• Frankie Addams ≡ Carson McCullers

     Frankie-Addams.gif

    Frankie Addams

    Carson McCullers
    Éditions Stock
    1946

     

     

     

     

    « L’univers est vraiment
    quelque chose de brusque1 »

    « L’été vert et fou2 », c’est celui de mes douze ans en Géorgie. La neige, c’est Winter Hill où mon frère va se marier, et je veux partir avec lui. Je suis insignifiante, je suis seule et prisonnière de mon identité, de mon corps et de mon nom.

    Frankie Addams a douze ans et a été exclue des clubs de fille de sa petite ville des États-Unis. Au cours de ce long été, le temps s’enfuit inexorablement dans la cuisine crasseuse où Berenice raconte sa vie avec ses quatre maris, un œil de verre tourné vers le passé, l’autre noir tourné vers l’injustice de sa condition de femme noire. John Henry, du haut de ses six ans, suit Frankie dans sa mue mais, ni une enfant ni une adulte, l’adolescente se sent abandonnée, prise dans la torpeur et l’immobilité de sa vie.

     

    « Aujourdhui ici, demain ailleurs3 » 

    Mais mon frère, qui a vécu deux ans en Alaska, se marie dans deux jours à Winter Hill ! Winter Hill, drôle de nom ! Là-bas il y a de la neige et il fait froid. Ici c’est de la folie…

    Frankie devient obsédée par le mariage de son frère. Littéralement, elle est « amoureuse du mariage », qui s’immisce dans son esprit comme une échappatoire à l’été brûlant : elle suivra son frère à Winter Hill et ne reviendra jamais, jamais dans cette cuisine où la nappe est poisseuse, où les murs sont graffés des dessins hallucinés de John Henry.

    Entre le blanc et le vert, « la neige et l’herbe4 », le froid et le chaud, l’Alaska et la Géorgie, Frankie vit les derniers instants de l’enfance et voit se profiler l’âge adulte.

    Apeurée mais agitée par ce bouleversement intime, Frankie se met en danger. Une menace sourde car elle aiguise impatiemment ses couteaux dans sa chambre, et sait où est caché le revolver de son père. Le temps se dilate, la narration traîne un peu, tout comme l’été de Frankie. Elle est en voie d’éclore, au terme de ce chaud été de folie… Elle a décidé qu’il était temps de se jeter dans le monde, mais le cap de l’enfance sera difficile à franchir.

     

    Pour finir

    Si le sujet est banal parce que vécu par chacun de nous – qu’on est libre d’aimer ou pas –, l’acuité, la force, la profondeur des questionnements sur l’identité font de Frankie Addams l’un des romans les plus justes sur l’adolescence.

     

    Challenge littérature américaine

    Littérature nord-américaine Bibliolingus

    Lisez aussi

    La Route de Los Angeles Bibliolingus

    La Route de Los Angeles
    John Fante
    dans Postérités

    1. Page 15. -2. Page 9. -3. Page 32. -4. Page 308.

     Frankie Addams

    The Member of the Wedding (titre original)

    Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jacques Tournier

    Carson McCullers

    Éditions Stock

    Bibliothèque Cosmopolite

    2000 

    Prix indisponible  

    Bibliolingus

    « Le Bal ≡ Irène NémirovskyL'Homme au marteau ≡ Jean Meckert »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :