• En crachant du haut des buildings ≡ Dan Fante

    En crachant du haut des buildings Dan Fante

     

    En crachant
    du haut des buildings

    Dan Fante
    13e note éditions
    2013



     

    En un mot

    Le double romanesque de Dan Fante raconte sa dérive entre petits boulots et lendemains de cuite.

     

    « À New York, la plupart des laveurs
    de carreaux sont des alcoolos
    ou des malades mentaux »

    Bruno Dante, le double romanesque de Dan Fante, vient tout juste d’arriver à New York. Il ne connaît pas du tout la ville mais il a besoin de gagner de l’argent pour continuer à écrire sa pièce de théâtre. Le voilà qui se rend dans une agence d’intérim pour trouver un petit boulot. Chauffeur de taxi, laveur de vitres, employé de cinéma… Les entretiens d’embauche se succèdent, pendant lesquels il est traité en souris de laboratoire, ainsi que les jobs humiliants, mal payés et précaires.

    C’est aussi que Bruno, qui raconte à la première personne, a quelques petits problèmes, à commencer par son alcoolisme notoire, ses accès de violence et son état dépressif.

     

    Pour finir

    En crachant du haut des buildings, court roman publié par 13e note éditions, renoue avec l’éternelle problématique de l’écrivain : comment vivre de son écriture ? Comment dégager assez de temps pour écrire tout en payant le loyer ?

    Certes, cette autofiction montre les travailleurs jetables, la précarité des contrats et des rémunérations (le plus souvent à la tâche), mais le récit est trop factuel, composé d’une succession d’expériences sans retour d’analyse. Il ne faut pas y voir la volonté expresse d’étudier les travers d’une société capitaliste et déshumanisée.

    La dérive psychologique du narrateur est tout aussi factuelle : les petits boulots se succèdent, mêlés de crises de démence et d’épisodes sordides à peine évoqués. Finalement, le narrateur nous est étranger, laissant peu de place à l’introspection — mais n’est-ce pas à cause de l’alcoolisme qui annihile l’identité ?

    Le style sec, composé de phrases courtes qui laissent peu d’émotions, ainsi que le manque d’humour ajouté à l’aspect factuel, fait de cette autofiction un ensemble fluide et bien rythmé, mais sans plus. Ni dénonciateur, ni trash, ni intime, et moins abouti que La Tête hors de l’eau du même auteur. C’est le récit d’un pochard à New-York.

     

    Du même auteur

    La Tête hors de l'eau Dan Fante  La Tête hors de l'eau    

     

    Lisez aussi

    la route de los angeles john fante bibliolingus livre blog

    La Route de Los Angeles

    John Fante

    bandini john fante bibliolingus livre blog

    Bandini

    John Fante

    Tribulations d'un précaire Iain Levison

    Tribulations d’un précaire

    Iain Levison

    Le Coeur au ventre Thierry Maricourt

    Le Cœur au ventre

    Thierry Maricourt

    http://ekladata.com/6OSEGB3CsOSvhVemqTxxhoHV2b0/etour-aux-mots-sauvages-einstingel-ibliolin.jpg

    Retour aux mots sauvages

    Thierry Beinstingel 

    http://ekladata.com/v8e5KWBgMirrkZOQA9_BDr-fFDo/l-homme-au-marteau.jpg

    L’Homme au marteau

    Jean Meckert 

    Un job pour tous Christophe Deltombe Bibliolingus

    Un job pour tous

    Christophe Deltombe 

     Je vous écris de l'usine Levaray Bibliolingus

    Je vous écris de l'usine

    Jean-Pierre Levaray 

     L'histoire de Bone Dorothy Allison Bibliolingus

    L'Histoire de Bone

    Dorothy Allison

     dandy richard krawiec bibliolingus blog livre

    Dandy

    Richard Krawiec

    boulots de merde brygo cyran bibliolingus blog livre

    Boulots de merde ! Enquête sur l'utilité et la nuisance sociales des métiers

    Julien Brygo et Olivier Cyran

       

    Challenge littérature américaine

     

     1. Page 93.

     

    En crachant du haut des buildings
    Spitting Off Tall Buildings (titre original)
    Dan Fante
    Traduit de l’anglais (États-Unis) par André Roche
    13e note éditions
    Collection Pulse (poche)
    2013
    210 pages
    9,50 euros 

    Bibliolingus

    « Littérature du Moyen-OrientÀ la recherche de la bibliodiversité »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 20 Septembre 2014 à 19:17
    Alex-Mot-à-Mots

    Je n'ai lu qu'un roman de cet auteur, qui m'avait beaucoup déçu (d'ailleurs, le titre m'échappe). Pas tentée pour le moment.

    2
    Dimanche 21 Septembre 2014 à 11:48

    Ce n'est pas le meilleur c'est vrai ! La Tête hors de l'eau raconte la même histoire en plus fourni. Je reconnais aussi qu'il faut aimer le genre, ce qui a été mon cas.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :