• L'Industrie du mensonge ≡ John Stauber et Sheldon Rampton

    couv_lindustrie_du_mensonge.jpg

     

    L’Industrie du mensonge

    Relations publiques, lobbying et démocratie

    John Stauber, Sheldon Rampton
    Éditions Agone
    2004

     


     

    « La propagande est à la démocratie ce que la violence est à l’État totalitaire1. »
    (Noam Chomsky)

    Qui sont les lobbyistes aux États-Unis ? Comment agissent-ils ? L’Industrie du mensonge, ouvrage hallucinant, répond à ces questions. Le tabac, le nucléaire, le traitement des déchets toxiques des industries, l’agriculture, les produits pharmaceutiques, les guerres… Le lobbying établit son emprise sur l’ensemble des secteurs qui rapportent de l’argent.

     

    Qui sont ceux qui font de la propagande ? Le gouvernement certes, mais, curieusement, ce n’est pas de lui dont on parlera le plus ici : les multinationales font appel aux services des agences de conseil, avec la complicité des pouvoirs publics et des médias, pour dissimuler des pratiques aussi immorales qu’illégales. La manipulation de l’ « opinion publique » (mais celle-ci existe-t-elle ?) vise à améliorer leur image auprès du public, et à maintenir l’ordre social : ceux qui détiennent les pouvoirs décisionnels et qui sont membres de l’élite font en sorte que le peuple vous et moi derrière l’écran, personnes anonymes et placées au bas de la hiérarchie du pouvoir continue d’accepter sa soumission à l’ordre du monde. Le lobbying a pour objectif de taire les voix alternatives, de simuler la démocratie en apparence tout en occupant au maximum l’expression publique par divers moyens. Pour les lobbyistes d’aujourd’hui, les dissidents à abattre ne sont plus les communistes de la guerre froide mais les écologistes.

     

    Parmi les instigateurs des méthodes de lobbying, deux noms sont à retenir : Edward Bernays, après la Première Guerre mondiale, qui a transformé les cigarettes Lucky Strike en symbole de libération de la femme et encouragé le tabagisme durant tout le xxe siècle ; et Walter Lippman, qui a développé la théorie de la fabrication du consentement des opprimés.

    « Informer, éduquer, vendre et distraire2 »

    Cet ouvrage regorge d’exemples, tous plus hallucinants les uns que les autres, des méthodes employées par les agences de conseil et les multinationales. Outre la dissimulation de catastrophes et de faits alarmants, l’usage de la langue de bois et le matraquage par des campagnes publicitaires agressives, débilitantes ou faussement éthiques. Les méthodes insidieuses, malhonnêtes et illégales sont courantes car seul le résultat le profit compte.
     

    Le plus basique d’entre eux est de changer les noms des sociétés dont le passé est terni : ainsi en France, la Générale des eaux est devenue Vivendi puis Veolia environnement, comme si le terme “environnement” véhiculait une image plus positive. Le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) s’appelle désormais Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, comme s’il y avait, quelque part au gouvernement, l’intention de voler la vedette au nucléaire dont on sait tous combien c’est économique, propre et sans danger… Aux États-Unis, les boues toxiques des industries ne sont plus des déchets : ce sont des « biosolides » et ils entrent depuis 1977 dans la catégorie des engrais ; à ce titre, ils sont commercialisés et utilisés sur les terres américaines en toute légalité.
     

    Avec Hill & Knwolton et Burson-Marsteller en tête, les agences de conseil créent des associations, des comités et des mouvements bidons, en apparence indépendants, authentiques et légitimes, pour influencer les décisions des élus locaux et pour berner la population. Les lobbyistes engagent aussi des espions qui se glissent parmi les militants des associations et des partis politiques. Ils retournent les participants les moins investis pour neutraliser les boycotts par exemple – diviser pour mieux régner – et élaborent une base de données des militants pour mieux les surveiller.
     

    Et parce que la meilleure communication est celle qui ressemble à de l’information, les agences de conseil envoient couramment aux journalistes, pressés par le temps et la quantité de reportages à réaliser, des « reportages en kit ». Cette méthode pernicieuse et dangereuse qui brouille la frontière entre publicité et information existe aussi en France. Il suffit d’ouvrir n’importe quel journal gratuit et la presse bas de gamme pour constater que les produits et services mis en avant sont, la plupart du temps, présentés sans esprit critique : c’est de la publicité déguisée.

    Mais le lobbying s’exerce aussi sur les dictatures des pays en voie de développement ; les gouvernants états-uniens trouvent un intérêt à détruire la démocratie dans les pays qu’ils exploitent, et à ce sujet, l’œuvre de Noam Chomsky est édifiante. Comment les lobbyistes états-uniens légitiment-ils la guerre et la violence ? La guerre du Vietnam a été une grave erreur : la médiatisation des combats et des morts a été si forte qu’elle a entraîné la contestation des peuples du monde. Cette débandade a resserré le contrôle médiatique : les pouvoirs publics des États-Unis mais n’est-ce pas aussi le cas en France ? ont fait limiter la diffusion des images de la guerre en Afghanistan et des guerres suivantes. La guerre du Koweït a été légitimée auprès  du peuple états-unien par la soi-disant libération d’un peuple prisonnier ; mais cette propagande cachait un objectif économique essentiel : la récupération des ressources pétrolières.

    Pour les guerres suivantes, et pour celles qui déchirent le monde encore aujourd’hui, il s’agit de neutraliser l’action des journalistes envoyés sur le terrain et de mobiliser l’opinion pour rendre la guerre nécessaire ; on assiste alors à des guerres sans image aux États-Unis comme ailleurs... et comme en France qui limite la sensibilisation du peuple à ces conflits. Pas d’image, pas d’émotion, pas d’opposition, pas de mobilisation contre la guerre.

     Pour finir

    Comment les auteurs ont-ils obtenu leurs sources ? Ils ont fait comme Noam Chomsky, ils ont utilisé une loi américaine obligeant le gouvernement fédéral à rendre public tout document interne dont une personne a fait la demande. (la Freedom of Information act, loi sur la liberté de l’information, votée en 1966, « oblige le gouvernement fédéral à rendre public tout document interne à l’administration dont une personne, privée ou morale, lui demande communication. Sont cependant exclus de son champ d’application les documents classés confidentiels ayant trait aux affaires étrangères ou à la défense nationale. ») Cette loi n’existe pas en France… 

    L’Industrie du mensonge, paru aux États-Unis en 1995, est une œuvre de référence en matière de communication : bon nombre de livres découlent de ces constats. Et les éditions Agone l’ont servi intelligemment, avec un travail éditorial impressionnant : bibliographie, index, lexique des sigles et ajouts de chapitres sur le lobbying français. Le seul regret est de n’avoir pas encore rencontré le livre qui traite en profondeur la question chez nous.

    Lisez aussi

    couv_la_fabrication_du_consentement.jpg

    La Fabrication du consentement. De la propagande médiatique en démocratie
    Noam Chomsky et Edward Herman
    Agone, 2008

    Les-dessous-de-la-politique-de-lOncle-Sam

    Les Dessous de la politique de l’Oncle Sam
    Noam Chomsky
    dans Essais

    les-chiens-garde-paul-nizan-copie-1

    Les Chiens de garde
    Paul Nizan
    dans Essais

    couv_une_arme_de_persuasion_massive.jpg

     Une arme de persuasion massive. De la propagande dans la guerre de Bush en Irak
    John Stauber et Sheldon Rampton
    Le Pré aux Clercs, 2004

    couv_faire_lopinion_patrick_champagne.jpg

    Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique 
    Patrick Champagne
    Minuit, 1991

    les-nouveaux-chiens-garde-Halimi-copie-2

    Les Nouveaux Chiens de garde Serge Halimi
    dans Essais

    éloge-de-la-demotivation-guillaume-paoli

    Éloge de la démotivation 
    Guillaume Paoli
    dans Essais

    couv_propaganda.JPG

    Propaganda. Comment manipuler l’opinion en démocratie
    Edward Bernays
    dans Essais

    Divertir pour dominer collectif

    Divertir pour dominer
    Collectif
    dans Essais

       


    Regardez aussi

    Pas vu pas pris Pierre Carles

    Pas vu, pas pris

    Pierre Carles

     

    Enfin Pris Pierre Carles

    Enfin pris ?

    Pierre Carles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    1. Page IX de la préface. -2. Page 37.

     

    L’Industrie du mensonge
    Relations publiques, lobbying et démocratie
    John Stauber et Sheldon Rampton
    Traduit de l’anglais par Yves Coleman
    Nouvelle édition préfacée, actualisée et complétée
    par Nicolas Chevassus-au-Louis et Thierry Discepolo
    Éditions Agone
    Collection Éléments
    1995 pour l’édition américaine
    2004 pour la première édition française (chez Agone)
    2012 pour l’édition présente
    412 pages
    14 € 

    Bibliolingus

    « Le Zèbre ≡ Alexandre JardinOpinion, sondages et démocratie ≡ Roland Cayrol »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :