• A l'honneur... La Dérobade de Jeanne Cordelier

     

    La Dérobade, écrit en 1976 par Jeanne Cordelier, raconte l'histoire d'une prostituée de Paris en 1966, du temps où les maisons closes étaient tolérées. Ce texte nous rappelle combien la littérature parle peu et mal de la prostitution, et combien les positions abolitionnistes, règlementaristes et prohibitionnistes sont difficiles à tenir dans les faits.

    Vendre son corps ne sera jamais un métier. Ce sera toujours dégradant, ce sera toujours une forme d'esclavagisme où les hommes abusent de leur pouvoir sur les femmes.

    « Ce qui ressort de cette longue aventure où le lecteur se dit sans cesse que ça ne peut pas continuer, et où c’est toujours pire, toujours plus atroce, c’est le malheur des putains. Elles ne commencent qu’avec la certitude qu’elles s’arrêteront bientôt, elles ne continuent qu’avec l’espoir de s’arrêter, d’acheter un commerce, de se retirer, mais elles se laissent dépouiller à mesure de tout ce qu’elles gagnent. Et les années passent. Alors pourquoi ? C’est tout le sujet de ce livre [extrait de la préface de Benoîte Groult]. »

    Merci à Jeanne Cordelier pour ce texte exceptionnel, intemporel, cette voix hors du commun et courageuse, ce style à la fois lyrique, luxuriant et cru, cette femme lumineuse qui jaillit de l'horreur.

    Bibliolingus

     

    « La Dérobade ≡ Jeanne CordelierJournalistes précaires, journalistes au quotidien ≡ Collectif »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Louise
    Dimanche 8 Juin 2014 à 06:53

    J'ai lu ce livre ,il y a très longtemps, c'était la première fois que je lisais quelque chose de si violent. Je pense que depuis tout ce temps la situation s'est aggravée pour ses femmes.

    2
    Dimanche 8 Juin 2014 à 20:47

    C'est vrai que c'est très violent, psychologiquement surtout !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :