• Finir totalitarisme Martelli Bibliolingus

    Pour en finir avec le totalitarisme
    Roger Martelli
    La Ville brûle
    2012

     

    Qu’est-ce que le totalitarisme ? En quoi le nazisme allemand, le fascisme italien et le stalinisme russe se ressemblent-ils et diffèrent-ils, et peut-on les qualifier de régimes totalitaires ? Roger Martelli cherche à en finir avec les peurs injectées par les partisans du libéralisme : et si toute sortie du libéralisme versait dans « le totalitarisme » ?

     

    « Tous les totalitaires ne se valent pas1»

    L’ouvrage de Roger Martelli, historien du communisme et militant, examine de façon critique la pertinence du concept historique et idéologique du « totalitarisme » qui a gagné en importance dans les années 1970 pendant la guerre froide, et pour cause. Utilisé comme un épouvantail, le terme est une arme idéologique du bloc de l’Ouest pour l’opposer au libéralisme, le « monde libre ».

    L’auteur distingue deux termes : le « totalitaire » qui peut se rapporter à une période historique précise (1933-1945), et le « totalitarisme » qui désigne un concept idéologique. Le totalitarisme est souvent utilisé pour définir le régime contemporain lorsqu’il est « globalitaire », ce vers quoi on tend si on n’y prête pas garde (le Big brother de George Orwell). Mais ce concept est à manipuler avec précaution car en provoquant la peur, il empêche de penser la possibilité même d’un système alternatif au capitalisme.

    Roger Martelli explique à la fois la genèse du concept et compare les trois régimes qualifiés de totalitaires dans les manuels d’histoire : le nazisme allemand, le fascisme italien et le stalinisme russe. Chaque régime, né dans des conditions sociales, économiques et politiques différentes, est à la fois le fruit de la volonté subversive et du poids des circonstances qui a forcé la tragédie (impérialisme et colonialisme, nationalisme et racisme, chômage et ressentiment du peuple). Roger Martelli oppose également les fascismes européens (Hitler et Mussolini) au stalinisme russe, lequel est le résultat malheureux d’une révolution populaire qui a dérivé suite à la rupture entre Lénine et Staline.

    Mais surtout, l’auteur soulève un point important : dans la lutte contre les régimes totalitaires, ce n’est pas le courant libéral, qui faisait peu de poids par rapport au socialisme européen et au nationalisme, qui s’est opposé aux totalitaires, mais les forces de gauche, celles-là même qui étaient soupçonnées de totalitarisme, et c’est pourtant le libéralisme qui s’est imposé comme vainqueur des totalitarismes.

    « Ce n’est pas par accident que, pendant les années d’apogée des fascismes européens (1933-1945), l’URSS totalitaire a été presque continûment du côté des démocraties occidentales, alors même que ces démocraties la tenaient à l’écart. Si l’on s’en tenait à la simplicité du couple démocratie/totalitarisme, on pourrait ainsi se trouver devant des raisonnements confinant à l’absurde. Au cœur de la longue conflictualité impulsée par le choix de 1914, il faudrait rendre compte d’un paradoxe tout aussi heureux que surprenant : on aurait, d’un côté, des totalitarismes qui s’allient malgré des différences réputées fondamentales (le fascismes italien et le nazisme allemand) ; de l’autre côté, des totalitarismes qui s’affrontent, en dépit de ressemblances tenues pour tout aussi essentielles (le nazisme allemand et le stalinisme soviétique). Mais si le paradoxe est à ce point intellectuellement ingérable, à quoi bon prétendre rassembler, dans une essence commune, des phénomènes structurellement polarisés, jusqu’à se vouer la plus inextinguible des haines2 ? »

    Pour finir

    Voilà un sujet délicat et particulièrement passionnant. Roger Martelli prend certaines positions provocantes, à rebours de l’histoire officielle, qui méritent de s’accrocher à la lecture. Car oui, il faut le reconnaître, l’ouvrage est difficile à lire parce qu’il manipule des morceaux d’histoire et de concepts historiques et économiques sans les expliciter. Mieux vaut donc avoir revu récemment l’histoire du XXe siècle et compléter ensuite avec d’autres sources pour se faire sa propre opinion.

    Les éditions indé La Ville brûle ont réussi un tour de force : avec son petit format carré, ses 160 pages et son prix modique, elles sont parvenues à rendre le contenu moins intimidant. La couverture attirante, la typo assez grosse, les chapitres divisés en sous-parties et la bibliographie très fournie invitent à se plonger dans ce sujet ô combien difficile. C’est là la force de l’ouvrage, mais aussi sa faiblesse, car le propos est ramassé dans un argumentaire bien articulé, et j’aurais aimé que certains points soient davantage développés.

    Roger Martelli termine sur un point : toute révolution est-elle destinée à l’évolution dramatique que connut la révolution d’Octobre en 1917 ? Martelli n’a pas la réponse à cette question, mais il invite à « comprendre le ferment du dérapage totalitaire3 » et montre à quel point il est essentiel de comprendre le passé pour savoir comment agir maintenant.

    Lisez aussi

    Un siècle d'espoir et d'horreur Harman Bibliolingus Un siècle d'espoir et d'horreur
    Chris Harman
       

    1. Page 157. - 2. Page 153. - 3. Page 159.



    Pour en finir avec le totalitarisme
    Roger Martelli
    La Ville brûle
    Hors collection
    2012
    160 pages
    10 euros

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  •  Zaï zaï zaï zaï Fabcaro Bibliolingus

    Zaï zaï zaï zaï
    Fabcaro
    Éditions 6 pieds sous terre
    2015

     

    En un mot

    Dans le monde absurde de Fabcaro, ne pas avoir sa carte de fidélité du supermarché est un délit ! Avec un trait sensible et minimaliste de couleur ocre, Fabcaro livre un road movie particulièrement drôle et grinçant qui critique la société moderne.

    Mon avis

    Tout commence lorsque Fabrice, auteur de BD, va au supermarché et se rend compte qu'il n'a pas sa carte de fidélité. Rendu coupable de délit, le vigile intervient aussitôt et le menace de faire une roulade arrière si Fabrice n'obtempère pas immédiatement. Acculé, Fabrice brandit alors dangereusement un poireau trouvé là, et s'enfuit du magasin, avec toute la police nationale à ses trousses. Attention au criminel le plus recherché de France !

     zai zai zai zai extrait bibliolingus

     

    Les trois premières pages témoignent bien de l'esprit de Fabcaro. Avec cet élément déclencheur, Fabcaro déroule un road movie qui prendra une ampleur absurdement phénoménale. Avec la fuite de Fabrice comme fil conducteur, Fabcaro déroule un ensemble de gags tous absurdes et loufoques. Préjugés, conformisme, racisme ordinaire, paranoïa, hypocrisie et voyeurisme... Tout le monde en prend pour son grade, à commencer par les médias à l'affût du moindre scoop, l'opinion populaire, les racontars et les discussions de comptoir. Même le milieu de la BD est pris pour cible !

    Chaque page offre une chute désopilante qui s'insère habilement dans l'histoire globale. Comme si les personnages avaient avalé un sérum de vérité, Fabcaro joue sur la démesure des sentiments, que ce soit dans l'exagération ou dans l'indifférence totale.

    Les dessins m'ont beaucoup plu. Faits de traits sensibles et minimalistes, refaits à l'identique autant de fois que nécessaire, ils ne comportent qu'une seule couleur, l'ocre, mise en scène dans l'ombre et la lumière.

    Publiée par les éditions 6 pieds sous terre, Zaï zaï zaï zaï est une BD à l'humour aussi jouissif que perçant. Jusqu'à la dernière planche, on se marre bien ! Fabcaro s'en donne à cœur joie, et mon plaisir n'a été que plus grand. Bref, je n'ai pas pu m'empêcher de rire dans les transports en commun avec ce petit livre ravissant ! Je suis conquise mais frustrée : c'était bien trop court et j'aurais volontiers prolongé ma lecture.

    Lisez aussi

    bibliolingus les cahiers desther riad sattouf blog livre Les Cahiers d'Esther
    Tome 1
       

    Zaï zaï zaï zaï
    Fabcaro
    Éditions 6 pieds sous terre
    Collection monotrème

    2015
    72 pages
    13 euros

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires