et sur l'alimentation ≡ Marc DufumierWakolda ≡ Lucía Puenzo »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 6 Mars 2014 à 15:51

    Article très riche qui donne envie d'en savoir plus en lisant le livre

    2
    Jeudi 6 Mars 2014 à 15:57

    Merci ! J'ai lu un autre livre de Lucia Puenzo dont je parlerai bientôt, et j'attaque bientôt le troisième parce que j'aime beaucoup ses histoires et ses ambiances !

    3
    Jeudi 6 Mars 2014 à 17:44

    Je suivrai avec intérêt ces articles

    4
    Jeudi 6 Mars 2014 à 19:09
    eimelle

    je ne connais pas non plus, intrigant! Bonne soirée!

    5
    Lundi 10 Mars 2014 à 18:16
    Coccinelle

    Bonjour, je découvre votre blog et cet excellent article grâce au Mois argentin ! J'ai lu Le tunnel d'Ernesto Sábato car il y avait une lecture commune. Je vais liker sur FB pour suivre vos parutions yes ; bonne soirée et bonne continuation du Mois argentin.

    6
    Lundi 10 Mars 2014 à 23:48

    Merci ! Je vais suivre aussi vos lectures argentines, je suis à l'affût ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :