• Americanah ≡ Chimamanda Ngozi Adichie

    Americanah Chimamanda Ngozi Adichie

     

    Americanah
    Chimamanda Ngozi Adichie
    Gallimard
    2015

     

     

    Merci à Babelio et Gallimard pour m’avoir offert le livre
    et permis de rencontrer l’auteure



    En un mot

    Ifemelu, une jeune nigériane qui tient un blog sur le racisme et la discrimination, décide de revenir au Nigeria après avoir vécu quinze ans aux États-Unis.

     

    « Quand elle reviendra, elle sera devenue une Americanah1»

    Ifemelu, une jeune nigériane, vit depuis quinze ans aux États-Unis. Aujourd’hui, elle a décidé de retourner vivre au Nigeria. Le roman raconte ses quinze ans de vie américaine, et son retour au pays.

    Lorsque Ifemelu a posé le pied sur le sol américain, il y a quinze ans, elle est devenue une femme noire, consciente de sa couleur de peau. Hormis le choc des cultures, elle est frappée par le racisme et la discrimination faite aux Noirs et aux métisses, au point d’ouvrir un blog de réflexions. Puisant dans ses étonnements et ses désarrois, dans les petites anecdotes du quotidien, elle livre ses réflexions sur les rapports entre Blancs et Noirs, entre Noirs américains et Noirs africains, sur la hiérarchie des couleurs et les subtilités et les tabous de la langue.

    « Dans le discours officiel américain, les “Noirs” en tant que groupe sont souvent mis dans la même catégorie que les “Blancs pauvres”. Pas les Noirs pauvres avec les Blancs pauvres. Mais les Noirs et les Blancs pauvres. C’est curieux en vérité2. »

    Ifemelu raconte aussi comment, pour s’intégrer, elle a tenté de laisser une partie de soi-même au pays d’origine ; comment elle s’est efforcée de perdre son accent nigérian, teinté d’igbo et d’anglais, et de lutter contre ses cheveux naturellement crépus pour aller au boulot. Elle a vu comment ses amies se sont éclaircies la peau avec des produits nocifs et acharnées avec trois boulots pour payer l’école privée des enfants, ces mêmes enfants qui grandissent asphyxiés par le rêve américain de leurs parents ; tandis que les femmes nigérianes cherchent à vivre aux crochets d’hommes riches et puissants, bien souvent violents et machos.

    Mais, après tout ce temps, Ifemelu pense aussi à Obinze, son amour de jeunesse qu’elle a quitté en venant aux États-Unis. Quinze ans après, elle revient au Nigeria, dont la critique sociale est tout aussi virulente…

     

    Pour finir

    Americanah est porté par Ifemelu, une jeune blogueuse nigériane au caractère franc, d’une nature observatrice, intelligente, déterminée, qui raconte la difficulté de s’aimer soi-même en pays étranger, de concilier deux cultures en une seule identité. Comment assumer ses cheveux crépus, quand toutes les femmes noires ont accepté de se brûler les cheveux pour qu’ils soient lisses comme ceux des Blanches ? Comment assumer son accent non américain, dans lequel se dessine toute une culture, toute l’histoire d’un pays ?

    Son regard pertinent, sensible et politique, souvent amusé, parfois agacé, sur la société américaine, et particulièrement sur le racisme, est l’essence même d’Americanah. Car le racisme n’est le seul fait du Blanc WASP méprisant et réac, le racisme ordinaire est dilué en chacun de nous : souvent involontaire et né de l’ignorance. Avec justesse et profondeur, elle observe ces petits mots, ces gestuelles, ces petits riens qui traduisent les pensées des autres. Car en fine observatrice, Chimamanda Ngozi Adichie fait un travail remarquable de la langue, mêlés d’intonations igbos, anglaises et américaines, de réflexions sur les mots que choisissent les gens selon leurs origines.

    Americanah est un roman de grande qualité et hautement recommandable, avec des réflexions d’une profondeur et d’une exactitude qu’on retrouve rarement ailleurs. Un roman fondamental et très riche : il serait dommage d’en dire plus, et dommage de ne pas avoir lu !

    « Pourquoi faut-il que nous parlions toujours de race ? Ne pouvons-nous pas être simplement des êtres humains ? — C’est exactement le privilège des Blancs, que vous puissiez faire ce genre de réflexion3. »

    Lisez aussi

    voici venir les reveurs imbolo mbue bibliolingus

    Voici venir les rêveurs

    Imbolo Mbue

     tels des astres eteints miano bibliolingus livre blog

    Tels des astres éteints

    Léonora Miano

    notre cases est a saint-denis 93 bibliolingus

    Notre case est à Saint-Denis 93

    Bouba Touré

    (Mali, Sénégal)

     crepuscule du tourment miano bibliolingus

    Crépuscule du tourment

    Léonora Miano

    (Cameroun)

    petit pays gael faye bibliolingus blog livre

    Petit pays

    Gaël Faye

    (Burundi et Rwanda)

    beaute fatale mona chollet bibliolingus blog livre  

    Beauté fatale

    Mona Chollet

    beaute fatale mona chollet bibliolingus blog livre

    Beauté fatale

    Mona Chollet

     tirons la langue davy borde bibliolingus blog livre  

    Tirons la langue

    Davy Borde

    beloved toni morrison bibliolingus blog livre

    Beloved

    Toni Morrison

       

    1. Page 81. -2. Page 192. -3. Page 385.

     

    Americanah
    (titre original)
    Traduit de l’anglais (Nigeria) par Anne Damour
    Chimamanda Ngozi Adichie
    Éditions Gallimard
    Collection Du monde entier
    2015
    528 pages
    24,50 euros 

    Bibliolingus

    « Nos rêves ne tiennent pas dans les urnes ≡ Paul ArièsLittérature africaine »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Ex-In Cold Blog
    Mardi 10 Février 2015 à 15:25

    Après avoir fait un tabac en Amérique, ce roman fait parler de lui chez nous, et, jusqu'à présent, je n'en ai lu, comme ici, que du bien. Pour le moment, seul le nombre de ses pages me freine. Je préfère attendre d'avoir du temps devant moi pour m'y plonger car je ne suis pas certain qu'ils supporte une lecture en pointillés.
    Et ta rencontre avec l'auteur, tu vas nous en faire l'écho ? Je l'ai vue à la Grande Librairie et elle a l'air "d'en imposer", non ?

    2
    Mercredi 11 Février 2015 à 18:20
    Alex-Mot-à-Mots

    Il m'attend dans ma PAL pour mon club de lecture.

    3
    Vendredi 13 Février 2015 à 15:08

    C'est vrai, mieux vaut attendre d'avoir du temps devant soi ! En tout cas pour ma part, je n'ai pas pu m'en décrocher, je l'ai lu rapidement et en plusieurs heures d'affilée, ce que je fais rarement.

    La rencontre avec l'auteur, j'avais trop hâte, et c'était chouette ! C'est passé trop vite ! Elle est revenue sur l'importance politique des cheveux, sur le racisme et l'ignorance des gens, avec humour et profondeur, et elle nous a dit avoir voulu écrire le livre qu'elle aurait aimé lire. Je l'ai trouvé sincèrement modeste ("ma vie n'est pas aussi intéressante que celle d'Ifemelu"), mais le truc c'est qu'elle ne nous regardait pas du tout, elle regardait la traductrice, l'animateur ou la table, probablement par timidité. J'ai été vraiment conquise !

    4
    Dimanche 22 Février 2015 à 01:46

    J'ai adoré ce livre qui m'a rappelé ma propre expérience aux Etats-Unis sur certains points. J'ai particulièrement apprécié les billets d'Ifemelu.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Dimanche 22 Février 2015 à 18:00

    C'est bon signe alors, c'est proche de la réalité. J'aime aussi le style des billets de son blog !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :