• le dernier verre daniel schreiber bibliolingus blog livre

    Le Dernier Verre
    De l’alcool et du bonheur
    Daniel Schreiber
    Éditions Autrement
    2017

    En un mot

    L’alcool est omniprésent dans tous les milieux sociaux, et pourtant l’alcoolisme est tabou et les Alcooliques Anonymes sont moqué·e·s. Dans Le Dernier Verre, Daniel Schreiber fait le récit lucide de son alcoolisme, et interroge notre rapport ambivalent à l’alcool. Voilà une lecture marquante, qui s’inscrit durablement dans mon parcours de lecture.

    « Tu vas quand même boire un petit verre, pour une fois qu’on arrive à se voir, ne joue pas les rabat-joie1. »

    L’alcoolisme est tabou. On en rigole même, des réunions secrètes des Alcooliques anonymes, pour éloigner la peur de sombrer soi-même, car nous savons que l’alcool est dangereux. Tou·te·s les buveur·se·s connaissent cette pulsion autojustificatrice qui encourage ceux·elles qui ne boivent pas ou peu à se servir un verre. Je suis sûre qu’il m’ait déjà arrivé d’insister auprès de quelqu’un d’autre, mais je ne peux pas compter les nombreuses fois où j’ai été resservie d’office ! Pousser l’autre à boire, c’est justifier sa propre consommation et se rassurer sur sa propre dépendance. On tolère davantage la personne qui a trop bu un soir que celle qui ne boit pas du tout, laquelle semble ringarde, ennuyeuse et trop saine.

    « Notre honte vis-à-vis de l’abstinent correspond toujours aussi à un réflexe défensif. Réflexe défensif stimulé par notre conscience de la dangerosité de l’alcool, alors même qu’il est si profondément ancré dans notre culture et notre histoire — alors même qu’en apparence tout le monde boit2. »

    Car l’alcool fait partie intégrante de notre vie et de notre société. Quasiment tout le monde boit, et on ne s’imagine pas vivre sans alcool. Il est le symbole de la fête, des moments heureux et décomplexés, mais aussi de quelques dérapages — souvent amusants, parfois tristes. On connaît tous et toutes des gens qui ont un problème avec l’alcool : soit il·elle·s boivent trop en soirée, jusqu’à se mettre la misère tous les weekends, soit il·elle·s boivent quotidiennement, à petites doses, aux repas ou en rentrant du boulot. Et on se dit toujours, moi la première : « je n’ai pas de problème avec l’alcool, ce sont les autres ». Qu’est-ce qu’un·e « buveur·se normal·e », quel que soit le sens que recouvre cette expression ? Jusqu’à quel moment cela devient-il une maladie ? En vérité, l’alcoolisme est une maladie neurologique, ce n’est pas la conséquence d’un caractère faible et dérangé qui n’a pas su s’arrêter. L’alcoolisme peut arriver à tout le monde, même si certaines personnes courent plus de risques de sombrer.

    D’ailleurs, la manière dont il parle de la pulsion autojustificatrice m’a plusieurs fois fait penser à la manière dont on traite parfois les personnes végéta*iennes : celle qui est abstinente engendre malgré elle un sentiment de culpabilité chez celle qui consomme et qui sait pertinemment que ce n’est pas normal.

    L’alcoolisme a une progression insidieuse, et puisqu’il est tabou, la personne malade passe des années à mentir à elle-même et aux proches. Même les médecins peuvent dédramatiser un début de réelle dépendance. Collectivement, on développe des stratégies pour justifier telle soirée trop arrosée : une rupture, un travail stressant… L’alcoolisme, rendu à ce point aveugle par son omniprésence, est un problème que la société nie et ne sait pas gérer.

    Loin des préjugés, l’alcoolique se trouve dans toutes les classes sociales, et il·elle n’est pas seulement le pilier du bar du coin. Il·elle peut être très productif·ve dans son travail, et mener une vie normale, jusqu’à ce point de non-retour où continuer à vivre ainsi n’est plus possible.

    « Impossible de s’imaginer une vie sans alcool ; mais, au-delà d’un certain point, impossible aussi de s’imaginer une vie qui continue avec l’alcool3. »

    Rencontre avec le livre

    Je ne pensais pas lire un ouvrage sur ce sujet, car, comme la quasi majorité des gens je ne réfléchis pas à la manière dont on boit autour de moi. Cet ouvrage m’a été donné par une collègue, et, comme souvent, je l’ai lu sans connaître la quatrième de couverture. J’avais peur d’avoir entre les mains une litanie des chiffres sur l’alcoolisme, mais il n’en est rien.

    L’auteur, lui-même « ancien » alcoolique, raconte son parcours personnel d’ancien fêtard berlinois ; ses fêtes arrosées, ses gueules de bois répétées. J’ai aimé ce courage, d’autant plus que nos rythmes de vie, lorsqu’il était buveur, ont l’air similaires. Il raconte le moment où il a réalisé qu’il ne pouvait plus vivre ainsi, et sa rencontre avec les AA, des réunions secrètes gérées collectivement. Selon lui, l’entraide, le témoignage, restent les meilleures méthodes pour vivre sa dépendance.

    J’ai beaucoup aimé lire ce témoignage à vocation universelle. Certes, ma consommation qui n’a rien d’excessif et je ne compte pas m’arrêter de boire, mais j’observe davantage ce qui est à l’œuvre au quotidien, et je porte un regard nouveau sur ceux·elles qui ont décidé de ne pas boire. Voilà donc un récit que je suis bien contente d’avoir lu, il y a quelques mois maintenant, et qui, l’air de rien, marque clairement un avant/après dans mon quotidien.

    « La boisson est si profondément ancrée dans nos rites sociaux, dans notre société et notre culture qu’elle en est devenue un point aveugle pour le plus grand nombre. Elle est présente partout et tout le temps, et c’est justement pour ça qu’on ne la perçoit plus4. »

    Lisez aussi

    Le Coeur au ventre Thierry Maricourt

    Le Cœur au ventre

    Thierry Maricourt

    En crachant du haut des buildings Dan Fante

    En crachant
    du haut des buildings

    Dan Fante

    La Tête hors de l'eau Dan Fante

    La Tête hors de l'eau

    Dan Fante

       

    1. Page 144. -2. Page 100. -3. Page 33. -4. Page 143.

    Le Dernier Verre. De l'alcool et du bonheur
    (Nüchtern. Über das Trinken und das Glück)
    Traduit de l’allemand par Alexandre Pateau
    Daniel Schreiber
    Éditions Autrement
    2017
    232 pages
    18,50 euros

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    6 commentaires
  • zoos le cauchemar captivite jensen bibliolingus blog livre

    Zoos.
    Le cauchemar de la vie en captivité
    Derrick Jensen
    Éditions Libre
    2017

     

    En un mot

    On entend souvent que les zoos préservent la biodiversité, ou que les animaux vivent bien plus longtemps en captivité que les animaux sauvages. Face aux idées reçues, voilà un petit ouvrage très instructif, écrit par Derrick Jensen, auteur écologiste et membre fondateur de l’organisation Deep Green Resistance, qui démonte les arguments fallacieux visant à justifier l’existence des zoos, et qui nous interroge sur la place des êtres humains au sein du monde sauvage.

    « Le zoo est bien une prison punitive, à laquelle l’animal est condamné, sans qu’il soit coupable1. »

    Les zoos sont un enfer pour les animaux. Dans les zoos, les animaux sont coupés de leur élément naturel qui les prive de leur identité commune, en tant qu’espèce faisant partie d’un collectif, et de leur identité personnelle, en tant qu’individu ayant son propre caractère, ses sensibilités. Ils sont maltraités, privés de sensations, sans cesse observés, contrôlés, manipulés sans leur consentement, ce que l’auteur compare à la pornographie. Les études sur l’éthologie (l’étude du comportement animal) montrent qu’ils développent alors des comportements compensatoires, voire pathologiques.

    Les animaux détenus dans les zoos sont capturés bébés. Pour cela, il faut quasiment chaque fois tuer la mère et les autres membres de la famille qui résistent pour défendre le petit. C’est le cas des grands singes, des lions, des tigres, des éléphants, des rhinocéros, des hippopotames, tandis que les girafes et les antilopes préfèrent abandonner leurs enfants. C’est un véritable commerce d’animaux sauvages. L’auteur décrit les manières cruelles dont les animaux sont capturés, et les manifestations visibles de leur souffrance et de leur détresse. Les manières peuvent être brutales, mais aussi retorses, comme les singes en Tanzanie qui sont saoulés pour qu’ils ne puissent plus monter aux arbres et s'enfuir.

    La mortalité des bébés en captivité est énorme. Si les zoos, à grands renforts de publicité, annoncent fièrement la naissance de petits animaux, car cela augmente sensiblement la fréquentation, ils n’indiquent pas que la majorité des espèces captives n’atteignent pas l’âge de se reproduire. Sans compter que l’auteur ne décrit pas comment les accouplements se font, mais ces derniers ne sont certainement pas spontanés et naturels !

    Les animaux en captivité ne vivent pas plus longtemps que les animaux sauvages. Les animaux en captivité sont malheureux, maltraités et coupés de leurs besoins réels, ils ne vivraient pas plus longtemps que dans le monde naturel. De ce que j’en sais, c’est le cas notamment des orques, comme on peut le voir dans le documentaire Black fish.

    Les vieux animaux en « surplus » sont vendus pour une bouchée de pain. Qui dit naissance, dit surpopulation. Les données semblent bien cachées mais les vieux animaux sont vendus à des cirques, à des marchand·e·s d’animaux, des propriétaires d’animaux de compagnie, des collectionneur·e·s, des taxidermistes… et semble-t-il à des prix dérisoires.

    Les zoos ne sont pas une arche de Noé pour pallier à la destruction de la biodiversité. Cette métaphore est trompeuse, car les budgets alloués aux zoos, dépensés essentiellement en publicité, pourraient être utilisés à la sauvegarde des habitats naturels et des écosystèmes. Outre le fait qu’ils perpétuent la tradition de la domination et de la soumission, les zoos détiennent des animaux altérés par la captivité, et qui ne sont plus adaptés au monde naturel.

    Les zoos ne nous apprennent rien sur les animaux. L’un des arguments les plus fallacieux est de prétendre que les zoos ont un potentiel pédagogique pour nous et nos enfants, et qu’ils nous apprennent à nous soucier de « l’environnement ». Êtes-vous capable de décrire le mode de vie d’un animal vu dans un zoo, en lisant les quelques écriteaux pseudo pédagogiques ? Ce qu’on apprend surtout, c’est que l’être humain a assis son pouvoir sur le monde sauvage. On y observe des animaux pathétiques et malheureux, captifs à vie.

    « En effet, la détention en zoo est une violence arbitraire, qui a de graves conséquences sur la physiologie et le psychisme des animaux, jusqu’à en faire, littéralement des aliénés et des malades ; violence insidieuse, sourde, occultée sous le masque de l’éducation, l’alibi de la science et le camouflage d’un décor plus ou moins fleuri auquel les animaux sont totalement insensibles2. »

    Rencontre avec le livre

    Ce qui relève du divertissement pour les êtres humains est un enfer pour les animaux. Derrick Jensen démonte les arguments fallacieux véhiculés par les zoos pour justifier ces institutions. Je ne suis pas très fan du style de l’auteur, fait de retours à la ligne fréquents pour créer des instants de réflexion et d’émotion chez son lectorat, mais ce n’est pas important.

    Les zoos existent depuis plusieurs millénaires. Aux XVIIIe et XIXe siècle, les zoos d’Europe (comme Le Jardin des plantes de Paris, les zoos de Londres et de Berlin) étaient les symboles des empires coloniaux. Rappelons qu’à l’époque les animaux étaient exhibés aux côtés des non-blanc·he·s et des indigènes.

    En effet, le zoo ne symbolise-t-il pas le pouvoir de l’être humain sur le monde sauvage ? Derrick Jensen a raison d’insister sur ce point : le zoo est la jouissance d’avoir dominé un monde perçu comme hostile et de se sentir supérieur. C’est l’anthropocentrisme, au fondement même de notre culture, qui consiste à croire à la perspective flatteuse que les êtres humains sont supérieurs et différents des « animaux », alors que nous sommes aussi des animaux ! C’est croire « que les poissons des océans attendent que nous les attrapions ; que les arbres des forêts attendent que nous les abattions ; que les animaux des zoos attendent là pour nous divertir3. »

    L’auteur va plus loin : dans une sorte de mise en abyme, l’être humain est lui-même dans un zoo, dans la mesure où nous avons rarement l’occasion d’entrer en contact avec le monde sauvage. Dans nos villes, derrière nos écrans, nous sommes sans cesse entouré·e·s de constructions humaines, artificielles, et auto-référentielles. Nos croyances anthropocentrées relèvent d’une « hallucination institutionnalisée4 », car nous coupons nos connexions avec la réalité extérieure. Cela me semble vrai en un sens, car cette croyance anthropocentrée nous conduit à détruire notre habitat, la planète, mais l’être humain a besoin de vivre en communauté, dans l’entre soi. L’allégation que l’être humain est supérieur est infondée, mais sert à justifier a posteriori la pulsion d’exploitation et d’asservissement.

    En somme, pourquoi les zoos nous attirent-ils, nous et nos enfants ? Certainement parce que nous avons besoin de contact avec les animaux sauvages, qui nous rappellent une part de nous-mêmes. N’emmenez plus vos enfants dans les zoos. Il y a bien d’autres manières de faire l’expérience du monde sauvage et des animaux. Dans l’ouvrage Planète végane d’Ophélie Véron, vous en trouverez toute une liste, comme les réserves naturelles, les promenades en forêt, les classes vertes… Défendre le droit des animaux, ce n’est pas faire preuve de « sensiblerie ». C’est simplement éprouver du respect et de la compréhension envers l’autre et sortir de la vision utilitaire de l’autre.

    « Un zoo est un cauchemar de ciment et d’acier, de fer et de verre, de douves et de clôtures électriques. Pour ses victimes, c’est un cauchemar sans fin dont la seule issue est la mort5. »

    Avant de lire cet ouvrage, publié par les éditions Libre, association loi 1901, je ne connaissais pas cet écrivain et activiste écologiste, membre fondateur de l’organisation DGR, issu de l’écologie profonde et de la critique anti-civilisation. Ses positions sur la non-violence, sur la responsabilité individuelle, m’interpellent beaucoup, et j’espère me donner bientôt l’occasion de lire d’autres de ses ouvrages traduits en français.

    Lisez aussi

    planete vegane ophelie veron bibliolingus blog livre

    Planète végane

    Ophélie Véron

    les animaux ne sont pas comestibles martin page bibliolingus

    Les animaux ne sont pas comestibles

    Martin Page

    antispeciste aymeric caron bibliolingus blog livre

    Antispéciste

    Aymeric Caron

    ne nous mangez pas ruby roth bibliolingus blog livre

    Ne nous mangez pas !

    Ruby Roth (jeunesse)

    faut-il manger les animaux jonathan safran foer bibliolingus blog livre

    Faut-il manger les animaux ?

    Jonathan Safran Foer

       

    Regardez aussi

    documentaire black fish documentaire Black fish site partage-le critique socio-écologiste Site internet Partage-le : traduction d’articles d’analyse d’écologie profonde

     

    1. Page 15. -2 Page 12. -3. Page 50. -4. Page 97. -5. Page 24.

    Zoos. Le cauchemar de la vie en captivité

    (texte issu de Thougth to exist in the wild)

    Derrick Jensen

    Traduit de l’américain par Nicolas Casaux, Jessica Aubin, Héléna Delaunay

    Préfacé par Jean-Claude Nouët

    Éditions Libre

    2017

    156 pages

    10 euros

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique