• Le Club des Neurasthéniques René Dalize

    Le Club des Neurasthéniques

    René Dalize
    1912
    (2013, L’Arbre vengeur,
    illustré par Hugues Micol)


     

    Neurasthénie : désigne un état dont les symptômes incluent la fatigue, l’anxiété, les maux de tête, la névralgie et la déprime.
     

    « La peste est en plein Paris1.»

    Rien ne va plus pour les neuf membres du Club des Neurasthéniques ! La peste a ravagé l’Europe et s’attaque maintenant à Paris. Claude-Alain Mercœur, le secrétaire général du club fondé par le gentleman Archibald Clefsbury, a convoqué les membres pour une assemblée exceptionnelle. L’heure est grave, il leur faut prendre une grande décision. Mercœur, si désinvesti la journée, prend son rôle de secrétaire très au sérieux lors des réunions nocturnes.

    Les Neurasthéniques, si peu enclins à se mêler des affaires du monde, doivent se résoudre à agir face à l’hécatombe. C’est que la peste qui sévit tue en quelques heures ; ça commence par une petite toux et ça finit sans même avoir le temps d’agoniser.

    Que vont-ils faire ? Doivent-ils partir vers un autre continent, eux qui détestent sortir de chez eux et ont du mal à se supporter les uns les autres, bien qu’ils soient tenus par les engagements du club ? Doivent-ils tous se suicider, pour être enfin délestés d’une vie fatigante et ennuyeuse ?

    Pour finir 

    Au-delà de l’aspect fédérateur et excitant lié à l’idée du club, dans la veine des clubs de la fin du XIXe siècle, Le Club des Neurasthéniques est un roman d’aventures des neufs membres, assez aisés pour une partie, douillets et nombrilistes pour la majorité. Ils seront entraînés bien malgré eux dans cette aventure improbable (tout cela à cause d’un manque de politesse), sans temps mort et avec beaucoup d’humour, notamment parce que René Dalize a un style léger et drôle, et parce que le niveau de langue, désuet aujourd’hui, a beaucoup de charme.

    La neurasthénie, présentée comme un mal de la société, laquelle a éloigné l’homme de la nature jusqu’à le rendre malheureux, fait écho aux philosophies du XIXe siècle. Ces personnages farfelus, convaincus de l’inanité de tout effort, incarnent l’anti-thèse de l’engagement dans le monde. Mais peut-on vraiment vivre indéfiniment à l’écart sans perdre un peu de soi ? Est-ce juste possible de n’avoir aucune attache et de se laisser porter par la vie sans prendre aucune décision ?

    Lire Le Club des Neurasthéniques, c’est s’offrir un drôle de moment de lecture illustré par Hugues Micol, c’est découvrir un auteur râflé par la Première Guerre mondiale, René Dalize, ami d’Apollinaire et grand fumeur d’opium ; et c’est connaître L’Arbre vengeur, une maison d’édition indépendante qui fait de beaux livres et de jolis textes.

    Lisez aussi

    la conjuration des imbeciles john kennedy toole bibliolingus

    La Conjuration des imbéciles

    John Kennedy Toole

       

    1. Page 27.

     

    Le Club des Neurasthéniques

    René Dalize

    L'Arbre vengeur

    Collection L'Alambic

    Postface d'Éric Dussert

    Illustrations de Hugues Micol

    mai 2013

    336 pages 

    20 €  

     

    Bibliolingus

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    1 commentaire
  • Monde sans oiseaux Karin Serres

    Bibliolingus rentrée littéraire 2013

     

    Monde sans oiseaux
    Karin Serres
    Éditions Stock
    2013

     

    « Des animaux qui nageaient dans le ciel sans tomber. »

    Monde sans oiseaux raconte la vie d’un village de paysans qui, après le Déluge, s’est retrouvé isolé par un lac. Les habitants, qui ne le traversent jamais, vivent de la pêche et de l’élevage, avec peu de moyens, si bien qu’ils ne connaissent pas le monde et ont perdu la science. Les oiseaux ne viennent plus par ici, autour de ce lac entouré de montagnes et de forêts. Dans ce lac éclairé par une lune verte, les cochons transgéniques nagent parce qu’ils sont devenus amphibiens, fluorescents et autorégénérants grâce aux expérimentations des éleveurs. Ils représentent la seule viande qu’ils mangent.

    Toute leur vie se concentre autour des forêts et de ce lac qui leur donnent du bois, des poissons, des cochons et des algues, les algues qu’ils fument et qui les habillent. Comme les poissons se font de plus en plus rares dans ce lac étrange, les conditions de vie sont de plus en plus difficiles.
     

    « Au sommet de mon corps, ma tête. À l’intérieur de cette boîte d’os : un flan mou et plissé. Et c’est cette chose, mon cerveau, qui me permet de penser ?! »

    « La peau du lac frémit, frise, se creuse comme une tôle ondulée puis explose en une immense vague qui asperge toutes les maisons du village sous le cri de ma mère qui me surplombe, petit corps gluant qui vient de ramper hors de sa nuit rouge pour atterrir sur le plancher au bout du cordon qui bat. Les planches me piquent, l’air me déchire, je déplie mes poumons fins comme des peaux de tomate, je vagis. Épuisée, ma mère glisse le long de la couette d’herbes sèches et tombe à mes côtés. Je la regarde à l’envers, maman-montagne-maman, pleine de son odeur. »

    Monde sans oiseaux raconte la vie de Petite boîte d’os, ainsi appelée par son père, le pasteur du village, parce qu’il s’interroge, le jour de sa naissance, sur l’origine des pensées humaines. Sa vie défile très vite, puisque le roman ne fait que cent pages, en une succession d’événements espacés dans le temps, dilués les uns dans les autres. Ce rythme de narration, d’une rapidité incroyable, rare et fascinante, est bien maîtrisé. Il montre combien la vie est cyclique, combien le temps passe vite au village. 

    Pour finir

    Monde sans oiseaux est un texte étrange, cyclique, fantastique, à la fois dystopique, parce qu’il traite d’une époque où l’homme a brisé l’équilibre entre ce que nous offre la nature et ce que nous en faisons, et ancien, parce que nous serons toujours confrontés aux éléments. La nature y est en effet très présente, elle fait partie intégrante de la vie des habitants. Ils vivent au rythme des saisons. Les femmes enfantent, les hommes travaillent, pêchent et cultivent, dans la plus pure tradition. La vie est rude, tout comme les rapports entre les gens. Le langage est rude, mais le texte est poétique. Monde sans oiseaux est un monde fascinant, violent, surprenant.

                                                                      4/6challenge album

    Lisez aussi

    L'interview de l’auteur

    réalisée par Babelio

      effondrement jared diamond bibliolingus blog livre

    Effondrement

    Jared Diamond


     

    Monde sans oiseaux

    Karin Serres

    Éditions Stock

    Collection La forêt

    2013

    112 pages

    12,50 euros 

    Bibliolingus

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires