•  

    La Dérobade, écrit en 1976 par Jeanne Cordelier, raconte l'histoire d'une prostituée de Paris en 1966, du temps où les maisons closes étaient tolérées. Ce texte nous rappelle combien la littérature parle peu et mal de la prostitution, et combien les positions abolitionnistes, règlementaristes et prohibitionnistes sont difficiles à tenir dans les faits.

    Vendre son corps ne sera jamais un métier. Ce sera toujours dégradant, ce sera toujours une forme d'esclavagisme où les hommes abusent de leur pouvoir sur les femmes.

    « Ce qui ressort de cette longue aventure où le lecteur se dit sans cesse que ça ne peut pas continuer, et où c’est toujours pire, toujours plus atroce, c’est le malheur des putains. Elles ne commencent qu’avec la certitude qu’elles s’arrêteront bientôt, elles ne continuent qu’avec l’espoir de s’arrêter, d’acheter un commerce, de se retirer, mais elles se laissent dépouiller à mesure de tout ce qu’elles gagnent. Et les années passent. Alors pourquoi ? C’est tout le sujet de ce livre [extrait de la préface de Benoîte Groult]. »

    Merci à Jeanne Cordelier pour ce texte exceptionnel, intemporel, cette voix hors du commun et courageuse, ce style à la fois lyrique, luxuriant et cru, cette femme lumineuse qui jaillit de l'horreur.

    Bibliolingus

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  •  

    Le salon du livre de Paris est terminé ! J'ai rencontré des éditeurs, des auteurs et des blogueuses que je n'avais jamais vues en vrai. Entres autres, j'ai rencontré les éditeurs fort sympathiques et accueillants du Muscadier, une maison indépendante qui fait des livres citoyens pour les adultes (notamment sur le nucléaire) et pour les enfants (des romans jeunesse sur des questions citoyennes comme l'agriculture intensive ou l'endettement et la crise). C'est une maison que je suis de près et que je vous invite à découvrir ;)

    Le salon de Paris, hormis les conférences, c'est la découverte de nombreux éditeurs indépendants qui ne se trouvent pas facilement en librairie. C'est découvrir des ouvrages tout riquiqui, des papiers originaux, des couvertures farfelues, des textes étranges, des objets d'art... On se rend compte alors qu'il existe une multitude de formes et de genres de livres à découvrir !

    Comme à chaque fois, j'en suis ressortie épuisée par cinq quatre jours de marche et de parlotte intensives, mais exaltée et encore plus motivée pour lire, lire et lire !

    Retrouvez les articles sur la littérature argentine publiés sur le blog :

    Luz ou le temps sauvage et La Capitana d'Elsa Osorio ;

    Les Veuves du jeudi de Claudia Piñeiro ;

    La Malédiction de Jacinta, Wakolda et La Fureur de la langouste de Lucía Puenzo ;

    L'Employé de Guillermo Saccomanno ;

    Côté cour de Leandro Ávalos Blacha.

    Littérature argentine Bibliolingus

    Bonne lecture :)

     

    Bibliolingus


     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique