• La Violence des riches Pinçon-Charlot BibliolingusLa Violence des riches
    Chronique d’une immense casse sociale
    Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon
    La Découverte/Zone
    2013

     

    François Hollande, néolibéral
    depuis ses débuts en politique

    Qui a dit : « La finance n’a pas de visage » ? Celui-là même qui côtoie les patrons voyous et qui est né du même moule Ena-HEC-Science Po. François Hollande est une imposture : désespéré par les voix pour Mélenchon, il a lancé une fausse croisade contre les riches. Mais comment croire que le changement viendrait de la « gauche » PS, sachant que toute cette oligarchie, « droite » et « gauche » confondue, roule pour sauvegarder ses privilèges de classe dominante, et que les clivages gauche-droite ne sont qu’une façade ? N’oublions pas que la dérégulation du système bancaire et financier a commencé sous Mitterrand.

    Les Pinçon-Charlot montrent, à travers des enquêtes et des promenades sociologiques passionnantes (notamment la visite du 16e arrondissement de Paris par des lycéens du 93), la violence symbolique des oligarques et comment leur domination se manifeste.

     

    Une justice à deux vitesses

    Les scandales politico-financiers ne manquent pas. La grande délinquance économique et financière ne se voit pas, mais pourtant elle existe. Détournements et abus de biens sociaux, opacité des montages financiers et juridiques, paradis fiscaux, fraude fiscale de moins en moins pénalisée… La grande délinquance a pourtant un impact durable sur la société, bien plus que les petits voleurs et les dealers de shit montrés sévèrement du doigt et jugés en deux temps trois mouvements. Les « patrons voyous », eux, parviennent, grâce à la solidarité de classe (vous saurez qui gravite autour de Hollande), à obtenir l’incapacité des juges.

     

    La domination est dans les têtes

    Dans cette guerre psychologique, la classe dominante parvient à légitimer sa position, à accepter ses valeurs et le bienfondé de ses privilèges par le biais de l’art et de la culture, mais aussi du droit conçu par eux (un enfant d’ouvrier aura plus de mal à devenir magistrat qu’un fils de riche).

    À ce titre, il est vital de dissimuler l’arbitraire des privilèges pour continuer à s’enrichir en toute impunité. Cette croyance de la réussite naturelle est la clé de voûte du système, c’est elle qui autorise la violence et l’assujettissement. Le talent et le mérite sont systématiquement mis en avant, en lieu et place de l’héritage et du privilège de la naissance. C’est tout gagné : le talent et le mérite sont présentés comme un modèle de réussite sociale, ce qui fait perdurer l’adhésion du peuple à cette hiérarchie des classes.

    À l’autre bout de l’échelle sociale, nous sommes intimidés et respectueux de cet univers bourgeois que nous connaissons mal. La contestation sociale, même non violente, est criminalisée ; et par l’intimidation des beaux quartiers, nous sommes tenus à distance de leur monde. Ce livre explique tous les mécanismes de domination, comment asservir le peuple tout en lui donnant l’illusion de la liberté de ses choix.

     

    Pour finir

    Les Pinçon-Charlot poursuivent dans cet ouvrage leur travail colossal de dénonciation des ultrariches. Je l’ai lu bien plus vite que la plupart des romans, en trois jours à peine, tant j’étais tenue en haleine par ce concentré de cynisme, cette impunité des fortunes sans complexe et sans morale assurée par la complexité des montages financiers.

    Dans ce système oligarchique étroitement tissé, la distinction droite-gauche n’est bonne qu’à faire gloser les médias et faire croire que nous vivons en démocratie. Les quelques clivages idéologiques sont purement de surface, car la classe politique défend des intérêts économiques communs et n’a pour religions que l’argent et la pérennité de leur lignée.

    Vous voulez des noms ? Vous voulez savoir qui fricote avec qui, qui est en conflit d’intérêt avec qui ? La force du travail des Pinçon-Charlot réside un langage accessible et débarrassé de toute langue de bois. Leur travail est d’autant plus passionnant qu’il n’est pas contesté par les personnes qu’ils nomment. Mais évidemment, ce ne sont pas ces auteurs, qui travaillent depuis trente ans sur la question, qui seront invités dans les grands médias.

    Les Pinçon-Charlot invitent à la désobéissance civile, à être curieux des lois et des règles économiques (ce n’est pas un hasard si ces matières ne sont pas au programme scolaire général), à mieux connaître cette classe pour militer en faveur de la justice sociale.

    Passionnant, nécessaire, écœurant, ce livre est une bombe ! Voilà l’un des livres de l’année 2015 qui m’aura le plus marquée sans aucun doute, et celui que je conseille à toute personne qui s’interroge sur la « démocratie » française et sur les jeux de pouvoir.

     

    Des mêmes auteurs

    Sociologie de la bourgeoisie Pinçon-Charlot Bibliolingus  Sociologie de la bourgeoisie  Sociologie de Paris Pinçon-Charlot Bibliolingus Sociologie de Paris
    Altergouvernement collectif lemuscadier Ministres de la Réforme de l'État
    dans Altergouvernement
    dans Essais

    le-president-des-richesèpinçon-charlot-bibliolingus.jpg

    Le Président des riches
    Éditions La Découverte

    Lisez aussi

    En finir avec idées fausses sur pauvres ATD Quart Monde Bibliolingus En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté
    ATD Quart Monde
    Ecologie et cultures populaires Paul Ariès Bibliolingus Écologie et cultures populaires
    Paul Ariès
      + Plein de romans sur Bibliolingus traitent de la richesse, mais aussi de la pauvreté et de la précarité.    

    La Violence des riches
    Chronique d’une immense casse sociale
    Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon
    La Découverte/Zone
    2013
    256 pages
    17 euros

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • Ecologie et cultures poopulaires Paul Ariès Bibliolingus

    Écologie et cultures populaires
    Les modes de vie populaires
    au secours
    de la planète
    Paul Ariès
    Éditions Utopia
    2015

     

    Soyez pauvres, c'est écolo ! Selon Paul Ariès, les milieux populaires ont un meilleur bilan écologique que les riches. C’est avec la culture populaire, souvent marginalisée ou confondue avec la culture de masse, avec sa façon de vivre et de penser, que la transition écologique se fera.

    Les milieux populaires ont un meilleur bilan écologique que les riches

    Voilà une prise de position étonnante, et pourtant réaliste. Il s’appuie sur des études et des statistiques pour montrer que les milieux populaires ont un meilleur bilan écologique que les riches et que les personnes se prétendant écolos elles-mêmes. Pourquoi ? parce que leur façon de penser, leur histoire, leurs modes de vie (l’alimentation, les transports, le logement, les loisirs), les amènent à consommer autrement. Ce n’est pas qu’ils consomment moins, ils consomment différemment grâce à leurs prédispositions culturelles, leur culture du peu.

    Paul Ariès ne dit pas que leur mode de vie est exemplaire, mais qu’il offre une bonne base pour une attitude écologique. Nous ne devons pas attendre le changement d'en haut, mais de la base.

     

    « L’époque est à la déculpabilisation des riches et à la culpabilisation des pauvres1. »

    On entend souvent qu’on ne peut rien attendre des milieux populaires, définis comme une masse indistincte, abrutie par la télé et dans l’imitation des modes de vie et des loisirs des riches, dont la surconsommation est présentée comme la norme sociale.

    D’une manière générale, le peuple est défini négativement, même par les penseurs de gauche. À rebours des théories bourdieusiennes, Paul Ariès défend l’idée que le peuple n’est pas dans un rapport d’exploitation et de domination à sens unique et dans une adhésion totale aux valeurs des dominants et à leur culture, car c’est compter sans le « refus de parvenir », la capacité de résistance culturelle, autrement dit l’absence de désir d’avoir une Rolex.

    « Ce n’est pas parce que nous manquons d’argent que nous n’achetons pas de montre de luxe, malgré les délires de Jacques Séguéla, c’est parce que ce n’est pas notre culture2. »

    La culture populaire vit avec d’autres valeurs, d’autres loisirs, d’autres moments de partage qui sont mal connus. Paul Ariès déplore le manque d’études sociologiques récentes sur les pauvres et des classes populaires, qui accentue l’invisibilité de cette classe dans les médias, les pouvoirs publics et l’imaginaire français. L’émancipation est toujours possible et le peuple est une source de créativité.

    Paul Ariès va plus loin en pointant du doigt la haine des riches envers les gens du commun, dans une vision misérabiliste des gens du commun qui vise à monter les uns contre les autres : les Smicards contre les RSAistes, les SDF contre les immigrés… On entre alors dans une culpabilisation des pauvres et des gens modestes, responsables de leur situation, et de la richesse érigée en modèle de réussite sociale, alors que les riches doivent beaucoup à leurs familles, leurs relations, leur milieu social, leur fortune...

    Pour finir

    Paul Ariès, auteur prolixe et militant actif, fascine par l’étendue, la complémentarité et le sérieux de ses sujets d’analyse remarquablement documentés et appuyés d’une grosse bibliographie. En homme entier, pas frileux, sûr de ses convictions, il écrit là un essai très pertinent mais délicat. En effet, le mot « populaire » s’emploie difficilement, tant il recouvre des conceptions différentes et des préjugés dérangeants. Qu’à cela ne tienne, ceux qui le taxeront de populiste auront mal lu ses propos.

    Même si parfois le contenu est ardu, j’ai apprécié le ton personnel de l’auteur. J’aurais tout de même bien aimé qu’il parle un peu de ses origines et de son vécu pour connaître son point de départ et apprécier davantage son cheminement, car l’objectivité n’existe pas. Pour ma part, étant issue du milieu populaire, je retrouve beaucoup d’éléments et de valeurs propres à ma famille.

    Pour en finir avec la société du « toujours plus », Paul Ariès ne défend pas la décroissance austéritaire, ni la « croissance propre » ou la « croissance verte » comme on peut l’entendre à l’occasion. Il défend de nouveaux rapports à la consommation, au travail, à la jouissance, aux loisirs, à la nature, au temps (formidable analyse du temps !), lesquels passent par un renforcement des services publics (qui influent sur le taux d’émission de CO²) et l’instauration d’une démocratie locale où chacun a voix au chapitre.

    « La révolution se fera d’abord dans les faits, par un changement progressif des modes de vie sous l’impact décisif des politiques nationales et locales3. »

    Toutefois, il a conscience que la culture populaire passe davantage par l’oralité. Alors, à qui s’adresse cet ouvrage ? Aux chercheurs, aux élus locaux, aux gens comme moi, issus du milieu populaire ? Paul Ariès, en boulimique de l’engagement, travaille donc sur les deux terrains, puisqu’il participe à un ensemble de manifestations d’éducation populaire, notamment le Forum national de la désobéissance une fois par an.

    Un dernier mot sur les éditions Utopia, issues du mouvement du même nom, qui publient des essais passionnants, développant une pensée altermondialiste et des solutions concrètes, sur les thèmes de la décroissance, de la justice sociale, de l’écologie. Un éditeur engagé qui m’a totalement conquise !

    Du même auteur

    Nos rêves ne tiennent pas dans les urnes Paul Ariès Bibliolingus Nos rêves ne tiennent pas dans les urnes    

    Lisez aussi

    En finir avec idées fausses sur pauvres ATD Quart Monde Bibliolingus
    En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté
    ATD Quart Monde
    Sociologie de la bourgeoisie Pinçon-Charlot Bibliolingus Sociologie de la bourgeoisie
    Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon
    Un job pour tous Christophe Deltombe Bibliolingus Un job pour tous
    Christophe Deltombe
     La Violence des riches Pinçon-Charlot Bibliolingus La Violence des riches
    Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon
     Je vous écris de l'usine Levaray Bibliolingus Je vous écris de l'usine
    Jean-Pierre Levaray
    dans Essais
      + Plein de romans sur Bibliolingus traitent de la pauvreté et de la précarité. 

     

     

    1. Page 67. - 2. Page 231. -3. Page 31.

    Écologie et cultures populaires
    Les modes de vie populaires au secours de la planète
    Paul Ariès
    Éditions Utopia
    Collection Décroissance
    2015
    240 pages
    10 euros
    (l'acheter ici)

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique