•  

    Des pavés pour les grandes vacances

    Profitez de l'été pour vous plonger dans des romans intenses de plus de 400 pages ! Voici ceux que je vous propose parmi les titres déjà chroniqués :

    ≡ la saga familiale
    du réalisme magique

    ≡ un goujat cynique et excellent

    Cent ans de solitude Gabriel Garcia Marquez

     Cent ans
    de solitude

    Gabriel García Márquez 

    Les Jeunes Filles Henry de Montherlant

     Les Jeunes Filles
    Henry de Montherlant

     

    ≡ la littérature
    dans la tourmente nazie ≡

     

    ≡ un roman d'aventure
    à l'ancienne ≡

    La Voleuse de livres Markus Zusak

     La Voleuse
    de livres

    Marcus Zusak

    Le Club des neurasthéniques René Dalize

     Le Club des neurasthéniques
    René Dalize

     

    ≡ une femme en avance
    sur son temps ≡

     

    ≡ le coup du siècle
    des gueules cassées ≡

    Loving Frank Nancy Horan

     Loving Frank
    Nancy Horan

    Au-revoir là-haut Pierre Lemaitre

     Au-revoir là-haut
    Pierre Lemaitre

     

    ≡ et si on devenait subitement
    tous aveugles ? ≡

     

    ≡ le récit d'une prostituée
    dans le Paris des années 1960 ≡

    L'Aveuglement José Saramago

     L'Aveuglement
    José Saramago

    La Dérobade Jeanne Cordelier

     La Dérobade
    Jeanne Cordelier

     

     

    Et des lectures agréables pour les petites vacances

    Voici quelques idées pour passer un bon moment avec des romans de moins de 250 pages :

    ≡ du loufoque
    et du cauchemardesque ≡

     

    ≡ un voyage
    complètement décalé ≡

    Le Locataire chimérique Roland Topor 

     Le Locataire chimérique
    Roland Topor

     Le Grand Loin Pascal Garnier

     Le Grand Loin
    Pascal Garnier

     

    ≡ des histoires étranges,
    fantastiques et cruelles ≡



    ≡ une nuit de noce
    pas comme les autres ≡

    Côté cour Leandro Avalos Blacha

     Côté cour
    Leandro Ávalos Blacha

     http://www.bibliolingus.fr/sur-la-plage-de-chesil-ian-mcewan-a80136644

     Sur la plage
    de Chesil

    Ian McEwan

     

    ≡ du suspense
    dans le métro parisien ≡

     

    ≡ comment faire revivre l'amour après 20 ans de mariage ? ≡

    Dix-neuf secondes Pierre Charras

     Dix-neuf secondes
    Pierre Charras

     Le Zèbre Alexandre Jardin

     Le Zèbre
    Alexandre Jardin

    J'espère que vous trouverez votre bonheur cet été, et tenez-vous prêts pour la rentrée littéraire !

    Bonne lecture !

    Bibliolingus

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    4 commentaires
  • Cent ans de solitude Gabriel Garcia Marquez

     

     

    Cent ans de solitude

    Gabriel García Márquez
    Seuil
    1968

     

     

    En un mot

    L’histoire formidable de la famille Buendia sur sept générations, et celle de Macondo, un village du littoral colombien, de sa fondation à sa ruine.

     

    Au commencement, il y eut un village

    « Il persuada ses hommes qu’ils ne rencontreraient jamais la mer. Il leur ordonna d’abattre des arbres pour dégager une clairière à proximité du cours d’eau, à l’endroit de la rive où il faisait le plus frais, et ils y fondèrent le village1. »

    José Arcadio et Ursula Buendia et 21 autres jeunes gens ont quitté leur région natale, de l’autre côté de la Sierra, pour fonder leur propre village, Macondo, sur le littoral colombien. Tout reste à inventer, et c’est magique. Ils bâtissent leurs maisons près d’une rivière et vivent en communauté, en toute anarchie.

    José Arcadio, d’un caractère insatiable et passionné, est fasciné par les inventions scientifiques et les mécanismes des objets que rapportent les gitans. Il n’aura de cesse de chercher à prouver l’existence de Dieu et déjouer les lois de la nature par mains procédés.

    Sa femme Ursula est le pilier de la longue lignée des Buendia. En femme de tête, elle incarne l’esprit de la famille et porte le poids de la maison sur ses épaules ; elle dirige tout ce qui s’y passe et résistera à toutes les pressions, toutes les incuries pour préserver sa famille et le village.

     

    Puis il y eut la guerre

    À eux deux, ils fonderont une incroyable lignée de Buendia, où chacun de ces hommes et femmes aura un destin extraordinaire. Durs à cuire, fougueux, talentueux, aussi prompts à faire fortune qu’à faire la guerre, ils connaîtront la gloire et la décrépitude, les illusions et les désenchantements, la passion et l’amertume, les excès et l’abnégation.

    Au fil des décennies, le village s’agrandit : des rues se créent, le commerce amène toujours plus d’habitants. On s’approprie les terres, on s’embourgeoise, on instaure des décrets, une mairie, une police, une école, une église… Puis il y aura la guerre entre les conservateurs et les libéraux, et Aureliano se jettera de toute son âme dans le conflit.

     

    Pour finir

    Racontée comme une fable, la vie des Buendia est peuplée d’extravagances et d’aventures, de passions incestueuses et d’excès en tous genres, de fantaisie et de présages, de victoires et de tragédies. Les personnages, si nombreux soient-ils, sont attachants et composent ensemble une fresque au goût d’éternité et de recommencements. Parce qu’ils racontent la vie, ses heurts et ses joies. Dans ce récit foisonnant au ton biblique, d’une richesse et d’une inventivité rares, la frontière entre la vie et la mort est poreuse, tout comme entre la science et la magie. Outre la solitude, cette fable résonne comme un refus de l’autorité, un appel à l’anarchisme, ainsi qu’un refus du progrès qui exacerbe la nature cupide de l’homme.

    Une (re)lecture indispensable pour celui ou celle qui a soif d’humanité et qui veut refermer un livre en ayant plus envie que jamais de vivre, de s’ouvrir aux autres.

     

    Lisez aussi

    Le Cantique de Meméia Heloneida Studart

    Le Cantique de Meméia
    Heloneida Studart 
    dans Pérennes

    1. Page 28. 

    Cent ans de solitude
    (Cien años de soledad, titre original)
    Traduit de l’espagnol par Claude et Carmen Durand
    Gabriel García Márquez
    Éditions du Seuil
    1968
    394 pages
    26 euros 

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    5 commentaires