• L’Intérieur de la nuit ≡ Léonora Miano

     

    l'interieur de la nuit leonora miano bibliolingus blog livre

    L’Intérieur de la nuit
    Léonora Miano
    Éditions Plon
    2005

     

    En un mot

    Dans ce premier roman, Léonora Miano témoigne déjà de son grand talent à parler des maux qui rongent l’Afrique. L’Intérieur de la nuit, qui raconte la nuit terrible des villageois·e·s pris·e·s en otage par des rebelles, se lit à plusieurs niveaux et s’adresse aussi bien aux grand·e·s ados qu’aux adultes.

    « Certaines choses leur arrivaient qui les tuaient de l’intérieur, mais ils laissaient toujours au destin d’en finir avec leurs corps1. »

    Nous sommes au Mboasu, le pays centre-africain imaginé par Miano, qui est en proie à la guerre civile.

    Après plusieurs années d’absence, Ayané revient au village de son enfance pour être au chevet de sa mère malade. Les hommes sont partis en ville pour vendre péniblement leur force de travail, tandis que les femmes prennent les choses en main dans les cases, vivant dans la tradition africaine.

    Les denrées commencent à manquer et le soleil tape fort sur les collines d’Eku, lorsque un soir, une milice rebelle les prennent en otage : les rebelles exigent de (trop) jeunes hommes pour en faire des soldats et des filles pour la troupe. Leur lutte vise à restaurer l’identité du peuple africain spolié par des siècles de colonialisme. Pour cela, il faut réunifier les différentes tribus autour d’une obscure cérémonie.

    Le roman de Léonora Miano raconte cette nuit terrible, mais aussi la manière dont les jours suivants se déroulent.

    « Cette nuit à Eku, c’était l’Afrique perdue, hébétée par le choc de sa rencontre avec l’ailleurs, qui tentait de se relever. Mais l’uppercut culturel qu’elle avait reçu lui avait brouillé l’entendement. Ne se souvenant que très obscurément de ce qu’elle était en réalité, elle se réinventait d’une manière macabre devant les villageois rassemblés. Elle faisait de même non loin de là, dans des pays dont ils ignoraient le nom. Elle s’automutilait en génocides ou en guerres civiles, comme pour s’enfoncer un peu plus profond dans ses blessures. Parce qu’elle ne pouvait se résoudre à devoir s’absoudre elle-même pour s’être laissé soumettre, piétiner, effacer de sa propre mémoire2. »

    Rencontre avec le livre

    Le premier roman de Léonora Miano témoigne déjà de son talent extraordinaire ! Depuis que j’ai rencontré ses textes, je n’ai eu de cesse d’en parler autour de moi, c’est dire mon enthousiasme.

    À travers l’allégorie de cette nuit terrible entre les villageois·e·s et les rebelles, qui se comprend à plusieurs niveaux de lectures, Léonora Miano donne vie aux thèmes qui habiteront l’ensemble de son œuvre, mais celui qui est prépondérant ici est l’enrôlement de la jeunesse dans des guerres civiles au nom d’une réhabilitation de l’identité africaine. Certes, cette réhabilitation doit avoir lieu, mais en faisant couler davantage de sang ?

    Dans L’Intérieur de la nuit, on retrouve également le chemin difficile vers l’identité individuelle, l’acceptation de ses origines, les relations au sein de la communauté codifiées par la tradition indépassable. Il y est question de transgression des lois ancestrales, mais surtout d’une grande tolérance envers l’autre, celui ou celle qui est différent·e et souvent incompris·e. Chacun·e mène sa vie selon ses valeurs, ses expériences, et place sa dignité là où il lui semble bon. Ça paraît bête, dit comme ça, mais les crispations identitaires véhiculées dans les discours publics (personnages politiques, journalistes) visent justement à tuer la fraternité (diviser pour mieux régner).

    Ce que j’aime tant chez Léonora Miano, c’est la place centrale faite à la psychologie des personnages et au débat. C’est à nous de faire notre chemin entre les opinions que chaque personnage incarne. S’il y a toujours de la violence et une critique acerbe dans ses romans, il y a aussi beaucoup de sagesse. Je ne saurai que vous inviter à découvrir Léonora Miano si ce n’est pas déjà fait.

    De la même auteure

    Crépuscule du tourment

    Contours du jour qui vient

    Tels des astres éteints 

    Les Aubes écarlates

    Lisez aussi

    Littérature

    Histoire d'Awu Justine Mintsa (Gabon)

    Petit pays Gaël Faye (Burundi et Rwanda)

    Americanah Chimamanda Ngozi Adichie (Nigeria)

    Beloved Toni Morrison

    Notre case est à Saint-Denis 93 Bouba Touré (Mali, Sénégal)

    Les Maquisards Hemley Boum (Cameroun)

    Voici venir les rêveurs Imbolo Mbue

    Une si longue lettre Mariama Bâ (Sénégal)

    Essais

    Le Ventre des femmes Françoise Vergès

    Françafrique, la famille recomposée Association Survie

    Heineken en Afrique Olivier Van Beemen

    1. Page 121. -2. Page 118.

    L’Intérieur de la nuit
    Léonora Miano
    Éditions Plon
    2005
    210 pages
    17 euros

     

    Bibliolingus

    « L'Attentat ≡ Yasmina KhadraLe Prince jaune ≡ Vassil Barka »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 10 Décembre 2016 à 19:40

    J'attends avec impatience que le livre soit libre à la bibli

    J'aime comme tu en parles

      • Mercredi 21 Décembre 2016 à 19:44

        Merci beaucoup ! Je suis très fan de ce qu'elle écrit, c'est une révélation !!

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Dimanche 11 Décembre 2016 à 18:57
    Alex-Mot-à-Mots

    Tu en parles si bien, cela me donne envie de le lire.

      • Mercredi 21 Décembre 2016 à 19:45

        Super, il n'y a plus qu'à !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :